COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > L’écologie à la rescousse d’un système en fin de vie ou comment la vague verte (...)

Point de vue

L’écologie à la rescousse d’un système en fin de vie ou comment la vague verte servira de caution à la guerre
Strategika51

vendredi 10 juillet 2020, par Comité Valmy


L’écologie à la rescousse d’un système en fin de vie ou comment la vague verte servira de caution à la guerre

La vague écologiste serait la marque de la bête. La percée verte (écologiste) en France, un des fiefs de la faction belliciste en guerre ouverte contre une autre faction au sein du pouvoir américain, est une autre manipulation de masse coordonnée au niveau international. Le vecteur écologiste ne sert pas uniquement à se substituer à la faillite achevée des partis politiques traditionnels comme en France mais est devenu officiellement le fer de lance du projet des Démocrates US et à leur tête le vieux poulain Joe Biden, candidat aux prochaines élections présidentielles américaines. Ce dernier ne propose pas moins qu’un « New Deal Vert ». Le programme se précise. Un écran de fumée écologiste est en préparation dans le monde post-COVID-19 selon la vision fort humaniste des différentes loges maçonniques. A défaut, une seconde vague épidémique plus dure que la première pourrait ramener les derniers esprits récalcitrants à la raison du plus fort ou au cimetière. Après tout la mort est une industrie comme les autres.

En plus de la dictature du politiquement correct durement mise à mal par l’évolution politique et géostratégique dans le monde durant les cinq dernières années, les sponsors de Biden prévoient une nouvelle croisade à thématique écologiste et l’entourage de Joe Biden ne s’est pas fait prier pour concocter un programme visant à assurer une économie américaine basée à 100% sur l’énergie propre d’ici 2050. Dans la foulée, le camp Démocrate ou plutôt ceux qui sont planqués derrière ce label prévoient un investissement historique dans l’énergie dite propre et la recherche sur le climat (lisez plutôt les armes climatiques) en focalisant sur les communautés les plus impactés par le changement climatique.

Oublions un peu le COVID-19 qui serait transmissible par voie aérienne selon de nombreux spécialistes et passons sous silence les dernières hypothèses plausibles sur son mode de propagation ciblée à l’aide de drones et d’aérostats parcourant certaines régions du monde. Mais que veulent donc ces élites velléitaires qui croient avoir perdu leur pouvoir sur le cours d’une histoire qui se serait achevée par une victoire définitive de leur idéologie en 1991 ? Garder le pouvoir en innovant sur les moyens de semer une confusion extrême faussant toute forme de perception et réduisant la réflexion humaine à une réaction pavlovienne et subjective à fleur de peau. La crise actuelle ayant démontré l’inadéquation presque totale des systèmes d’enseignement avec l’évolution des sociétés du monde post-moderne et le besoin d’adapter une autre voie contingente à celle des réseaux sociaux, véritables laboratoires de manipulation psychologique et émotionnelle des esclaves de cette ère. La finalité d’une telle approche est la neutralisation du bon sens commun d’abord après l’anéantissement de l’intellect.

Paradoxalement, Biden et ses soutiens devront faire face à un businessman adepte de la télé-réalité et une véritable star et icône de la sous-culture des réseaux sociaux, le milliardaire noir Kanye West, extrêmement populaire chez les moins de 35 ans du monde globalisé. C’est-à dire que l’Etat profond transnational aura affaire avec ses propres produits dans un bras de fer qui s’annonce fascinant. La science, le savoir et la réflexion appartiennent désormais au passé. Voici venu le temps des écervelés qui votent pouce en haut sur leur bidule connecté partout.

C’est dans un tel contexte que le camp de Biden veut imposer sa nouvelle vision attrape-nigauds du monde telle qu’une môme suédoise au visage sévère (on peut remercier les gourous en communication d’image de Greta pour ça) le préconise depuis des mois. Cependant, Biden président mobilisera le reste du monde (lire les restes du monde en paraphrasant une émission satirique d’une chaîne TV française) pour affronter la menace du changement climatique car Biden saura comment soutenir les alliés de l’Amérique et se mettre debout face à ses adversaires en « ordonnant » à chaque chef d’Etat étranger ce qu’il doit faire en ce domaine et de le tenir responsable. En d’autres termes l’intégration de la thématique « écologiste » dans la politique étrangère des Etats-Unis. Youpi ! Après les guerres « humanitaires » basées sur le fallacieux principe de l’ingérence humanitaire, on aura avec les Démocrates (et leurs alliés déjà au pouvoir en France) des guerres pour l’écologie ! Les pays désertiques, de préférence riches en terres rares et en énergies fossiles, sont prévenus : ils seront bombardés à cause de la désertification.

Contrairement à Trump, Biden ré-engagera les Etats-Unis dans le processus de l’Accord de Paris sur le Changement Climatique, une supercherie sans nom, et ira un peu plus loin que cet engagement. Il ciblera des pays accusés d’être de grands pollueurs et vous imaginez un peu la suite : chantage à la taxe Carbone, éventuellement un conflit armé à cause de cette taxe. Une excellente niche meilleure que celle liée aux enjeux géopolitique de l’eau ou de la folle spéculation immobilière dans les colonies israéliennes.

Et si ça ne passe pas ? Une autre pandémie, plus de restrictions et une crise économique artificielle (l’argent est facile à créer à partir du…vent !) jusqu’à ce que tout le monde soit à genoux suppliant les mains en l’air. L’écologie, une voie de secours d’un système en fin de souffle. Qui l’aurait cru il y a quarante ans ?


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>