COMITE VALMY

Accueil du site > UNION DU PEUPLE DE FRANCE - Arc Républicain de Progrès > L’urgence d’un front républicain Pour combattre l’islamisme André GERIN, (...)

L’urgence d’un front républicain
Pour combattre l’islamisme
André GERIN, député-maire honoraire de Vénissieux

dimanche 25 octobre 2020, par Comité Valmy


L’urgence d’un front républicain
Pour combattre l’islamisme

Chèr(e)s Camarades et ami(e)s,

L’actualité est terrifiante, un professeur d’histoire a été décapité par la terreur islamiste quelques jours après les annonces du président Macron aux Mureaux dans les Yvelines, lors duquel il prononce des mots tels que « islam radical » et annonce des mesures pour lutter contre le séparatisme islamiste. Un projet de loi de circonstance sera présenté le 9 décembre en Conseil des ministres, après la tuerie terroriste de janvier 2015 dans les locaux de Charlie Hebdo et le nouvel acte terroriste à Paris, devant les anciens locaux, en plein procès de l’attentat de 2015 contre l’hebdomadaire satirique.

La frontière de l’abominable vient d’être franchie. Mon intime conviction politique est que le PCF doit s’exprimer haut et fort contre le danger de l’islam politique qui se traduit une nouvelle fois en déclaration de guerre. Il doit le faire sans hésiter et ainsi répondre de façon durable aux classes populaires aujourd’hui désorientées, désabusées, perdues par la cacophonie politicienne qui s’éternise depuis trop d’années. Macron s’est vu obligé d’agir devant la gravité de la situation avec l’emprise de l’islamisme sur une partie de la jeunesse issue de l’immigration. Mais il tente d’enfermer, de verrouiller le débat à un tête-à-tête avec Marine Le Pen. Cet espace est occupé principalement par le R, un peu par la droite. Mais pour la gauche, c’est soit la défausse soit le déni.

ON A PLUS LE DROIT DE DIRE AUJOURD’HUI
« JE NE SAVAIS PAS » !

Le moment est peut être venu pour le PCF de sortir de l’impasse mortifère et de se démarquer franchement. Au nom des questions économiques, sociales, il n’y a aucune raison de minimiser cette question de l’islamisme. Je suis convaincu qu’il faut appeler un chat un chat et libérer la parole. La France populaire attend de nous le parler vrai, d’un point vue communiste, qui se fait attendre et entendre. Ne laissons aucune place aux jeux tactiques et politiciens car les français sont en overdose.

DEPUIS 30 ANS LES CHOSES S’AGGRAVENT
ET L’ISLAMISME S’ENRACINE

Quand je parle de convictions intimes, je raisonne sur les 30 dernières années, avec la progression continue de l’abstention et un vote RN de plus en plus massif, avec des territoires perdus de la République ou une gangrène s’opère de façon sournoise : drogues, trafics d’armes, mafias en lien étroit avec l’islamisme, les réseaux des salafistes et des frères musulmans.

- J’ai commencé à prendre la sécurité au sérieux, les violences quotidiennes et urbaines

- A réfléchir sur l’immigration de masse, les ghettos sociaux et ethniques

- Je perçois la montée de l’islamisme

Ces trois sujets sont omniprésents dès le début des années 1990. Le climat dans les banlieues n’a plus rien à voir avec les années 1980. Après les étés chauds des Minguettes de juillet 1981, s’organise la marche des beurs en 1983 qui s’élancer des Minguettes jusqu’à Paris, dans un esprit pacifiste à l’instar de Martin Luther King. Un climat de violence s’installe petit à petit, faisant suite à la première guerre du golfe 1991. En 1995, je commande un enquête Sofres qualitative pour comprendre le vote FN *

J’ai vécu les violences urbaines, les voitures brulées devenues monnaie courante. Actuellement, au niveau national, c’est plus de 100 voitures par jour. Dans des collèges se sont des courts d’histoire, de biologie, de sciences naturelles qui sont contestés par des ados. Des regroupements identitaires sous l’égide de l’union des jeunes musulmans de plusieurs régions de France, sont organisés, en région lyonnaise avec Tariq Ramadan, et sa présence qui a duré une décennie : il tenait des conférences avec 400 et 500 jeunes des banlieues plusieurs fois dans l’année.

Les années 90 ont été marquées par la guerre civile en Algérie avec le FIS front islamique du salut et le GIA groupe islamique armé qui a provoqué la mort de 200 000 personnes dont 200 journalistes assassinés. Le gouvernement Algérien a laissé partir par milliers les membres du GIA. C’était ça où la prison. Ils sont venus s’installer dans les banlieues françaises et les conséquences sont incalculables. Nous l’avons constaté entre 1998 et 1999.

Il y a eu l’attentat station RER de Saint-Michel en 1995 avec Kaled Kelkal membre du GIA, originaire de Vaulx-en-Velin, l’attentat de Nice le 14 juillet 2016 sur la promenade des Anglais. L’individu en question était un membre actif du GIA, venu d’Algérie se réfugier il y a plus de 20 ans dans le département des Alpes Maritimes.

