COMITE VALMY

Accueil du site > > Ukraine : quand les nationalistes attaquent l’opposition, la communauté (...)

Ukraine : quand les nationalistes attaquent l’opposition, la communauté internationale se tait
par Karine Bechet-Golovko

dimanche 30 août 2020, par Comité Valmy


Ukraine : quand les nationalistes attaquent l’opposition,
la communauté internationale se tait

Quand un groupe nationaliste s’attaque à un bus d’opposants, il n’y a de silence dans les médias main stream que si cela se passe où cela doit se passer. Car toutes les oppositions ne se valent pas, seules celles permettant, sous couvert de faux nationalisme, l’avènement de la globalisation sont sacralisées. Comme en Biélorussie. Or, en Ukraine, quand des membres du "Corpus national" de Biletsky, protégé par l’indéboulonnable ministre de l’Intérieur Avakov, tirent sur un bus d’opposants des "Patriotes pour la vie", en pleine rue, et les poursuit une batte de base ball à la main, rien. Pas d’indignation internationale, pas de grandes déclarations pour protéger la liberté d’expression. Rien. Silence, on frappe. Silence, on terrorise. Et c’est bien. La gouvernance par la peur, faute de ne plus pouvoir convaincre. L’Ukraine est décidément l’avenir de l’Europe.

Le 27 août, un bus des membres d’un groupe de l’opposition ukrainienne "Les patriotes pour la vie", dirigé par Ilya Kiva, après leur assemblée générale à Poltava, ont repris la route et se dirigeaient vers Kharkov. Dès la sortie de la ville, ils se sont fait suivre, notamment par une voiture ayant une plaque lituanienne. A une quarantaine de kilomètre de Kharkov, deux véhicules les ont bloqué, en pleine route, et obligé à s’arrêter. Une quinzaine d’hommes a alors attaqué le bus, tiré dessus avec des armes traumatiques, des balles en caoutchouc ont également été retrouvées, des pierres ont été lancées contre le bus et ceux qui en sortaient se sont fait frapper au sol. Dans le bus, des fusées de feux d’artifice ont été lancées pour y mettre le feu, alors que les gens étaient couchés au sol à l’intérieur.

Une vidéo des faits a été difusée par un véhicule passant à proximité au moment de l’attaque :

De son côté, la police ne parle pas des coups portés, est évasive sur l’enchaînement des faits, a tout d’abord voulu limiter l’agression à du vandalisme, avant de devoir quand même envisager la tentative de meurtre. Quant aux attaquants, pourtant interpellés et tous liés au groupe nationaliste "Corpus national" de Biletsky, la police ne voit pas de liens ... Il faut dire que la plainte des "Patriotes pour la vie" contre le "Corpus national" suite aux menaces qu’ils avaient antérieurement reçues n’a conduit à aucune réaction de la police.

Si la police ne parle que de 4 blessés légers, Kiva a annoncé la disparition de deux politiciens et la mort de trois personnes, en plus des blessés.

De son côté, le ministre de l’Intérieur, Avakov, tente de minimiser les faits en présentant cette attaque contre un groupe d’opposition comme une bagarre entre des bandes rivales, voulant éviter toute dimension politique.

Il faut lire les déclarations de Biletsky pour avoir confirmation de la dimension politique de cette attaque, ignoble, en plein jour, en pleine rue :

"Ce qui s’est passé sur la route près de Kharkov est la conséquence de l’inaction des services spéciaux et du ministère de l’Intérieur. Si l’on n’arrête pas les bandes séparatistes de Kiva maintenant, alors demain nous aurons des "LNR" à Kiev et à Kharkov"

Autrement dit, il s’agit bien d’une agression politique, volontairement tournée contre ceux qui osent remettre en cause le cours politique de l’Ukraine post-Maïdan, de cette Ukraine pro-OTAN, pro-UE, désintégrée dans la globalisation et instrumentalisée dans un combat qui la dépasse.

Ainsi, seule la terreur permet à l’Ukraine de maintenir le cours post-Maîdan. Sans elle, les gens reprendraient leurs esprits ... et leur vie. Ils risqueraient de vouloir reconstruire leur pays ... et en reprendre le contrôle. Ce qui serait absolument inacceptable pour le monde global. Ce monde global qui faute de pouvoir convaincre, maintenant, ne peut plus que gouverner par la peur et par la terreur.

Karine Bechet-Golovko
samedi 29 août 2020

Russie politics


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>