COMITE VALMY

Accueil du site > UNION DU PEUPLE DE FRANCE - Arc Républicain de Progrès > « Non, la basilique de Montmartre n’a pas été érigée en expiation des victimes (...)

Point de vue

« Non, la basilique de Montmartre n’a pas été érigée en expiation des victimes de la Commune ! »
Par Paul Sugy

mardi 27 octobre 2020, par Comité Valmy


La basilique du Sacré-Coeur


« Non, la basilique de Montmartre n’a pas été érigée
en expiation des victimes de la Commune ! »

FIGAROVOX/ENTRETIEN - Le Voeu national mettant en oeuvre le chantier de la basilique du Sacré-Coeur date d’avant la Commune, souligne Patrick Sbalchiero. Selon l’historien, la polémique sur son inscription aux Monuments Historiques est stérile : ce nouveau statut va permettre un meilleur entretien du bâtiment, qui occupe une place importante dans le coeur des Parisiens et des touristes.

Patrick Sbalchiero est un journaliste et historien français. Il publie en novembre prochain un essai intitulé La basilique du Sacré-Coeur de Montmartre. Une épopée incroyable au coeur de l’histoire de France (éditions Artège).

FIGAROVOX. - Dans un livre que vous publierez en novembre, vous décrivez la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre comme « une épopée au cœur de l’histoire de France ». 150 après le début de sa construction, la basilique qui trône sur les hauteurs de Paris a déjà durablement marqué l’histoire de France ?

Patrick SBALCHIERO. - Votre question appelle une réponse à plusieurs niveaux. D’abord, effectivement, 150 ans, sur le plan historique, c’est à la fois long et très court. Ainsi, la basilique de Montmartre a réellement modifié le paysage urbain parisien : c’est indéniable, dans sa dimension matérielle ! De plus, l’allure du quartier montmartrois a changé au fil des décennies et une personne du XVIIIe siècle ne reconnaîtrait pas la butte de 1870.

Par ailleurs, les controverses apparues dès l’amorce du projet de construction, en 1870-1871, et qui n’ont en fait jamais cessé depuis lors, ont redessiné l’espace politique national, en deux camps bien séparés, souvent hostiles : la France de 1789 d’un côté, et, de l’autre, celle de saint Louis, des croisades de Jeanne d’Arc et de Louis XVI. L’édification de la basilique intervient dans le contexte de ralliement des catholiques à la République sous le pape Léon XIII.

Ensuite, le site de Montmartre est devenu, jusqu’au surgissement du Covid, un lieu extrêmement fréquenté : 11 millions de visiteurs par an (après la cathédrale Notre-Dame). L’économie d’Île-de-France a bénéficié bien sûr de cette manne touristique. Enfin, sur le plan religieux en France, il est indéniable que le Sacré-Coeur est aujourd’hui bien davantage qu’un monument franco-français : c’est un lieu devenu international, avec, par exemple, ses milliers de confréries venues des cinq continents, rattachées aux sanctuaires.

L’inscription du bâtiment aux monuments historiques va-t-elle permettre de mieux préserver le Sacré-Cœur ?

Incontestablement ! Au départ, il s’agissait d’une souscription privée si l’on peut dire. L’inscription aux Monuments historiques n’est pas uniquement un avantage financier mais aussi le moyen de faire appel à des architectes de haut vol et des urbanistes maîtrisant l’évolution et les défauts d’une telle oeuvre.

Cette inscription a fait polémique en réveillant un vieux clivage anticlérical. Cette église a-t-elle vraiment été bâtie en gage d’expiation des péchés des révolutionnaires de la Commune ? Son édification enfreint-elle les principes de la laïcité ?

Votre question est importante ! À mes yeux, il ne s’agit aucunement d’une entorse à la laïcité républicaine. Car, si c’était le cas, pourquoi les Monuments historiques continueraient-ils à s’occuper des milliers d’églises et de chapelles réparties sur le sol français ?

Non, la basilique de Montmartre n’a pas été érigée en expiation des victimes de la Commune ! C’est là une erreur historique répétée et diffusée par maintes personnes. Pour deux raisons au moins : le texte du Voeu national mettant en oeuvre le futur chantier a été rédigé avant la Commune. Deuxièmement, aucun des membres du Comité du Voeu national n’était revanchard mais des chrétiens fervents, très respectueux des autorités ecclésiastiques, presque tous issus du catholicisme social, féru d’actions caritatives (Société Saint-Vincent de Paul, etc.).


Non, la basilique de Montmartre n’a pas été érigée
en ‘expiation des victimes’ de la Commune !


En revanche, il est exact de dire qu’une part non négligeable des membres du Comité ont échangé, de façons diverses, avec les milieux anticléricaux et antirépublicains (légitimistes, orléanistes...). La France est partagée en deux depuis le 21 janvier 1793, date de l’exécution de Louis XVI. C’est la Révolution française qui sert alors de pomme de discorde entre les deux ‘camps’ , bien davantage que la Commune de 1871.

Ne peut-on pourtant pas protéger le bâtiment par considération pour son histoire ? Cette inscription n’est-elle pas un geste de réconciliation ?

Si, dans une certaine mesure. Mais les gestionnaires des Monuments historiques sont des gens sérieux et très rigoureux et prennent en priorité en compte la dimension matérielle et l’intérêt du patrimoine des bâtiments qu’ils prennent en charge ; la réconciliation entre les ‘deux France’ n’entre pas forcément en compte...

L’architecture du bâtiment est controversée : pour de nombreux Parisiens, il s’agit de l’un des monuments les plus laids de la ville…

Oui, c’est le moins que l’on puisse dire, et dès le commencement. Beaucoup de critiques ont été formulées quant à son style général, son emplacement, sa décoration intérieure, son éclairage, la manière d’y accéder, etc.

On a évoqué son aspect « meringue » ou « romano-byzantin », inspiré par la cathédrale de Périgueux par exemple que l’on avait confiée au même architecte que la basilique montmartroise. D’un autre côté, de grands artistes (écrivains, peintres) ont célébré le site. Je pense qu’aujourd’hui, imaginer la capitale sans la basilique est très difficile !

23 octobre 2020


***

Voir aussi
LE SACRÉ CŒUR DE MONTMARTRE N’A RIEN A VOIR AVEC LA COMMUNE

Note du Comité Valmy :
Quoi qu’il en soit, comme la cathédrale Notre-Dame de Paris, le Sacré-Cœur de Montmartre est bien un monument historique d’importance internationale.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>