COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Tensions Athènes-Ankara : "L’UE porte une écrasante responsabilité dans la (...)

Tensions Athènes-Ankara : "L’UE porte une écrasante responsabilité dans la montée de l’impérialisme turc"
par Olivier Delorme

jeudi 27 août 2020, par Comité Valmy


Tensions Athènes-Ankara : "L’UE porte une écrasante responsabilité dans la montée de l’impérialisme turc"

Alors que les relations entre Athènes et Ankara se sont à nouveau détériorées, sur fond d’ambitions gazières, Olivier Delorme revient sur l’évolution des tensions entre les deux pays.

En 1975, à l’issue d’une première crise provoquée par des activités de prospection turques dans les eaux du plateau continental grec, les Premiers ministres Karamanlis et Demirel avaient convenu de recourir à l’arbitrage de la Cour de justice internationale de La Haye pour régler ce différend. Et depuis, tous les Premiers ministres grecs, jusqu’à Kyriakos Mitsotakis dans son allocution du 12 août, ont appelé à cette solution, également recommandée par le Conseil de sécurité de l’ONU, la jurisprudence de la Cour laissant présager l’attribution à la Turquie deux ou trois couloirs entre des îles orientales grecques afin que sa Zone économique exclusive (ZEE) soit d’une superficie équivalente à ce qu’elle serait sans ces îles.

Mais, sous la pression de son vice-Premier ministre Türkes, chef de la milice fascistoïde des Loups gris et fondateur du MHP, Parti d’action nationaliste aujourd’hui allié d’Erdogan, Demirel renia cet engagement. Et depuis, Ankara réclame une négociation bilatérale sur la base de sa souveraineté économique sur toute la moitié orientale de l’Égée, niant ainsi le droit des îles, internationalement reconnu, à une ZEE propre : négation dont résulte l’actuelle tentative de coup de force au large de Kastellorizo.

La responsabilité européenne

Car, malgré un mémorandum gréco-turc de 1976 gelant les prospections jusqu’au règlement du différend, cette crise n’est que la dernière d’une longue série, toutes déclenchées par la Turquie lorsqu’un gouvernement se trouvait en difficulté intérieure – comme l’est celui d’Erdogan aujourd’hui.

En 1995, le Premier ministre turc se fit même donner par l’Assemblée nationale une autorisation permanente de déclarer la guerre à la Grèce si celle-ci procédait à l’extension à 12 milles de ses eaux territoriales prévue par la convention internationale de Montego Bay – bien que la Grèce se fût engagée à ne pas y procéder unilatéralement et que la Turquie, non signataire de cette convention, l’ait fait en mer Noire comme en Méditerranée. Dans les années 1990, la Turquie adopta de surcroît la "doctrine des zones grises" qui, par une interprétation insoutenable des traités de 1923 et 1947 fixant ses frontières, la conduit à revendiquer une centaine d’îlots grecs. Et récemment, le concept de "Patrie bleue" sert à étendre ses prétentions de manière quasi illimitée.

Rarement aveuglement géostratégique
aura été aussi complet !

Or, dans la montée de cet impérialisme, l’Union européenne porte une écrasante responsabilité. Pourquoi lors des marchandages budgétaires a-t-on contraint la Grèce à lever son veto à la candidature de la Turquie sans exiger de celle-ci qu’elle accepte l’arbitrage de la Cour de La Haye ? Pourquoi les milliards d’euros du contribuable européen déversés sur la Turquie au titre de la pré-adhésion, de la réalisation de l’union douanière puis du chantage aux migrants n’ont-ils jamais eu pour contrepartie la cessation des continuelles violations de l’espace aérien grec et l’évacuation de 37 % du territoire de la République de Chypre, membre de l’UE, occupés et colonisés depuis 1974 ? Pourquoi l’UE a-t-elle imposé qu’une partie des fonds européens destinés à Chypre finance l’État fantoche qu’y a proclamé Ankara ?

Pire, cet argent a permis la consolidation du pouvoir d’Erdogan en finançant, via des commissions sur les marchés publics, le système de charité islamiste du parti AKP. Et l’UE refuse toujours de mettre fin à la sinistre comédie des négociations d’adhésion de ce pays dont le régime ne tient plus que par la répression, la censure et la fraude électorale. Alors que, depuis dix ans, elle impose à la Grèce une ravageuse déflation, qui a notamment provoqué l’exil de 500.000 Grecs, affaiblissant ce pays de 10,7 millions d’habitants face à l’impérialisme d’un voisin de 82 millions à l’armée notablement plus puissante – au moins sur le papier. Rarement aveuglement géostratégique aura été aussi complet !

Lorsque le parti islamiste AKP arrive au pouvoir en 2002, son mot d’ordre est : zéro problème avec les voisins ; la Turquie est aujourd’hui en conflit plus ou moins larvé avec tous. Elle a soutenu Daesh, blanchi l’argent de son pétrole, tiré dans le dos des Kurdes. Elle a recyclé en supplétifs ce qui reste des terroristes de Daesh et Al Qaïda pour les disséminer en Libye, dans le Caucase où l’Azerbaïdjan, poussé par Ankara, ranime la guerre contre l’Arménie – probablement aussi parmi les migrants (peu aujourd’hui sont des réfugiés) qu’elle a lancés à l’assaut des îles ou de la frontière terrestre grecques.

