COMITE VALMY

Accueil du site > - L’ENNEMI COMMUN DES PEUPLES : l’impérialisme étasunien > Une lettre ouverte au président Poutine par Paul Craig Roberts

Une lettre ouverte au président Poutine
par Paul Craig Roberts

samedi 20 mars 2021, par Comité Valmy


Une lettre ouverte au président Poutine

La description de Poutine comme un tueur par Biden a-t-elle finalement dissipé les espoirs de bonnes relations du Kremlin ?

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a répondu à l’inacceptable remarque faite par Joe Biden qualifiant le président russe de tueur, en déclarant que Biden avait clairement indiqué « qu’il ne veut pas normaliser les relations ». Au Kremlin, l’espoir est-il éternel ? Il est évident pour moi, depuis de nombreuses années, que Washington ne veut pas de relations normales avec la Russie ou tout autre pays. Washington veut une relation hégémonique avec Washington en tant qu’hégémon et la Russie en tant que marionnette obéissante comme la Russie l’était pendant la décennie Eltsine.

Il suffit de considérer les quatre dernières années de la présidence de Trump. Trump a déclaré son intention de normaliser les relations avec la Russie et pour cette raison, sa présidence a été sabotée par l’Establishment américain.

Il n’y a aucune possibilité que la Russie ait des relations normales avec les États-Unis et leur empire. La destruction de la présidence de Trump et le vol de sa réélection sont la preuve que l’Establishment américain ne tolérera pas un président qui a l’intention d’avoir une relation diplomatique normale avec une Russie souveraine. Cette seule intention a suffi pour faire tomber la présidence de Trump. Trump a immédiatement été confronté à trois années de « Russiagate » orchestré, suivies de deux tentatives de destitution de Trump pour de faux motifs, et sa réélection a été volée. La justice américaine a même refusé d’examiner les preuves accablantes de l’élection volée. Le Kremlim a-t-il vraiment cru que Biden allait répéter l’autodestruction de Trump et se faire ami avec la Russie ?

Malgré toute la clarté de l’accusation de Biden, soutenue par la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki selon laquelle « les Russes seront tenus responsables », la porte-parole du Ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova a réaffirmé l’intérêt de la Russie à « empêcher la dégradation irréversible » des liens bilatéraux russes avec les États-Unis.

Incroyable. Il semble que le Kremlin soit incapable de reconnaître la réalité. En 2016, Hillary Clinton, qui était pressentie pour être la prochaine présidente des États-Unis, a qualifié Poutine de « nouvel Hitler ». En quoi cela diffère-t-il de Biden qui qualifie Poutine de tueur ? La politique occidentale officielle consiste à diaboliser Poutine et la Russie. La diabolisation de Poutine et de la Russie est en cours depuis des années.

L’indulgence de Poutine est remarquable. Il traite ces insultes calculées comme si elles étaient de l’eau sur le dos d’un canard. Mais la réponse de Poutine ne sert ni la paix ni les intérêts de la Russie.

Cher président Poutine, permettez-moi de vous expliquer la menace à laquelle vous et le monde entier êtes confrontés. Washington et l’establishment de la politique étrangère américaine vous détestent. Ils vous détestent parce que vous avez rétabli la souveraineté de la Russie et, de ce fait, mis un pays puissant en travers du chemin de l’hégémonie américaine. Rappelez-vous la doctrine Wolfowitz (1992) :

« Notre premier objectif est d’empêcher la réémergence d’un nouveau rival, que ce soit sur le territoire de l’ancienne Union soviétique ou ailleurs, qui puisse représenter une menace de cet ordre que menaçait déjà autrefois l’Union soviétique. C’est une considération primordiale qui sous-tend la nouvelle stratégie de défense régionale et qui exige que nous nous efforcions d’empêcher toute puissance hostile de prendre de l’ascendant sur une région dont le contrôle consolidé des ressources serait suffisant pour générer une puissance mondiale. »

C’est vous, président Poutine, et vous seul, qui êtes responsable de cette « réémergence d’un nouveau rival… suffisant pour générer une puissance mondiale ». Par conséquent, vous êtes un obstacle impardonnable pour l’hégémonie américaine, et « notre premier objectif » est de supprimer l’obstacle que vous représentez à l’hégémonie américaine.

