COMITE VALMY

Accueil du site > - LAÏCITE - REFUS DU COMMUNAUTARISME > « L’islam est la religion de l’Etat » n’est bénéfique ni pour l’Etat ni pour (...)

« L’islam est la religion de l’Etat »
n’est bénéfique ni pour l’Etat ni pour l’islam
Par Razika Adnani

mardi 22 septembre 2020, par Comité Valmy


Religion et politique, deux domaines différents qu’il faut absolument séparer. PPAgency

« L’islam est la religion de l’Etat »
n’est bénéfique ni pour l’Etat ni pour l’islam

– Tout au long de la première moitié du XXe siècle, les pays à majorité musulmane ont entamé une modernisation de leur société. Cependant, ils ont presque tous déclaré dans leur Constitution que l’islam était la religion de l’Etat, révélant les limites de cette modernisation et la force de l’opposition portée par les conservateurs. L’Algérie, ayant obtenu son indépendance en 1962, a inscrit, elle aussi, dans l’article 4 de sa première Constitution de 1963 que l’islam était la religion de l’Etat. Un principe repris dans l’article 2 de toutes les constitutions qui ont suivi. Dans le projet de révision de la Constitution lancé par le gouvernement actuel, cet article n’est pas concerné, ce qui annonce son maintien.

L’expression « L’islam est la religion de l’Etat » peut avoir deux sens différents mais très complémentaires. Elle peut signifier que l’islam appartient à l’Etat. Celui-ci veille sur son organisation et intervient dans son champ comme une de ses institutions. Elle peut signifier que l’Etat appartient à l’islam. Si l’Etat est une entité abstraite et ne peut avoir la foi lui permettant d’appartenir à l’islam, l’Etat appartient à l’islam signifie que l’Etat respecte dans son fonctionnement les recommandations de l’islam. Dans les deux sens, ce principe pose un grand problème non seulement à l’Etat, mais aussi à l’islam

En tant que religion, l’islam est censé être « ce qui relie à Dieu et à Lui seul » ou une « relecture de Dieu en soi », deux étymologies que retient Saint Augustin. Ainsi, l’islam doit relever du monde de la spiritualité et de la relation de l’individu avec le divin. Or, l’Etat qui fait de l’islam une de ses institutions et intervient dans son champ le transforme en politique. Les imams devenant des fonctionnaires de l’Etat reçoivent leurs ordres de celui-ci. Ils n’expriment pas sincèrement et librement ce qu’ils pensent au sujet de la religion mais ce qui correspond aux exigences de l’Etat.

Quant à ceux ayant des ambitions politiques, ils affichent une appartenance à l’islam quand bien même ils n’auraient aucune foi et cela uniquement pour réaliser leurs objectifs. D’autres le font pour ne pas être accusés de désobéissance à l’Etat, étant donné que sortir de la religion officielle de l’Etat ou en avoir une autre, ou même avoir un avis différent au sujet de la religion, peut être considéré comme une opposition à l’Etat. Ainsi, la foi qui devrait être une conviction personnelle devient pour beaucoup un calcul politique, une obligation sociale et même une hypocrisie.

L’islam, comme les deux autres religions monothéistes, affirme porter une vérité divine dont le champ dépasse, par conséquent et vu la nature du divin, l’entendement humain. Ainsi, le croyant doit être dans une recherche perpétuelle pour s’approcher au maximum de cette vérité. Une telle tâche nécessite une adhésion personnelle et une liberté totale de penser et de s’exprimer. Or, un islam institution de l’Etat est une entrave à cette liberté car, par définition, l’Etat représente le pouvoir qui impose l’obéissance.

« L’islam est la religion de l’Etat » ne nuit pas seulement à l’islam, mais également à l’Etat. Il le met dans une grande difficulté d’ordre pratique qui résulte du fait que l’islam est multiple, ce qui impose une question importante : quel est l’islam qui est la religion de l’Etat ? Celui existant auprès de Dieu, selon la foi musulmane, ou celui existant dans les textes coraniques ou encore celui que les musulmans conçoivent et pratiquent ? Cette multiplicité de l’islam sur le plan vertical montre qu’il y a trois niveaux de l’islam qui ont chacun leurs critères propres. Le premier, appartenant au monde de la métaphysique et du divin, est hors de portée humaine. Le deuxième est, lui aussi, hors de portée humaine étant donné que toute tentative de le comprendre ou de l’interpréter le place immédiatement dans le troisième niveau qui est celui de l’islam tel que les musulmans le comprennent et le pratiquent. C’est ce troisième islam qui est désigné par « l’islam est la religion de l’Etat ». Le problème, c’est qu’il est à son tour multiple. Multiplicité horizontale qui résulte des nombreuses façons de le comprendre et de le pratiquer.

