COMITE VALMY

Accueil du site > - L’UNION de la RESISTANCE, le CNR, son programme, NOS REFERENCES. > ORIENTATION STRATEGIQUE Résistance républicaine, patriotique et sociale - (...) > Le fiasco culturel de l’Année du Mexique en France par RFI

Le fiasco culturel de l’Année du Mexique en France
par RFI

vendredi 25 février 2011, par Comité Valmy


Voir en ligne : L’affaire Cassez : chercher la vérité

RFI - Culture / France / Mexique - Article publié le : jeudi 24 février 2011

Pinacothèque de Paris

L’Année du Mexique en France tourne au vinaigre. L’adresse internet www.anneedumexique.com est caduque, le ministère de la Culture en France et l’Institut français ont éradiqué l’événement de leurs sites Internet et ne fournissent même plus l’information « annulée » aux internautes. C’est près de 360 manifestations culturelles qui se retrouvent en suspens. Certaines sont d’ores et déjà annulées, c’est le cas de l’exposition Les masques de jade Mayas qui devait être présentée la semaine prochaine à la Pinacothèque de Paris. Le Mexique outré par les propos de Nicolas Sarkozy, président de la République française, ne veut plus prêter ses œuvres ni financer quoi que ce soit. Le label « Année du Mexique en France » est officiellement suspendu. Retour sur la genèse d’un fiasco.

Tout est parti d’une phrase du président de la République Nicolas Sarkozy qui, la semaine dernière, a décidé de dédier l’année du Mexique en France à Florence Cassez. Florence Cassez est une ressortissante française, condamnée à 60 ans de prison au Mexique pour complicité d’enlèvement. Ses défenseurs et la diplomatie française dénoncent les irrégularités qui ont entaché, selon eux, la procédure judiciaire. Il n’en fallait pas plus pour provoquer une crise diplomatique majeure entre la France et le Mexique. Mexico n’a pas supporté cette ingérence qualifiée d’arrogance française et c’est finalement l’année du Mexique en France qui a trinqué. Quelque 360 manifestations culturelles étaient prévues dans tout le pays : des expositions, des concerts, des festivals... Le Mexique a retiré toutes ses billes.

Le romancier Jean-Claude Carrière, associé à l’évènement et auteur du Dictionnaire amoureux du Mexique, estime que la profession est instrumentalisée, méprisée. « C’est une décision prise à la va-vite dans un petit couloir de l’Elysée, quelqu’un a dit au président, tu devrais dire ça, et il l’a dit. Cela sabote le travail de plusieurs milliers de personnes qui se retrouvent le bec dans l’eau. C’est un gâchis effrayant. Et en plus cela ne sert pas Florence Cassez qui n’a rien à gagner à cette médiatisation plus que maladroite ».

Expositions annulées Le public ne verra donc rien de l’exposition Les cultures antiques de Veracruz qui devait ouvrir aumusée gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal dans le Rhône. Le Mexique a tout annulé et a repris les œuvres qui étaient déjà installées puisque l’exposition devait démarrer le 18 février. Le conservateur du musée, Mhammed Behel, a appris l’annulation par courriel, et les commissaires mexicains de l’exposition sont revenus de Mexico pour rapatrier les objets et tout réemballer dans les caisses. A Saint Romain-en-Gal comme ailleurs beaucoup d’argent a déjà été dépensé pour rien. Environ 2 millions d’euros côté mexicain et plusieurs centaines de milliers d’euros côté français.

Les annulations vont désormais se multiplier partout en France, mais beaucoup espèrent que la situation se débloquera d’ici quelques semaines et que les grosses manifestations prévues pour l’été ou l’automne pourront avoir lieu.

Sauver ce qui peut l’être

Malgré la crise diplomatique, certains ont réussi à sauver leur festival, c’est le cas notamment du festival de cinéma Travelling à Rennes qui se tient en ce moment même. En fait, les bobines étaient déjà arrivées, donc les projections ont bien lieu. Anne Le Hénaff ; la directrice artistique de ce festival, a maintenu sa manifestation grâce à une aide financière de la ville de Rennes et déplore la perte d’énergie effroyable, le manque de respect pour les mois de travail. Tout le secteur artistique concerné par l’évènement est « KO debout », chacun essaie de sauver ce qui peut l’être. Au ministère de la Culture et à l’Institut Français personne ne veut commenter l’affaire. C’est l’embarras et la désolation qui domine.

Le film "les Bas-fonds de Mexico" d’Emilio Fernandez (1948) a été projeté en ouverture du Festival de cinéma "Travelling Mexico", à Rennes, le 22 février 2011.

Lettre ouverte au président français Nicolas Sarkozy (AFP)

Article original sur le site de RFI :

http://www.rfi.fr/ameriques/20110224-le-fiasco-culturel-annee-mexique-france


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>