COMITE VALMY

Accueil du site > - L’ENNEMI COMMUN DES PEUPLES : l’impérialisme étasunien > Une guerre civile est-elle l’avenir des États-Unis ? par Paul Craig (...)

Une guerre civile
est-elle l’avenir des États-Unis ?
par Paul Craig Roberts.

mercredi 13 janvier 2021, par Comité Valmy


Une guerre civile
est-elle l’avenir des États-Unis ?

Une guerre civile est-elle l’avenir de l’Amérique ? Se transformera-t-elle en une guerre mondiale ?

En tant que personne ayant grandi pendant les années glorieuses au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, il ne m’est jamais venu à l’esprit que, dans mes dernières années, je me demanderais si les États-Unis allaient finir en guerre civile ou en État policier. Au lendemain de l’élection présidentielle volée, il semblerait que les deux possibilités aient autant de chances de se produire l’une que l’autre.

Les preuves de l’existence d’un État policier sont nombreuses. Une des caractéristiques d’un État policier est le contrôle des informations et la suppression de la dissidence. C’est clairement le cas aux États-Unis.

Les experts ne sont pas autorisés à contester la version officielle sur le Covid dans les forums.

Les enseignants sont suspendus pour avoir offensé en utilisant des pronoms de genre.

Les stars du disque sont abandonnées par leurs studios d’enregistrement pour avoir assisté au rallye de Trump. Des parents dénoncés par leurs propres enfants sont renvoyés de leur travail pour avoir participé au rally. Antifa est libre de se livrer à des émeutes, des pillages, des intimidations et des harcèlements, mais les partisans de Trump sont des insurgés.

Les blancs sont des racistes qui utilisent des mots et des concepts haineux, mais ceux qui diabolisent les blancs redressent les torts.

La répression de la dissidence et le contrôle des comportements sont des caractéristiques de l’État policier. Il est peut-être moins clair pour certains que le fait de dicter l’usage autorisé du langage est un contrôle de l’État policier. Pensez-y de cette façon. Si votre utilisation des pronoms peut être contrôlée, il en va de même pour tous les autres mots. Comme les concepts impliquent des mots, ils peuvent également être contrôlés. Ainsi, les pensées et expressions gênantes, ainsi que les descriptions précises, se retrouveront aux oubliettes.

Le premier Amendement ayant disparu, ou étant limité à la diabolisation de personnes ciblées, telles que « les déplorables », « les suprémacistes blancs », « les racistes du Sud », le deuxième Amendement n’a plus beaucoup de temps à vivre. Comme les armes sont associées aux États rouges, c’est-à-dire aux partisans de Trump, la mise hors la loi des armes est une façon de criminaliser la moitié rouge de la population américaine que l’establishment considère comme « déplorable ». Ceux qui défendent leur droit constitutionnel seront emprisonnés et deviendront une main-d’œuvre bon marché pour les entreprises mondiales américaines.

Tout cela pourrait-il conduire à une guerre civile ou les Américains sont-ils trop malmenés pour résister efficacement ? Nous ne le saurons pas tant que cela n’aura pas été mis à l’épreuve.

Y a-t-il des lignes de front claires ? La politique identitaire a divisé les gens dans tout le pays. Les États rouges ne sont que la majorité rouge. Il est tentant de voir les frontières comme le centre rouge contre les côtes bleues du Nord-Est et de l’Ouest, mais cela est trompeur. La Géorgie est un État rouge avec un gouverneur et un corps législatif rouges, mais il y avait suffisamment de démocrates au pouvoir localement pour voler les élections présidentielles et sénatoriales américaines.

Un autre problème pour les rouges est que les grandes villes – les centres de distribution, comme Atlanta, Detroit, Chicago, New York, Philadelphie, Seattle, Portland, San Francisco, Los Angeles – sont entre des mains bleues, tout comme les ports et les aéroports internationaux. En fait, cela coupe les rouges des ressources extérieures.

Que ferait l’armée américaine ? Il est clair que les chefs d’état-major et le complexe militaire/sécuritaire sont des Trumpers pro-establishment et non anti-establishment. Les soldats eux-mêmes étant désormais un mélange de races et de sexes, les soldats seraient aussi divisés que le pays. Ceux qui ne font pas partie de l’establishment manqueraient de soutien au niveau supérieur.

Où sont les jeunes et les jeunes adultes ? Ils sont dans les deux camps en fonction de leur éducation. Beaucoup de Blancs qui sont allés à l’université ont subi un lavage de cerveau contre eux-mêmes, et considèrent les Américains blancs comme des « racistes systémiques » ou des « suprémacistes blancs » et se sentent coupables. Ceux qui ne sont pas allés à l’université ont pour la plupart fait l’expérience à leur détriment du favoritisme accordé aux personnes de couleur et ont du ressentiment.