D’aucuns pourront rétorquer, concernant l’Algérie, qu’il s’agit de l’islam malékite. En effet, l’Etat algérien, par le biais de son ministère des Affaires religieuses, affirme que le malékisme représente la référence religieuse en Algérie. Cependant, d’une part, les Algériens ne sont pas tous malékites, ni même tous sunnites. Il y a des soufis, des ibadites, des wahhabites, des modernistes, des traditionalistes et la liste peut être longue. D’autre part, il y a une imbrication entre le malékisme et le soufisme et le malékisme et le wahhabisme telle qu’il est difficile de savoir quel est l’islam qui est la religion de l’Etat. Comme l’islam est une institution de l’Etat, c’est-à-dire une politique, on a donc une institution de l’Etat dont on ne sait pas clairement quelle est sa politique, ce qui est très problématique pour l’Etat.

Tout Etat a comme objectif d’être celui de tous les individus. Or, se réclamant de l’islam malékite (une école de l’islam sunnite), l’Etat se présente comme celui d’une partie de la population, celle qui y appartient, et non de toute la population étant donné qu’en Algérie, non seulement il y a plusieurs islams, mais les citoyens ne sont pas tous musulmans, ni tous croyants. « L’islam est la religion de l’Etat » met donc l’Etat en contradiction énorme avec lui-même et l’empêche de ce fait de se réaliser en tant qu’Etat.

Il le met également en contradiction avec ses autres objectifs. Le plus important est celui de l’égalité stipulée dans les articles 32 et 34 de la Constitution algérienne, étant donné que la première condition de l’égalité est la neutralité de l’Etat vis-à-vis des croyances religieuses et non religieuses. Or, un Etat déclarant appartenir à une religion particulière prend parti en faveur d’une religion (un islam), celle de l’Etat. Les individus n’ont, par conséquent, pas tous les mêmes chances d’exprimer et de vivre leurs convictions religieuses ou non religieuses. La religion de l’Etat, qui est celle d’une partie de la population, est promue et imposée à toute la population. A l’école, les enfants sont tous soumis à la même éducation religieuse, sans aucune distinction concernant l’appartenance religieuse de leurs parents et le même code de la famille est appliqué à tous les Algériens.

Ainsi, alors que la Constitution garantit l’égalité des Algériennes et des Algériens (articles 32, 34 et 38), le code de la famille donne aux hommes, parce que ce sont des hommes, des privilèges au détriment des femmes, parce que ce sont des femmes. Le juriste algérien a considéré plus important de légiférer conformément à la Charia plutôt qu’à la Constitution qui représente les normes suprêmes de l’Etat. Ainsi, l’article 2 de la Constitution est en conflit avec les autres articles qui stipulent la liberté et l’égalité. Ces contradictions dans le fonctionnement de l’Etat en tant qu’institution portent atteinte à sa crédibilité et par conséquent l’affaiblissent.

Jusqu’aux années 1970 et bien qu’ils aient déclaré « l’islam est la religion de l’Etat », les pays du Moyen-Orient et ceux du nord de l’Afrique ont entamé une certaine sécularisation, donc une modernisation, de la politique et de la société. Un projet qui n’a pas pu se réaliser réellement. Bourguiba n’a pas pu émanciper le statut personnel de toute tutelle de la religion et des traditions et l’Algérie n’a pas pu promulguer un code de la famille issu de la raison et séparé de la Charia.

Le principe « l’islam est la religion de l’Etat » a été une porte par laquelle la religion n’a cessé de s’introduire dans la gestion des affaires de la cité. En Algérie, en 2016, l’article 50 a été ajouté dans le texte de la Constitution stipulant clairement que la liberté d’expression s’arrêtait aux frontières des valeurs de la religion (mais aussi celles de la morale et de la culture qui posent également beaucoup de questions nécessitant une réflexion profonde), ce qui signifie que l’Etat protégeait la religion (l’islam de l’Etat ). Il en est de même en Tunisie où l’article 6 a été ajouté en 2014 affirmant que la Constitution protégeait la religion et le sacré. Deux articles qui constituent une régression dans le projet de construction d’un Etat moderne dont le rôle est de veiller à garantir non pas l’intérêt de Dieu mais celui des individus qui est le sens même de l’existence de l’Etat et l’objectif du contrat social. Ainsi, le principe « l’islam est la religion de l’Etat » impose à l’Etat une fonction qui n’est pas la sienne, celle de protéger la religion et un rôle qui n’est pas celui que la population attend du pouvoir. Les Algériens attendent de l’Etat qu’il leur garantisse les moyens d’accéder au travail, à la bonne éducation pour leurs enfants, au logement, aux soins, à la culture et à la sécurité.

L’Etat qui se veut protecteur de la religion se met sur le terrain du religieux et rivalise avec son discours. Il se retrouve ainsi dans une situation l’obligeant à se soucier d’être conforme aux recommandations de la religion au détriment des revendications sociales, culturelles et politiques du peuple. Il se détourne de sa fonction d’Etat comme on l’a vu lors de la distribution du Coran par la police pour le personnel soignant pendant la crise sanitaire causée par le Covid-19. En s’occupant de la vie religieuse des individus, ce qui ne relève pas de sa responsabilité, l’Etat disperse ses efforts mais aussi institue des inégalités, comme celles entre les hommes et les femmes et, de ce fait, accepte des injustices alors qu’il est censé les combattre.