Les années 2000 vont confirmer cette aggravation. Le 11 septembre est un tournant de l’histoire avec l’attentat terroriste des tours du Wald Trade Center et des avions suicides à Manhattan. A la suite de cela, on assiste à des scènes de liesse dans certains quartiers avec la complaisance de certains intellectuels.

J’apprends en janvier 2002 la présence de deux gamins de Vénissieux à Guantanamo après être passés par les camps d’Al Qaïda en Afghanistan. Je veux comprendre et savoir qui bourre le crane de ces jeunes en activité professionnelle. Je découvre que l’imam du quatier, qui, du reste, a été expulsé de France, participait à des activités terroristes. C’est là que je prends conscience qu’il y a un contrôle, de l’enfermement, de l’endoctrinement dans des quartiers avec une emprise sur la jeunesse et sur certaines familles en lien avec la drogue, les mafias, les trafics d’armes et l’intégrisme islamiste.

En 2004 je fais expulser l’imam Bouziane. J’ai découvert qu’il prêche la lapidation des femmes avec des discours antirépublicains, anti France et anti blanc. Il est un des responsables nationaux des salafistes en France. Ce personnage participe à un travail de taupe sur le plateau des Minguettes.

Le 11 mars 2004, c’est la ville de Madrid qui est sous les feux d’un attentat terroriste islamique.

2005 sera une année charnière au niveau géopolitique et en France. C’est un concentré d’événements :

Une organisation politique se met en place en Europe qui vise à faire la guerre au mode de vie à l’occidental, remettant en cause l’idée même de Nation et des valeurs républicaines.

En juillet, un attentat terroriste islamiste a lieu à Londres

En septembre suite aux caricatures de Mahomet au Danemark, des scènes d’hystéries et de haines, de violences ont lieu dans les pays musulmans.

On assiste à partir du 27 octobre à trois semaines d’émeutes à Clichy-sous-Bois à la suite de la mort de deux adolescents. Le 30 octobre, changement de décor, une grenade atterri près de la mosquée. L’effet est désastreux. L’émoi est palpable chez les musulmans. Cet incident change le cours des choses. Bientôt se sera 800 communes concernées, 10 000 voitures brulées et des centaines de bâtiments publics attaqués. C’est l’état d’urgence. Aucune analyse ni réflexion politique n’est faite .Ce sont les symboles de la République qui ont été pris pour cible. On a beaucoup glosé sur la révolte des jeunes chez les salonards parisiens. Je n’ai vu ni revendication sociale ou politique !

2005 UNE ANNEE DE TOUS LES DANGERS

Depuis, sans exception ce scénario se reproduit lors des émeutes urbaines pour cibler les symboles de la république (en 2007, j’ai traité ce sujet dans mon livre les ghettos de la République)

En 2009 je suis à l’initiative de la loi contre le voile intégral et la burqua. Je préside la mission parlementaire pour une loi au service des jeunes filles et des femmes, pour condamner pénalement les gourous islamistes. Je suis parti de la réalité des conflits réguliers : à l’état civil avec le refus de montrer son visage, de voir un médecin homme pour un accouchement, l’interdiction faite aux filles mineures d’aller au planning familial du quartier. Une certaine charia s’est imposée, contrôlée par les gourous et les grands frères. C’est l’homophobie, la virginité avant le mariage, l’antisémitisme et le sexisme. L’ensemble des auditions à Lille, Lyon, Marseille, Bruxelles, Paris ont démontré la gravité de la situation avec des petites filles de 7 à 8 ans à qui on impose le voile intégral, dans des entreprises y compris du CAC 40 le refus de la mixité au travail, du harcèlement sur les tenues vestimentaires et les prières dans les vestiaires. La burqua c’est la partie émergée de l’iceberg islamiste.

Tout s’aggrave dans le sport, les entreprises, la fonction publique ; Je rappelle pour mémoire en 2002, le livre sur les territoires perdus de la République qui dénonçait déjà l’école rongée par le communautarisme, l’antisémitisme et le sexisme, plusieurs rapports en 2005 dont Obin pour l’éducation nationale, les renseignements généraux et le dernier rapport du sénat juillet 2020.

NOUS AVONS SUR NOTRE SOL
DES TALIBANS FRANCAIS

Le djihad nous fait découvrir avec horreur que des enfants français sont en guerre contre la France, leur pays, au service de l’état islamique et la Syrie. Parmi ces français il y a des convertis par milliers qui arabisent leur nom. Nous avons sur notre sol des talibans français.