Qu’en est-il des armes ? Comment les rouges peuvent-ils perdre alors que les armes sont monnaie courante dans les foyers et que les bleus ne se saliraient jamais en en possédant une ? La réponse est que, contrairement à la guerre d’agression du Nord dans les années 1860, les armes aux mains des militaires sont aujourd’hui dévastatrices par rapport à celles qui sont aux mains du public. Contrairement au passé, il est impossible pour une milice de citoyens de s’opposer aux armes et aux gilets pare-balles dont disposent les militaires. Ainsi, à moins que l’armée ne se divise, les rouges sont surpassés en armes. Ne croyez jamais que l’establishment ne libérerait pas d’agents chimiques et biologiques contre les forces rouges. Ni même des armes nucléaires.

Qu’en est-il des communications ? Nous savons pertinemment que les monopoles technologiques sont alignés sur l’establishment contre le peuple. À tel point que le président Trump, qui est en train d’être poursuivi, a été empêché de communiquer avec ses partisans par le biais des médias sociaux et des courriels.

L’establishment américain fait au président Trump exactement ce qu’il a fait au président ukrainien Ianoukovitch dans la « révolution de Maidan » orchestrée par Washington, appelée « la Révolution de la Dignité » par les menteurs de Wikipédia, et précisément ce qu’il a fait à Chavez, Maduro, et voudrait faire à Poutine.

Supposons qu’une guerre civile américaine éclate. Comment se déroulerait-elle ? Avant d’enquêter sur cette éventualité, voyez d’abord comment l’establishment pourrait l’empêcher en amenant les États rouges à sa défense. Les partisans de Trump sont les seuls patriotes de la population américaine. Ils ont tendance à porter le drapeau sur leur manche. En revanche, les habitants des États bleus définissent le patriotisme comme la reconnaissance des maux de l’Amérique et la rétribution des racistes/impérialistes blancs qui ont commis ces maux. Dans les États bleus, les émeutes contre le « système raciste » entraînent le définancement de la police. Si les milices Antifa et Black Lives Matter étaient lâchées contre le régime Biden, les patriotes des États rouges pourraient considérer que « leur pays » est attaqué. Il est possible que les « Proud Boys » viennent à la défense de Biden, non pas parce qu’ils croient en Biden mais parce que l’Amérique est attaquée et qu’il est « leur président ». Une attaque antifa contre le régime Biden pourrait également être présentée comme une attaque antipatriotique contre l’Amérique et être utilisée pour décourager l’opposition de l’État rouge à l’État policier, tout comme « l’Insurrection » a amené de nombreux partisans de Trump à déclarer leur opposition à la violence. En d’autres termes, il est tout à fait possible que le patriotisme des « Déplorables de Trump » divise l’opposition de l’État rouge et mène à la défaite.

En supposant que l’establishment soit trop arrogant et sûr de lui ou trop stupide pour penser à ce stratagème, comment se déroulerait une guerre civile ? L’establishment ferait tout son possible pour discréditer les « rebelles ». Les vrais rebelles, bien sûr, seraient l’establishment qui a renversé l’ordre constitutionnel, mais aucun média ne le soulignerait. Contrôlant les médias, l’establishment, connaissant le patriotisme de ses opposants, dépeindrait les « rebelles » comme des agents étrangers cherchant à renverser la démocratie américaine.

La « menace étrangère » attire toujours l’attention du patriote. Nous le voyons en ce moment avec les partisans de Trump qui se laissent prendre à la désinformation selon laquelle la Suisse et l’Italie sont derrière l’élection volée. Auparavant, c’étaient les serveurs du Dominion en Allemagne et en Serbie qui avaient fait le coup.

Sur la tête de qui l’establishment va-t-il rejeter la responsabilité de la « guerre contre l’Amérique » ? Il y a trois candidats : L’Iran, la Chine et la Russie. Lequel l’establishment choisira-t-il ?

Accorder du crédit à l’Iran donne trop de pouvoir à un pays relativement petit par rapport aux États-Unis. Blâmer l’Iran pour notre guerre civile serait dévalorisant pour l’Américain moyen.

Blâmer la Chine ne fonctionnera pas, car Trump a accusé la Chine de miner l’économie américaine et les partisans de Trump sont généralement anti-Chine. Accuser l’opposition rouge d’être des agents de la Chine ne fonctionnerait donc pas.

Le blâme sera porté sur la Russie.

