COMITE VALMY

Accueil du site > - L’ENNEMI COMMUN DES PEUPLES : l’impérialisme étasunien > La Première Révolution américaine a lieu maintenant par Paul Craig (...)

La Première Révolution américaine
a lieu maintenant
par Paul Craig Roberts

samedi 13 février 2021, par Comité Valmy


La Première Révolution américaine
a lieu maintenant

Lisez-moi jusqu’au bout et vous comprendrez le titre.

Il y a une différence entre une rébellion et une révolution. C’est une rébellion qui s’est produite dans les treize colonies à la fin du XVIIIème siècle. C’est une révolution qui s’est produite en Russie en 1917.

Il y eut une rébellion dans les treize colonies parce que les sujets du roi n’y étaient pas traités de la même manière, du point de vue tant constitutionnel que légal, que les sujets du roi en Angleterre. Les habitants des colonies n’étaient pas représentés au Parlement et n’avaient pas leur mot à dire sur la manière dont ils étaient gouvernés. La rébellion aboutit à l’indépendance politique mais ne modifia pas le système des croyances. Les colons avaient toujours foi dans la souveraineté de la loi à laquelle le gouvernement est soumis et dans les principes légaux de Blackstone 1.

Les principes légaux et politiques pour lesquels les Anglais s’étaient battus, depuis la Magna Carta jusqu’à la Glorieuse Révolution de 1688, qui établissaient l’auto-gouvernement du peuple par le biais de représentants au Parlement, étaient inscrits dans la Constitution. Les États-Unis, c’est la Constitution. Si celle-ci est délaissée, les États-Unis deviennent quelque chose de différent. Si les États-Unis rompaient avec la Constitution, ce serait un acte révolutionnaire par opposition à la rébellion du XVIIIème siècle qui n’exigeait que des droits égaux pour les colons anglais.

Par essence, une révolution est un effondrement du système de croyances qui fait l’unité d’un pays.

C’est une révolution qui eut lieu en Russie, en février 1917. Beaucoup de gens pensent que le tsar fut renversé par Lénine et les Bolcheviks, mais ce n’est pas le cas. Le tsar fut renversé par l’effondrement du système de croyances qui définissait la Russie tsariste. Cet effondrement aboutit à la Révolution de Février. Les chefs militaires du tsar le forcèrent à abdiquer en mars. Un socialiste révolutionnaire,Alexandre Kerensky, devint le Premier ministre du gouvernement provisoire.

La «  révolution bolchevique d’octobre » fut dirigée contre ce gouvernement provisoire. Ce ne fut pas une révolution parce que la révolution avait déjà eu lieu. Ce fut un remplacement. La question posée par les Bolcheviks au gouvernement provisoire fut : «  Qui vous a choisis ? » La réponse évidente était qu’ils s’étaient désignés eux-mêmes. Si on lui posait la même question, la réponse de l’ « Establishment » américain serait la même que celle du gouvernement provisoire.

La structure de croyances qui définissaient la Russie tsariste fut détruite par les libéraux russes qui instrumentalisaient le besoin qu’avait le Tsar de leur soutien dans la Grande Guerre contre l’Allemagne, pour mener campagne en faveur d’une monarchie constitutionnelle, semblable à celle de l’Angleterre, dans laquelle le monarque gardait un certain pouvoir, mais où la législation était aux mains d’un parlement. Au lieu d’être la source de la loi, le monarque était responsable devant elle.

Les libéraux russes tenaient absolument à leur agenda. Afin de le réaliser, ils devinrent de plus en plus agressifs dans leur condamnation de la résistance du Tsar.

N’ayant pas conscience ou bien ne tenant aucun compte de la promesse du Tsar à son père de ne pas altérer la Russie en cédant de son pouvoir, les libéraux, par leurs attaques, perturbèrent la masse du peuple russe, qui s’attendait à ce que le Tsar usât de représailles contre ces menées séditieuses.

Mais le Tsar ne pouvait pas riposter, parce que sans les libéraux et leurs organisations, l’effort de guerre aurait été mis à mal. Le Tsar ne se rendit pas compte de l’effet sur la population de son inaction face aux attaques. Les Russes en conclurent que les accusations devaient être vraies puisque le Tsar ne ripostait pas à ses accusateurs.

Je viens de vous donner une rapide explication. Vous pourrez prendre connaissance de toute l’histoire si vous trouvez un exemplaire de : «  Russie 1917 : la révolution de février » de George Katkov.

En tant que diplômé d’études supérieures de l’Université d’Oxford, je fis la connaissance de George Katkov et je tirai profit de maintes conversations avec lui. Katkov était titulaire d’une chaire à la Faculté Saint-Antoine de l’Université d’Oxford. C’est la faculté Saint-Antoine qui me permit de donner une conférence à Oxford le 20 janvier 1969, un privilège pour un étudiant diplômé. Même à cette époque le vérité devait frayer son chemin. Maintenant, c’est pratiquement impossible.

Ce qui nous ramène à la première révolution américaine actuellement en cours. Comment a-t-elle pu se produire ? Elle s’est effectuée du fait des attaques des libéraux [ «  liberals » ; au sens anglo-saxon, c’est-à-dire la gauche américaine, NdT] qui, pendant des décennies, au nom de «  la cause progressiste » entre autres, détruisirent le système de croyances qui définissait les États-Unis. Aujourd’hui, si nous ouvrons les yeux, nous pouvons voir qu’il n’existe plus rien de tel que la liberté académique, la liberté d’expression, la liberté d’association, la vie privée, un procès équitable. Des gens sont virés de leur emploi et condamnés à la mort économique pour avoir simplement exprimé leur opinion ou participé à la «  mauvaise » manifestation ou encore utilisé des pronoms « controversés ». Toute une législation est en préparation qui définira comme subversif un désaccord avec les explications de l’ « Establishment ».

Vous pouvez allonger la liste. Mais une longue liste est superflue si l’on veut montrer qu’actuellement, en Amérique, aucune institution importante ne croit plus aux libertés et aux protections garanties par la Constitution des États-Unis, ou encore à la démocratie elle-même. Ni les universités, ni les associations d’avocats, ni les médias, les cours de justice, les partis politiques ou le Congrès.
C’est cette destruction des croyances qui constitue la Première Révolution américaine. Ses conséquences vont se faire sentir.

Paul Craig Roberts
Le 19 janvier 2021

Traduction le Saker Francophone

Notes

1. William Blackstone (1723-1780), jurisconsulte anglais, considéré comme le restaurateur de la science du droit dans son pays

Source :


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>