COMITE VALMY

Accueil du site > - GEOPOLITIQUE > L’Égypte prépare la guerre avec la Turquie en Libye dans une alliance (...)

L’Égypte prépare la guerre avec la Turquie en Libye
dans une alliance pro-Haftar
Fort Russ

vendredi 17 juillet 2020, par Comité Valmy


L’Égypte prépare la guerre avec la Turquie en Libye
dans une alliance pro-Haftar

Les forces armées égyptiennes préparent une invasion à grande échelle de la Libye voisine, où le Gouvernement d’Union Nationale (GNA) soutenu par la Turquie, dirigé par Fayez al-Sarraj‎ et de mèche avec les Frères Musulmans terroristes, continue d’attaquer la ville libre de Syrte et la base aérienne de Jufra, qui ont été précédemment libérées par l’Armée Nationale Libyenne (ANL) menée par l’ancien allié de Kadhafi, le Maréchal Khalifa Haftar.

Selon notre source de confiance, le Général égyptien à la retraite Mahfouz Marzuk, ces derniers jours, l’armée de la plus grande république arabe a mené des exercices sur terre et en mer et leur ampleur, ainsi que les scénarios indiquent que le Caire est « sérieuse quant à la relocalisation de ses forces en Libye, si nécessaire », selon une publication du site turc Ahval du 15 juillet.

Ces nouvelles de dernière minute sont corroborées par une série d’actions vérifiables que l’Égypte a menées ces derniers jours.

Trois signes importants indiquent que l’Égypte peut se préparer pour une invasion militaire, déclare Marzuk.

Premièrement, le Président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a déclaré que son pays, conformément au droit internationalement reconnu de tous les États à l’autodéfense, pourrait mener une opération en relation avec une menace terroriste émanant d’un pays voisin.

Deuxièmement, le dirigeant égyptien a averti que toute tentative de prise militaire de la ville méditerranéenne de Syrte et de la base aérienne de Jufra constitue une « ligne rouge » pour le Caire, et la franchir entraînera une intervention immédiate.

Entre-temps, la Turquie et le GNA sont soumis à des négociations et à un cessez-le-feu avec l’ANL d’Haftar qui semblent reconnaître tacitement les faits sur le terrain : Syrte et Jufra sont entre les mains de l’ALN.

Enfin, « la nature des exercices militaires de l’armée égyptienne, leur ampleur, les types d’armes impliquées dans les manœuvres indiquent que l’Égypte a commencé les préparatifs stratégiques de la principale opération militaire », déclare Marzuk.

Selon lui, la partie navale des exercices organisés la semaine dernière a signalé que l’Égypte allait entrer en Libye par air, par mer et par terre, ce qui indique la probabilité d’une « opération offensive avec le déploiement de forces sur de longues distances et le débarquement dans les régions sous le contrôle des forces ennemies ». « Les exercices ont montré que les forces armées égyptiennes peuvent planifier une invasion d’une profondeur considérable du territoire ennemi, a conclu le Général.

La semaine dernière, l’armée égyptienne a lancé des exercices militaires à grande échelle sous le nom de code « Hasm 2020 » près de la frontière avec la Libye. Différents types d’équipements militaires avancés sont testés en vue d’une éventuelle invasion des forces armées de la République Arabe d’Égypte sur le territoire d’un pays voisin.

Le Ministre de la Défense égyptien, le Lieutenant Général Mohammed Zaki, se trouve à la frontière occidentale depuis environ un mois. La plus grande base militaire égyptienne dans la région occidentale est celle de Muhammad Nagib, ouverte il y a trois ans. Dans la région méditerranéenne adjacente à la frontière libyenne, la base aéronavale de Jarjhur se renforce. Les médias ont déjà fait état de vols d’avions militaires égyptiens en territoire libyen depuis la base de Sidi-Barrani (au nord-ouest de l’Égypte).

S’exprimant au Conseil de Sécurité des Nations Unies le 8 juillet, le Ministre des Affaires Étrangères égyptien, Sameh Shukri, a déclaré que la situation en Libye constitue une menace sérieuse pour la stabilité et la sécurité dans toute la région.

Le Major-Général Alaa Ezzedin, ancien Directeur du Centre d’Études Stratégiques (au Caire), a déclaré dans une interview avec The Arab Weekly que les préparatifs des scénarios les plus décisifs pour les actions de la plus grande république arabe avec les forces armées les plus puissantes de la région se poursuivent à tous les niveaux – des petites unités aux armées de campagne – depuis qu’Ankara s’est impliquée dans le conflit inter-Libyen.

Le Ministère de la Défense libyen (sous Sarraj) a annoncé fin juin qu’il continuera à prendre des mesures pour « libérer » Syrte des troupes d’Haftar, malgré l’avertissement du Président égyptien Abdel Fattah al-Sissi que la prise de cette grande colonie représentait la « ligne rouge » pour le Caire.

Le 20 juin, le Président égyptien a déclaré que son pays avait le droit légal d’intervenir dans les affaires libyennes, où se forme un foyer de menace terroriste, et a ordonné à l’armée de se préparer à des missions « si nécessaire ». « Toute intervention directe de l’État égyptien a désormais acquis une légitimité internationale », a déclaré Abdel Fattah al-Sissi, ajoutant que l’Égypte est confrontée à des menaces directes de « mercenaires terroristes » soutenus par des pays étrangers.

L’Égypte a précédemment appelé à un cessez-le-feu en Libye à partir du 8 juin dans le cadre d’une initiative lancée par le Président al-Sissi. D’autres forces extérieures soutenant le Commandant Haftar de l’ANL, dont la Russie, la France, l’Arabie Saoudite et les Émirats Arabes Unis, ont accueilli favorablement cette proposition.

Cependant, le Président turc Recep Tayyip Erdogan, qui a pris le parti du GNA, a rejeté le plan de paix du Caire et s’est prononcé en faveur de la poursuite de la campagne militaire dans le pays nord-africain jusqu’à « une victoire complète sur Haftar ». « L’objectif est maintenant de s’emparer de l’ensemble du territoire de Syrte. Ce sont des zones avec des puits de pétrole, c’est très important », a déclaré Erdogan.

Cette étape étant franchie, une opération militaire complète de la part de l’Égypte est tout aussi probable qu’une poussée turque pour s’emparer de la ville libérée de Syrte.

16 juillet 2020

source :

traduit par Réseau International


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>