C’est le plus facile. La Russie est le chapeau noir depuis le discours de Churchill sur le Rideau de Fer en 1946. Les Américains sont habitués à cet ennemi. La Guerre froide a régné depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu’à l’effondrement de l’Union soviétique en 1991. Beaucoup, y compris des généraux américains à la retraite, soutiennent que l’effondrement soviétique a été simulé pour dissuader de partir en conquête.

Lorsque l’establishment a décidé de piéger le président Trump, il a choisi la Russie comme co-conspirateur de Trump contre la démocratie américaine. Le Russiagate, orchestré par la CIA et le FBI, a fait en sorte que Trump soit accusé par les médias occidentaux d’être de mèche avec la Russie pendant trois ans. Malgré l’absence de preuves, une grande partie de la population américaine et mondiale était convaincue que Trump avait été mis au pouvoir par Poutine en manipulant le vote d’une manière ou d’une autre.

Le lavage de cerveau a été si fructueux que trois années de sanctions contre la Russie n’ont pas pu ramener les peuples occidentaux à la réalité.

Avec la Russie comme ennemi historique et orchestré, tout ce qui se passe aux États-Unis et qui peut être blâmé ailleurs sera imputé à la Russie. La présidente de la Chambre des Représentants, Nancy Pelosi, l’ancien ambassadeur des États-Unis en Russie, Michael McFaul, et l’ancien conseiller adjoint à la Sécurité nationale, Ben Rhodes, ont déjà associé « l’insurrection de Trump » à la Russie.

Supposons qu’une guerre civile américaine s’intensifie. Supposons que la propagande de l’establishment contre la Russie devienne la croyance régnante comme le devient presque toujours la propagande, comment l’establishment ne peut-il pas achever la menace d’insurrection en attaquant le pays responsable ? L’establishment serait pris au piège de sa propre propagande. Les émotions s’échapperaient. La Russie recevrait des menaces à prendre au sérieux.

Vous pouvez parier que le gouvernement néoconservateur de Biden va encourager cela. L’exceptionnalisme américain. L’hégémonie américaine. La cinquième colonne de la Russie, les intégrationnistes atlantistes, qui souhaitent être absorbés par le monde occidental dégénéré et défaillant, se fera l’écho des accusations portées contre la Russie. Cela ferait de la situation un grave incident international, la Russie étant le vilain menacé.

Que ferait le Kremlin ? Les dirigeants de la Russie accepteraient-ils une nouvelle humiliation et une nouvelle fausse accusation ? Ou bien la colère du peuple russe, accusé à jamais et jamais défendu par son propre gouvernement, obligerait-elle le Kremlin à prendre conscience que la Russie pourrait être attaquée à tout moment.

Même si le Kremlin est réticent à reconnaître la menace de guerre, que se passera-t-il si un autre des nombreux faux avertissements de missiles balistiques intercontinentaux entrants est reçu ? Contrairement au passé, sera-t-il pris au sérieux cette fois-ci ?

L’élection volée en Amérique, l’État policier américain émergent, plus vicieux et mieux armé que tout autre par le passé, pourrait entraîner un chaos américain qui pourrait être une menace terrible pour la Fédération de Russie.

Ce que Trump et ses partisans, et peut-être le Kremlin, ne comprennent pas, c’est que les vraies preuves ne comptent plus. L’establishment invente les preuves dont il a besoin pour ses programmes. Considérez combien il a été facile pour la police du Capitole de lever les barrières et de permettre à certains Antifa mêlés aux partisans de Trump d’entrer au Capitole. C’est tout ce qu’il a fallu pour créer une « insurrection dirigée par Trump » qui a mis fin à la présentation de preuves de fraude électorale et a transformé le rassemblement massif de soutien à Trump en un handicap. Trump quitte maintenant la présidence en tant « qu’insurrectionniste » et se trouve dans une situation de harcèlement et de poursuites judiciaires continues.

Comme je l’ai écrit précédemment, l’élection volée et son acceptation à l’étranger signifient l’échec de la démocratie occidentale. L’effondrement du monde occidental et de ses valeurs affectera le monde entier.

Paul Craig Roberts
12 janvier 2021

traduit par Réseau International

Paul Craig Roberts Le Dr Roberts fut Secrétaire Adjoint au Trésor US de la politique économique dans l’administration Reagan. Il a été rédacteur en chef adjoint et éditorialiste du Wall Street Journal, chroniqueur pour Business Week et du Scripps Howard News Service. Il a occupé de nombreux postes universitaires. Son dernier livre, The Failure of Laissez Faire Capitalism and Economic Dissolution of the West est disponible ici : http://www.amazon.com/Failure-Capitalism-Economic-Dissolution-ebook/dp/B00BLPJNWE/

source :


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>