Cette politique néoconservatrice reste en place. Aucune alternative ne s’est présentée. Récemment, deux analystes russes du Conseil atlantique hégémonique ont suggéré que Washington adopte une approche moins hostile envers la Russie. Ils ont été immédiatement dénoncés par les 22 autres membres des experts en politique étrangère du conseil. Voir :
paulcraigroberts.org/2021/03/17/washington-has-resurrected-the-specter-of-nuclear-Armageddon

On ne saurait dire plus clairement que la Russie est dans le collimateur de Washington. Le Kremlin manque-t-il de personnes connaissant la langue anglaise ?

Celui qui conseille le Kremlin est un idiot. Chaque fois que le Kremlin répond aux insultes et aux fausses accusations de Washington, il donne à l’ensemble des médias occidentaux – un ministère de la propagande comme il n’en a jamais existé sur terre et que l’on ne trouve que dans la science-fiction, comme dans « 1984 » de George Orwell – l’occasion de répéter l’accusation : « Aujourd’hui, le porte-parole du Kremlin a nié que Poutine était un tueur ».

Si je peux donner un conseil, président Poutine, expliquez à Peskov et à Zakharov de ne pas répondre aux accusations et aux insultes. Ignorez-les. Ne dites rien. Arrêtez d’essayer de faire appel à Washington et à ses marionnettes de l’OTAN. Le fait que la Russie pense que les faits sont plus importants est considéré par l’Occident comme un signe de grande faiblesse. Les faits ne comptent pas en Occident. Le Russiagate l’a prouvé pour vous.

Faites vos affaires là où vous êtes bien accueilli et considéré comme un protecteur potentiel contre Washington, comme l’Iran. Formez un pacte de défense mutuelle explicite avec la Chine. Même la folie criminelle de Washington ne s’attaquera pas à la Russie et à la Chine. Ajoutez l’Iran et les Talibans. La meilleure façon d’empêcher le terrorisme islamique d’entrer dans la Fédération de Russie est de se lier d’amitié avec eux et de les retourner contre Washington. Battez Washington à son propre jeu. Et par tous les moyens, empêchez Israël et Washington d’attaquer le territoire syrien. Tant que vous ne montrerez pas la puissance de la Russie, vous ne serez pas pris au sérieux. Plus longtemps vous ne serez pas pris au sérieux, plus la probabilité que les menaces contre la Russie augmentent jusqu’à l’arrivée de la guerre nucléaire sera grande. De toute évidence, la Russie n’est pas prise au sérieux, les dirigeants démocrates américains décrivant le président de la Russie comme le « nouvel Hitler » et « un tueur ». Aucun président américain n’a osé parler d’un dirigeant soviétique en ces termes.

Je donne ce conseil non pas parce que je suis pro-Russie et anti-Amérique, mais parce que j’ai travaillé avec le président Reagan pour atteindre l’objectif de mettre fin à la Guerre froide et à sa menace d’Armageddon nucléaire. Les gens peuvent parler tant qu’ils veulent du changement climatique et du Covid, mais la guerre nucléaire est une possibilité de la fin des temps.

L’intention néoconservatrice américaine d’acquérir l’hégémonie mondiale entraînera une guerre nucléaire à moins que vous ne tourniez le dos à l’Occident décadent, corrompu et moribond et que vous ne protégiez avec une force décisive les intérêts de la Russie et de ses amis. Washington vous refuse des amis en Europe. Trouvez-les ailleurs. La paix du monde est en jeu.

Paul Craig Roberts

Paul Craig Roberts
Le Dr Roberts fut Secrétaire Adjoint au Trésor US de la politique économique dans l’administration Reagan. Il a été rédacteur en chef adjoint et éditorialiste du Wall Street Journal, chroniqueur pour Business Week et du Scripps Howard News Service. Il a occupé de nombreux postes universitaires. Son dernier livre, The Failure of Laissez Faire Capitalism and Economic Dissolution of the West est disponible ici : http://www.amazon.com/Failure-Capitalism-Economic-Dissolution-ebook/dp/B00BLPJNWE/

traduit par Réseau International

source :


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>