Après les crimes perpétrés par Mohammed Merah à un mois des présidentielles de 2012, en dehors des jeux politiciens, il n’y a eu aucun soubresaut. La vie continue comme si rien ne s’était passé. Depuis cette date, il y a eu encore la tuerie du Musée juif de Bruxelles commis par un français d’origine algérienne né à Roubaix en France et ayant grandi en France comme Mohammed Merah. Puis deux mois plus tard, en juillet 2014, des violences antisémites secouent la région parisienne au nom de la Palestine. En janvier 2015, nous avons subi l’attaque terroriste de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher. Le scénario ne s’arrête pas là : tentative d’attentat contre l’église de Villejuif en mars 2015, Saint-Quentin-Fallavier en juin 2015 où la tentative d’attentat a débouché sur une décapitation, enfin les tentatives d’attentats dans le train Thalys en aout 2015, sans oublier les massacres au Bataclan et à Paris le 13 novembre 2015

Ces jeux dangereux ont abouti à la présence de Marine aux deux tours des présidentielles de 2017. Dans les ghettos sociaux devenus ethniques, au final se développe un racisme anti occidental, antifrançais et anti juif.

C’EST LA HAINE DE LA FRANCE

La société paie l’abandon dont elle s’est rendue coupable. Ces français issus de l’immigration ont été abandonnés, enfermés dans une misère endémique. Cette jeunesse a été ghettoïsée. Avec un chômage de masse (plus de 50%), le seul horizon, c’est le " no futur ". Cette politique n’a entrainé que le mal être et l’incompréhension, a conduit à la haine de la France. Une haine qui sert de fonds de commerce au RN. L’islam instrumentalisé porte une revendication ethno religieuse avec des jeunes radicalisés devenus la proie des salafistes.

Combattre l’islamisme c’est l’urgence, en dénonçant les raisons sous-jacentes des violences urbaines répétées dont la nature communautaire est évidente. Chaque jour on assiste à des violences sinon à des émeutes. Notre société renferme des germes de guerre civile et nous pouvons y basculer un jour.

Mon souhait le plus cher c’est que le PCF s’engage dans ce combat et OUVRE UN GRAND DEBAT PUBLIC NATIONAL avec les communistes, les classes populaires, les français musulmans.et de grands intellectuels, si nous ne voulons pas laisser libre-cours aux gourous intégristes qui instrumentalisent l’islam. Il nous faut clarifier l’enjeu pour la société, refuser ceux qui nourrissent l’amalgame afin de désarmer de nombreux français musulmans qui eux souhaitent un islam spirituel compatible avec la république dans un contexte apaisé.

COMBATTRE L’ISLAMISME
UNE PRIORITE NATIONALE

Nous pouvons dire de manière claire et sans équivoque que nous voulons faire de notre combat contre l’islamisme une de nos priorités nationales. Nous répondrons aux interrogations de beaucoup de français et des musulmans eux-mêmes qui n’en peuvent plus d’être ignorés et méprisés.

C’est le moment d’engager ce grand débat pour aider à la prise de conscience sur l’idéologie totalitaire de l’islam politique, en contribuant à réfléchir sur les évolutions des 30 dernières années. Rassemblons les analyses produites sur l’islamisme, sur les frères musulmans, les salafistes en faisant appel à ce qu’il y a de mieux chez des spécialistes, des chercheurs, les intellectuels avec les gens de première ligne au quotidien.

Je souhaite que le PCF ait un électrochoc politique. Je suis convaincu qu’il s’agit d’un mal nécessaire et vital pour le renouveau de notre pensée. Dire le combat contre l’islamisme c’est le combat des communistes. Ce combat, nous voulons le mener avec les français musulmans. Il changera fondamentalement la donne au sein de la gauche et de l’ensemble de la classe politique. Nous devons mettre la barre haute pour déjouer l’instrumentalisation et les amalgames du RN, de la droite caricaturale et d’une gauche pour le moins incertaine avec une extrême gauche tombée dans l’islamo gauchisme

UNE MAIN TENDUE AUX FRANCAIS MUSULMANS.

Sortons du piège Macron / Le Pen dans lequel le Président veut nous enfermer. Il y a obligation d’être cash, avec les français musulmans à la fois pour leur tendre la main et les appeler dans l’union et l’action à agir côte-à-côte pour le vivre ensemble, en combattant avec eux sans défaillance l’islamisme. Je crois que les conditions existent pour construire un chemin de discussions, de réflexions partagées pour l’agir en commun avec les français musulmans dans le même esprit que la main tendue aux chrétiens par Maurice THOREZ et Georges MARCHAIS. Il faut sortir de l’amalgame et permettre à la deuxième religion de France d’exister pour un islam spirituel reconnu, respecté, afin qu’il retrouve de la sérénité.

C’est pourquoi de mon point de vue les communistes devraient être en tête dans ce combat contre l’islamisme. Remporter ce défi concerne toute la société de la gauche à la droite.

L’HEURE EST AU REVEIL
D’UN FRONT REPUBLICAIN
POUR COMBATTRE L’ISLAMISME
ET DEFENDRE NOTRE CIVILISATION
ISSUE DE LA FRANCE DES LUMIERES

e combat contre l’islamisme c’est un défi majeur pour sortir des ghettos ethniques avec en même temps ne rien lâcher sur les questions économiques et sociales.

Sans état d’âme menons se combat pour que vive la république car il s’agit bien d’un défi de civilisation.

Avec mes amitiés.

André GERIN, député-maire honoraire de Vénissieux
samedi 17 octobre 2020

blog d’André GERIN


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>