COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Le retour de la Terreur en France : quand le Gouvernement réglemente Noel à (...)

Le retour de la Terreur en France : quand le Gouvernement réglemente Noel à la sauce Covid
par Karine Bechet-Golovko

vendredi 4 décembre 2020, par Comité Valmy


Le retour de la Terreur en France :
quand le Gouvernement réglemente Noel à la sauce Covid

Difficile d’imaginer qu’un jour l’on pourrait entendre des responsables politiques d’un pays comme la France tomber aussi bas. Autoriser les Français à acheter un sapin de Noel, interdire de faire du ski en France et céder mollement pour punir et interdire les remontées mécaniques, limiter à 30 personnes la présence maximale à la messe ou à 6 adultes autour d’une table pour Noel, sans oublier d’envoyer les grands-parents à la cuisine, puisqu’ils ne sont pas casés dans une maison de retraite. Tout cela sous couvert de Covid, qui a le dos de plus en plus large, mais n’est pas extensible. A ce niveau, ce n’est plus de l’incompétence, c’est du fanatisme. Primaire. Et donc violent. C’est un gouvernement de la Terreur. Sanitaire.

Les déclarations des dirigeants politiques et de leurs "experts" pour les fêtes de Noel dépassent tout ce que l’on pouvait attendre, même d’eux. Sans entrer dans les méandres de leurs esprits malades, quelques points saillants, puisque Noel ne peut être une fête et que les vacances ne peuvent être des vacances. L’on vous a dit de trembler, vous ne devez penser à rien d’autre et bientôt vous ne serez plus en état de penser. Donc, la famille à la poubelle - qui prend encore soin de ses grands-parients ? En général, ils ont été casés depuis longtemps dans les maisons spécialisées, avec leurs cheveux blancs et leur peau flétrie, et l’on verse une larme sur eux, sur nous qui devrons leur ressembler la jeunesse éternelle n’étant pas de ce monde, lorsqu’une fois par an on fait le pèlerinage. De toute manière, la famille c’est dépassé, en tout cas traditionnelle. Alors pourquoi pas entendre ça, c’est dans la logique normale des choses, le Covid libère toutes les barrières civilisationnelles sur lesquelles notre société s’est construite :

Finalement, pour ne rien laisser au hasard, le Gouvernement a décidé de réglementer. Et lorsque l’on commence, il est difficile de s’arrêter. Le fanatisme conduit immanquablement à l’absurde. 6 adultes à table et pas plus de 30 personnes à la messe. Soyons rationnels : pourquoi ne pas aller au bout et faire varier le nombre de convives en fonction de la taille de l’appartement et de la table, de l’âge des convives, de leur poids, etc. ? Ca pourrait donner un gros vaut deux maigres. Quant à la messe, même le Conseil d’Etat a trouvé cela absurde.

Comme toute réglementation ne vaut que par la surveillance et la sanction, nous attendons la mise en place de milices sanitaires, qui feront le tour des habitations le soir du réveillon pour compter les convives. Imaginez que ces salauds de Français aient le toupet d’organiser un repas de famille après la messe de Noel !

Déjà, Monsieur le Président, dans sa grandeur d’âme, nous a octroyé le privilège d’acheter un sapin pour les fêtes, il faut savoir être raisonnable.

Mais la bonté de notre Grand Ordonnateur s’arrête là, pas question d’aller faire du ski. Les Français pourraient reprendre des forces, physiques et morales, toute l’opération de guerre psychologique serait à reprendre à zéro et cela coûterait encore un pognon de dingue au contribuable. Soyez donc raisonnables, l’on va vous écoeurer pour vous dissuader d’aller vous vivifier. Comment, ça ne vous plaît pas ? Pas du tout ? Vous êtes encore vivants ? Ok, vous voulez du sport, alors montez à pied les pistes de ski ! Voici la punition, puisque vous n’êtes pas sages.

Si avec tout ça vous avez encore envie de fêter Noel, c’est que l’on a mal fait notre travail. Ne vous inquiétez pas, on va améliorer notre technique de guerre psychologique, l’on va faire monter la pression jusqu’à la terreur sanitaire totale. De toute manière, on est là pour ça. C’est notre mandat.

Karine Bechet-Golovko
vendredi 4 décembre 2020

Russie politics


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>