COMITE VALMY

Accueil du site > - Défense et promotion de la LANGUE FRANCAISE - FRANCOPHONIE > La langue du quatrième empire par Jean-Paul Brighelli

La langue du quatrième empire
par Jean-Paul Brighelli

lundi 14 décembre 2020, par Comité Valmy


La langue du quatrième empire

Vous vous rappelez peut-être que Victor Klemperer avait décrit la Lingua Tertii Imperii (paru en 1996 en France), la langue du Troisième Reich. Il explique ainsi comment les Nazis avaient modifié le sens de certains mots allemands de façon à ce qu’ils servent leur idéologie. La novlangue imaginée par Orwell était le rejeton adultérin de ce Nouvel Ordre Linguistique — quand « bon » signifie « conforme à la pensée de Big Brother », et que « inbon » exprime tout le reste.
Nous voici aujourd’hui à l’aube (radieuse, forcément radieuse) d’un Quatrième Empire, celui du politiquement correct, du multiculturalisme et des liaisons trans-inter-sectionnelles. Nous nous en doutions un peu. Mais de récents développements nous forcent à considérer l’évolution du langage contemporain.
Par exemple, par ordre alphabétique, sans souci d’exhaustivité :

Antisémitisme (subs.) : Haine des Juifs, à l’exclusion de tous autres Sémites — groupe auquel appartiennent par ailleurs les Arabes. Ce type particulier de racisme (voir ce mot) ne peut être le fait que de groupes néo-nazis. Dire, comme l’a stipulé un historien français (lui-même juif, ce qui le rend suspect), que certains Arabes ont sucé l’antisémitisme avec le sein de leur mère, est une impropriété qui vous vaudra d’être traîné devant les tribunaux par des associations exaltant la mémoire et l’œuvre de Mohammad Amin al-Husseini (sur lui la bénédiction du Prophète), grand mufti de Jérusalem qui en 1937 exalta l’œuvre antisioniste (voir ce mot) d’un certain Adolf Hitler.

Antisionisme (subs.) : À l’origine, opposition à la politique promulguée par Theodor Herzl en 1896 dans son livre l’Etat juif. Revendiquée jadis par de larges pans de l’extrême-gauche, il est aujourd’hui synonyme total d’« antisémitisme », en plus seyant. Le couple « antisionisme / antisémitisme » a autant de pertinence que l’opposition « érotisme / pornographie » dans la bouche de ceux qui ignorent tout du premier et se gavent de la seconde.

Apprenant (subs.) : autrefois appelé « élève » par des enseignants réactionnaires, l’apprenant est celui qui enseigne autant qu’il est enseigné. L’usage d’un participe présent marque sa fonction active, alors que le participe passé « enseigné » le contraignait à un rôle passif. L’apprenant ne peut donc pas être jugé (quel mot horrible et colonialement connoté !) selon ses résultats, mais apprécié selon ses espérances — qui sont grandes. La meilleure preuve de la pertinence de cette appellation nouvelle est la réussite sidérante, chaque année plus spectaculaire, aux examens organisés par l’Education nationale. Quand des « élèves » (quelle prétention dans l’idée d’ « élever » des enfants comme des plantes vertes ou des vaches !) obtenaient le Bac à 50% il y a quarante ans, les « apprenants » le réussissent à 95% aujourd’hui — preuve ma-thé-ma-ti-que de l’excellence des pédagogies contemporaines, et pas du tout d’une baisse de niveau concertée.

Esclave (subs. et adj.) : Certes, à l’origine, le mot désigne des Slaves (blancs, forcément blancs — et même blonds, souvent) mis dans les chaînes par les Vénitiens dans le haut Moyen Âge — et même vendus aux Arabes qui les appelaient par déformation phonétique Saqaliba. Mais nous savons désormais, par décret officiel, qu’il n’y avait pas d’esclaves en pays musulmans. Car depuis la Traite Atlantique, le mot renvoie exclusivement au « trafic d’ébène », comme disaient les esclavagistes du trafic triangulaire, organisé à partir de l’Afrique de l’Ouest par des armateurs nantais ou bordelais, à l’exclusion de toute autre origine. Noter que des Noirs ont fait des esclaves, que les Arabes ont organisé une traite trans-saharienne bien plus importante et sauvage que la traite Atlantique, et ont mis en esclavage, rien qu’au XVIIIe siècle, plus d’un million de Blancs enlevés sur les côtes méditerranéennes (à ce que prétendent des chercheurs résolument fascistes), est un non-sens qui, grâce à la loi Taubira qui enseigne aux historiens ce qu’ils doivent penser et dire, sera poursuivie devant les tribunaux.