Un autre droit garanti par la Constitution est celui de la liberté d’expression et de conscience stipulé dans l’article 42 et dans l’article 38 concernant les « droits de l’Homme ». Cependant, comment procéder si l’Etat protège la religion et même une version particulière de la religion ? La Constitution qui protège une religion ne peut garantir la liberté de conscience. Bien au contraire, elle donne à l’Etat et à la société un cadre juridique pour la piétiner.

La Constitution qui veut protéger une religion et imposer à tous les lois de celle-ci révèle la persistance d’une conception de la société qui est fermée et dont les individus appartiennent tous à la même famille et donc croient tous à la même religion. Une vision tribale qui va à l’encontre de la réalité politique, démographique, géographique et culturelle de l’Algérie d’aujourd’hui. Tous ces paradoxes compliquent les textes juridiques fondamentaux et brouillent ainsi le fonctionnement de l’institution de l’Etat.

La séparation de la politique et de la religion
est l’ultime solution

La séparation de la politique et de la religion est l’ultime solution pour mettre fin à la confusion entre ces deux domaines. Il faut que l’Etat soit une politique et non une religion et il faut que l’islam soit une religion et non une politique.

Il est dans l’intérêt de l’Etat, s’il veut construire une Algérie moderne, de mettre fin à l’introduction de la religion dans le domaine politique afin de mettre fin aux ambiguïtés et aux contradictions qui font perdre à la Constitution sa crédibilité et fragilisent l’Etat. L’Algérie a besoin d’un système juridique issu de la raison qui sera, en accord avec les principes constitutionnels que sont l’égalité et la liberté, capable de s’adapter aux circonstances nouvelles et de suivre le dynamisme de la société. Les règles de la religion non seulement ont été conçues à une époque où les valeurs modernes, l’égalité et la liberté n’étaient pas connues, mais aussi la religion, domaine du sacré, accepte difficilement le changement et l’évolution.

Il est indispensable que l’Etat s’émancipe de la religion pour remédier au fossé qui s’élargit entre les lois qui administrent la société et la société. Pour que l’Etat puisse être un Etat juste qui n’accorde aucun privilège pour des raisons de sexe ou de religion. Pour que tous les Algériens soient des citoyens égaux devant la loi. Pour que l’Etat puisse être neutre à l’égard des religions et respectueux des libertés et des croyances religieuses. Pour le philosophe anglais John Locke (1632-1704), la neutralité de l’Etat est la condition qui lui permet de tolérer toutes les religions.

Il est également dans l’intérêt de l’islam de se libérer de la politique qui l’instrumentalise et de devenir une religion. Ceux qui font la politique en utilisant l’islam ne sont intéressés ni par le monde de la religion ni par Dieu mais uniquement par le pouvoir. Il est indispensable que l’appartenance à l’islam soit une conviction personnelle.

L’idée de la séparation de la religion et de la politique effraye, cependant, un grand nombre de personnes pensant que l’Etat doit protéger la religion. Or, la religion est fondée sur la foi qui est une conviction, c’est-à-dire un jugement intérieur strictement personnel. Quand elle a recours à l’Etat, qui est une force extérieure, pour exister, quand elle a besoin de punir des personnes pour se protéger, c’est qu’elle a cessé d’être une religion. Elle est devenue une politique. Elle met fin à son existence en tant que telle. Pour John Locke, si l’objectif de la religion est le salut de l’âme, il ne sert à rien d’obliger une personne à y adhérer de force car son âme ne sera de toute manière pas sauvée. L’idée de l’Etat qui protège la religion va même à l’encontre de plusieurs textes coraniques reconnaissant à l’individu la liberté de croire ou de ne pas croire. Ensuite pourquoi Dieu aurait-Il besoin d’un Etat pour le défendre ou défendre sa parole ? N’est-Il pas l’être parfait, le Tout-Puissant ?

Evoquer la séparation de la politique et de la religion ou la laïcité nous amène néanmoins à une question cruciale : comment séparer la politique de la religion si l’islam lui-même ne les sépare pas et cela depuis 622 ? Voilà ce qui nécessite, en plus d’une réforme de la politique pour séparer l’Etat de la religion, une réforme de l’islam pour le séparer de la dimension juridique et politique et d’adapter son discours aux nouvelles valeurs de l’humanité. Pour cela, une rupture épistémologique et psychologique s’impose pour passer à l’âge moderne. « La modernité est, certes, née en Occident, mais elle est un acquis de l’humanité, un signe de son évolution et de sa maturité. »[1]

R. A.

[1] Razika Adnani, Charlie Hebdo : « Face à la violence, il ne suffit pas d’affirmer que l’islam la dénonce. »

In Algérie Cultures. Avec l’aimable autorisation de l’auteure.

septembre 20, 2020 -


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>