COMITE VALMY

Accueil du site > COMITE VALMY ANALYSES ET PROPOSITIONS - > Gorbatchev, les excuses de Judas par Vsevolod NADEZHDIN (La (...)

Espace post-soviétique (URSS)

Gorbatchev, les excuses de Judas
par Vsevolod NADEZHDIN (La Pravda)

samedi 24 octobre 2020, par Comité Valmy


Gorbatchev, les excuses de Judas

Le journal communiste russe La Pravda n’a pas pardonné, et ne pardonnera jamais, à Gorbatchev ses actions politiques qui ont conduit à la chute de l’Union soviétique.

Le journal, avec la plume de Vsevolod NADEZHDIN, répond à une interview réalisé par l’ancien président de l’URSS au Times.

Le "Judas du XXème siècle" a une nouvelle fois tenté de justifier sa politique de l’époque et de nier ses responsabilités dans l’effondrement de l’URSS et du bloc socialiste.

Traduction Nico Maury

La trahison et les traîtres en tout temps, dans tous les pays et dans tous les peuples, ont suscité un sentiment de mépris et de dégoût. Un traître aux yeux des gens est par exemple le biblique Judas Iscariot, une sorte de symbiose entre tromperie, manque de principe, cupidité, lâcheté. Et les gens croient à juste titre qu’il n’y a aucune excuse pour les traîtres, sans parler de leur confiance. Ce n’est pas un hasard si le fameux aphorisme de Kozma Prutkov est toujours vivant et pertinent en Russie à ce jour : "Ayant menti une fois, qui vous croira ?"

Mais, aussi étrange que cela puisse paraître, les traîtres eux-mêmes essaient parfois de réfuter les vérités évidentes sur eux-mêmes. Et ils essaient non seulement de justifier leur propre activité perfide, mais même de la présenter comme une bénédiction pour ceux qui la condamnent !

C’est exactement ce que le principal Judas du XXe siècle, l’ancien président de l’URSS, Mikhaïl Gorbatchev, qui a trahi notre grand pays, son peuple multinational et ses alliés dans le camp socialiste est devant le monde entier. Il a une fois de plus démontré cela. Dans une interview à l’étranger (vu qu’ici personne ne s’intéresse à lui depuis longtemps !), au "Times" britannique, il déclara sans détour que "l’effondrement de l’Union soviétique n’était pas le résultat final de la perestroïka". "En aucun cas, bien sûr, nous ne voulions cela" déclare t-il.

Pardonnez-moi, mais qu’est-ce que l’effondrement du grand pays, sinon le résultat des violentes activités de perestroïka de Gorbatchev ? Après tout, la soi-disant perestroïka, qui a ruiné des millions de personnes et détruit des dizaines de milliers de familles, s’est poursuivie tout le temps qu’il était au pouvoir, et dès qu’il était « parti » du Kremlin, ses successeurs en la personne de Boris Eltsine et les libéraux pro-occidentaux rassemblés autour de lui ont achevé ce qu’ils avaient commencé. Gorbatchev, ruinant immédiatement l’Union. Heureusement, les bases en ont déjà été posées sous la forme de l’abolition pratique du PCUS et de l’effondrement du camp socialiste en Europe avec la participation active du même Gorbatchev. Comment pouvez-vous nier cela, en essayant de se justifier ?

Mais il nie néanmoins tout ! De plus, il se déguise en défenseur de l’URSS et déclare que "le monde d’aujourd’hui serait plus stable, plus sûr et plus juste si l’Union soviétique était préservée". Et la catastrophe qui s’est abattue sur le pays et ses habitants se réduit à "quelques erreurs". Disons qu’il fallait commencer plus tôt à réformer le parti, à décentraliser l’URSS, et plus hardiment à faire des ajustements à l’économie.

Mais le plus frappant, c’est que Gorbatchev considère toujours sa « perestroïka », devenue une "injection mortelle" pour le pays, comme la bonne voie ! "L’essentiel est que nous ayons amené le processus de changement au point où il devenait impossible de l’inverser. Par conséquent, le coup d’État d’août 1991 a échoué. Bien que les dégâts en soient énormes : c’était un coup dur pour le président et l’Union. Et puis les radicaux et les séparatistes ont achevé l’Union sans penser aux conséquences", a déclaré Gorbatchev à cet égard.

Ni plus ni moins ! Il s’avère que notre « Judas du XXe siècle » n’a rien à voir avec cela, et les « radicaux et séparatistes » sont à blâmer pour tout. Mais, excusez-moi, d’où venaient ces mêmes radicaux à l’époque dans notre pays ? Qui les a « nourris et encouragés » ? La réponse est évidente : ces « personnages » sont un véritable « produit de la perestroïka », mais, comme on le voit, quand un traître cherche une excuse pour lui-même, il nie même des faits incontestables.

Dans le contexte de tout cela, il convient de noter que même le Judas biblique déjà mentionné a un certain avantage moral sur le Judas du XXe siècle : il, contrairement à Gorbatchev, ayant reçu ses trente pièces d’argent, n’a même pas essayé de chercher des excuses pour la trahison, mais il s’est honnêtement condamné en s’exécutant.

Vsevolod NADEZHDIN
Vendredi 23 Octobre 2020


Via perspective communiste


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>