Féminicide (subs.) : meurtre délibéré d’une femme. On croit à tort que les femmes font partie du genre humain, et que le terme d’« homicide » couvre l’ensemble des assassinats. Mais comme le radical de ce mot (homo, l’être humain, en latin) ressemble dangereusement au sale concept d’« homme » (l’orthographe — voir ce mot — étant un souci bourgeois, la présence d’un ou deux –m- n’est plus un critère pertinent), une distinction sera désormais établie selon le sexe de la victime — ce qui, en ces temps de LGBTQ++, promet aux lexicographes un avenir radieux. Olympe de Gouges avait déjà écrit, en suivant cette idée, les Droits de la femme et de la citoyenne, ignorant que dans « Droits de l’homme » les révolutionnaires latinistes incluaient les deux sexes. On l’a guillotinée pour un solécisme, c’était violent, mais l’époque ne faisait pas de demi-mesures.
À noter qu’une femme ne saurait se rendre coupable de féminicide — le lesbianisme excluant la violence, comme chacun sait. Il est d’ailleurs significatif que ce mot de féminicide soit justement masculin — comme viol (voir ce mot).
N.B. : Word souligne en rouge le mot « féminicide ». C’est bien la preuve d’un choix idéologique, résultant du fait que le programme, proposé par Microsoft, a été inventé par un Blanc hétérosexuel et potentiellement violeur — un certain Bill Gates.

Hétérosexualité (subs.) : appel au viol (voir ce mot). Les féministes contemporaines, y compris certains transgenres qui furent hommes dans le passé, considèrent que tout rapport hétérosexuel est un viol. La question de la reproduction dans un monde totalement lesbien reste, par ailleurs, pendante.

Lynchage (subs.) : Quoiqu’inauguré par le juge Charles Lynch (1736-1796) et visant alors exclusivement les Américains loyalistes à la couronne d’Angleterre, tous blancs, quoique généralisé après la guerre de Sécession et visant alors, dans les Etats du Sud et de l’Ouest, les Républicains disciples de Lincoln, le mot s’est spécialisé depuis le XXe siècle dans l’exécution sans jugement de personnes noires, et ne peut par conséquence plus désigner que des personnes de couleur. Un Blanc n’est jamais lynché : il expie les crimes colonialistes de ses ancêtres. Un Noir (dire « Black », c’est moins violent) est constamment lynché en puissance, quoi qu’il ait fait avec ses fourchettes.

Macaroni (subs.) : métaphore désignant les Italiens. On aurait pu croire, après les massacres d’Aigues-Mortes en 1893, qui ont fait des dizaines de morts, qu’il s’agissait d’un terme raciste. Pas du tout — voir Racisme. Un débat récent a prouvé qu’être traité de « macaroni » est une plaisanterie gastronomique sympathique. Je suggère donc de filer la métaphore : des macaronis au four, c’est bon. C’est même la base des pâtes ‘ncasciata — un délice !

Orthographe (subs.) : concept bourgeois fixant une norme graphique et grammaticale dans le but d’exclure de larges pans de la population française, qui, éduquée par des enseignants formés par les pédagogistes de Philippe Meirieu (1949-2053), sur lui la paix et la génuflexion, ne respectent pas ces manies discriminantes. Tout «  apprenant » (voir ce mot) qui sanctionnera l’orthographe sera immédiatement radié de l’Education Nationale — mais il y a déjà longtemps que cela n’arrive plus, surtout depuis que des Inspecteurs ont sacralisé la graphie « il les plantes », notant que le scripteur a intégré dans sa phrase une conscience du pluriel.

Racisme (subs.) : s’applique à toute discrimination, verbale ou physique, touchant exclusivement les Arabes et les Noirs — et leurs descendants. Le mot est inadéquat pour caractériser le rejet d’autres ethnies ou communautés, surtout si elles sont discriminées par des Noirs ou des Arabes. Ainsi, les Asiatiques de Belleville, qui sont depuis un certain temps la cible de racailles de première ou seconde génération, ne sont pas victimes de gestes ou de propos racistes. « Nègre » est une injure raciste. « Niakoué », non. Quant à « sale Blanc » et ses dérivés (Blanchette, Céfran, etc.), ces mots ne peuvent en rien être considérés comme racistes (voir Macaroni).

Viol (subs.) : Cette manière barbare de s’approprier une femme sans son consentement caractérise désormais l’ensemble des relations hétérosexuelles (voir ce mot). Grâce à #MeToo (sur lui la grâce et la bénédiction), nous avons appris que des relations librement consenties étaient en fait des viols. Que la séduction était la manœuvre d’approche ordinaire des violeurs. Qu’un rendez-vous galant était un « date rape », selon un néologisme anglo-saxon largement répandu dans les universités françaises, et que les viols effectifs commis en masse par des individus bronzés à Hambourg et ailleurs, ou sur la place Tarir au Caire sur la personne de journalistes, n’en sont pas — mais la juste punition de leur participation au colonialisme rampant qui frappe ces populations déshéritées.
Les commissions qui, en 2017, ont mis au programme de l’Agrégation de Lettres un poème galant d’André Chénier, l’Oaristys, se sont rendues coupables de complicité de viol, comme en ont décidé quatre militantes de l’ENS-Lyon, les Salopettes (lointaines descendantes des « 343 Salopes » qui s’étaient battues en 1973 pour la légalisation de l’avortement), bientôt relayées par de larges segments du mouvement féministe. Heureusement que Chénier a été guillotiné en 1794, sinon il aurait rejoint Roman Polanski sur le banc des accusés, le viol étant désormais imprescriptible (voir Féminicide), comme le crime contre l’humanité. Mais j’y reviendrai bientôt.

To be continued, comme on dit désormais en français.

Jean-Paul Brighelli
le 9 décembre 2020

Bonnet d’âne
Les sots sont ici-bas pour nos menus plaisirs


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>