Cette Turquie finance également la réislamisation sur un mode radical des minorités musulmanes des Balkans, tandis que l’AKP et le MHP ont pris le contrôle, via les consulats turcs et l’exportation d’imams, d’une importante partie des communautés turques d’Europe occidentale et endoctrinent leurs enfants dans une idéologie mêlant islamisme et néo-ottomanisme, dont la Grèce est une des cibles privilégiées et la réislamisation de Sainte-Sophie le symbole.

Quant aux relations turco-américaines,
autrefois si étroites, elles ne cessent de se dégrader

Mais Erdogan a été stoppé en Syrie par la Russie, sa prétention à un leadership sunnite indispose Riyad, et le parlement égyptien vient d’autoriser l’envoi de troupes pour bloquer une éventuelle offensive turque vers les champs pétroliers libyens contrôlés par le maréchal Haftar. Quant à la base turque d’Al Watiya en Libye, elle a été bombardée, peut-être par les Émiratis et avec le soutien logistique de la France, dont une frégate contrôlant l’embargo international des armes à destination de la Libye, que viole la Turquie, a été menacée par une frégate turque.

En décembre 2019, Ankara a en outre signé, en échange de son aide militaire au gouvernement qui ne contrôlait plus que Tripoli, un mémorandum dessinant des ZEE turque et libyenne dont le tracé, absurde au regard du droit international en application duquel aucune contiguïté n’est possible entre elles, viole les droits de la Grèce, de Chypre et de l’Égypte, tout en étant contraire aux intérêts d’Israël et de la France. Car, si cet accord entrait en vigueur, le gazoduc qui transportera vers l’Italie le gaz de l’important gisement – où Total a obtenu des concessions – situé entre Chypre et Israël devrait, au lieu de passer directement de la ZEE de Chypre à celle de la Grèce, traverser celle d’une Turquie qui prétend aussi s’approprier la part de Chypre dans ce gisement.

Réactions grecques

Face à ces défis, la Grèce a resserré ses relations avec Israël, conclu avec l’Italie un accord sur leurs ZEE respectives en négociation depuis quarante ans, puis signé avec l’Égypte, le 6 août, un accord du même type relatif à l’espace qu’Ankara et Tripoli prétendaient se partager, tout en continuant à négocier pour la zone située plus à l’est. C’est en réponse à cet accord qu’Erdogan a ordonné l’entrée d’un navire de prospection et de sa flottille de guerre dans la ZEE grecque où le face-à-face avec la marine hellénique semble avoir provoqué, le 12 août, un incident qui aurait pu dégénérer, et où deux bâtiments de la marine française sont venus le lendemain participer à un exercice avec la flotte grecque.

Quant aux relations turco-américaines, autrefois si étroites, elles ne cessent de se dégrader, comme en témoignent l’exclusion de la Turquie du programme d’avions F35, le repli d’activités de la base OTAN d’Incirlik vers celle de Souda en Crète, ou la dévaluation de la livre turque (70 % en cinq ans, 25 % depuis janvier) auquel Washington ne peut guère être étranger. Aussi, dès le 10 août, le Département d’État a-t-il demandé à la Turquie de cesser immédiatement ses prospections dans la ZEE grecque et, à en croire la presse grecque, le président Trump aurait depuis refusé de répondre aux appels téléphoniques d’Erdogan. Ajoutons que l’économie turque est engluée dans une sévère récession depuis fin 2018 et que, pour ne pas l’aggraver, Erdogan interdit à sa Banque centrale, dont les réserves de change ne sont pas inépuisables, de défendre la monnaie et maîtriser une inflation de 10% par mois en relevant ses taux d’intérêt. Si bien que, comme tout pouvoir autoritaire dans une impasse, celui d’Erdogan cherche à mobiliser son opinion dans des aventures extérieures.

Il serait bien naïf dès lors d’imaginer que la chancelière
Merkel ne s’aligne pas sur le despote d’Ankara

Comment dès lors ne pas approuver le ferme soutien du président de la République française à la Grèce et à Chypre ? Et comment s’étonner de l’interminable silence de l’UE – même si elle finit par accoucher de sanctions en trompe-l’œil ? 27 États qui n’ont ni la même histoire, ni les mêmes intérêts, ni la même vision du monde et de l’avenir ne feront jamais une puissance. Si la France prend position, c’est en tant qu’État, et non en vertu d’une souveraineté européenne qui n’existe que dans les fantasmes d’Emmanuel Macron. Quant à l’Allemagne, elle reste fidèle à une alliance germano-turque qui remonte à Guillaume II et que renforce le million d’électeurs allemands d’origine turque largement contrôlés par l’AKP et le MHP ; sans parler des 2,5 milliards de dollars (en 2019) d’excédent commercial que l’Allemagne retire de ses échanges avec la Turquie.

Il serait bien naïf dès lors d’imaginer que la chancelière Merkel ne s’aligne pas sur le despote d’Ankara et ne réclame pas avec lui une négociation bilatérale entre la Grèce et la Turquie plutôt que le respect du droit et l’arbitrage de la Cour internationale de justice prôné par l’ONU. Car, pour parler clairement, l’Allemagne prend aujourd’hui le parti de l’agresseur contre l’agressé.

Olivier Delorme
Romancier et essayiste installé en Grèce, membre la commission réflexion de République Souveraine (RS)
17 août 2020


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>