COMITE VALMY

Accueil du site > - GEOPOLITIQUE > La Russie veut réaliser le rêve de la Grande Eurasie par Pepe (...)

La Russie veut réaliser
le rêve de la Grande Eurasie
par Pepe Escobar.

dimanche 14 juin 2020, par Comité Valmy


La Russie veut réaliser le rêve de la Grande Eurasie

Le rôle de la Russie sera d’équilibrer les puissances
hégémoniques, en tant que garant d’une
nouvelle union des nations non alignées.

Le Professeur Sergey Karaganov est officieusement connu dans les cercles influents de la politique étrangère comme le « Kissinger russe » – avec l’avantage supplémentaire de ne pas avoir à porter l’étiquette de « criminel de guerre » du Vietnam et du Cambodge au Chili et au-delà.

Karaganov est le doyen de la Faculté d’Économie Mondiale et d’Affaires Internationales de l’École Supérieure d’Économie de l’Université Nationale de Recherche. Il est également le Président honoraire du Présidium du Conseil de la Politique Étrangère et de Défense de la Russie.

En décembre 2018, j’ai eu le plaisir d’être reçu au bureau de Karaganov à Moscou pour une conversation en tête-à-tête portant essentiellement sur la Grande Eurasie – la voie russe pour l’intégration eurasiatique.

Maintenant, Karaganov a élargi ses principales idées pour un véhicule Atlantiste made in Italy plus distingué pour ses cartes que pour ses « analyses » prévisibles directement issues d’un communiqué de presse de l’OTAN.

Même en notant, à juste titre, que l’UE est une « institution profondément inefficace » sur un lent chemin vers la dissolution – et c’est un euphémisme – Karaganov observe que les relations Russie-UE sont en voie de normalisation relative.

C’est un sujet qui est activement discuté dans les couloirs de Bruxelles depuis des mois maintenant. Ce n’est pas exactement le programme envisagé par l’État Profond américain – ou l’administration Trump, d’ailleurs. Le degré d’exaspération suscité par les bouffonneries de l’équipe Trump est sans précédent.

Pourtant, comme le reconnaît Karaganov : « Les démocraties occidentales ne savent pas comment exister sans ennemi ». Cela décrit bien la routine des platitudes du Secrétaire Général de l’OTAN Stoltenberg sur la « menace » russe.

Alors même que le commerce de la Russie avec l’Asie équivaut désormais à celui avec l’UE, une nouvelle « menace » est apparue en Europe : la Chine.

Une Alliance Interparlementaire contre la Chine vient d’être inventée la semaine dernière comme nouvelle plateforme de diabolisation, rassemblant des représentants du Japon, du Canada, de l’Australie, de l’Allemagne, du Royaume-Uni, de la Norvège et de la Suède ainsi que des membres du Parlement Européen.

La Chine, « dirigée par le Parti Communiste Chinois », doit être considérée comme une « menace » pour les « valeurs occidentales » – la même vieille triade de démocratie, de droits de l’homme et de néolibéralisme. La paranoïa incarnée dans la double « menace » Russie-Chine n’est rien d’autre qu’une illustration graphique de l’affrontement principal du Grand Échiquier : l’OTAN contre l’intégration eurasiatique.

« Le Kissinger russe » : Président du Conseil de Politique Étrangère et de Défense Sergey Karaganov.

Une grande puissance asiatique

Karaganov décompose le partenariat stratégique crucial entre la Russie et la Chine en une formule facilement assimilable : Autant Pékin trouve un soutien fort avec la puissance stratégique de la Russie comme contrepoids aux États-Unis, autant Moscou peut compter sur la puissance économique de la Chine.

Il rappelle le fait crucial que lorsque la pression occidentale sur la Russie était à son apogée après le Maidan et le référendum en Crimée, « Pékin a offert à Moscou un crédit pratiquement illimité, mais la Russie a décidé de braver la situation par elle-même ».

L’un des avantages conséquents est que la Russie et la Chine ont abandonné leur concurrence en Asie Centrale – ce que j’ai pu constater par moi-même lors de mes voyages à la fin de l’année dernière.

Cela ne signifie pas que la concurrence a été éliminée. Des conversations avec d’autres analystes russes révèlent que la crainte d’une puissance chinoise excessive est toujours présente, en particulier lorsqu’il s’agit des relations de la Chine avec des États plus faibles et non souverains. Mais le fond du problème, pour un praticien de la realpolitik aussi brillant que Karaganov, est que le « pivot vers l’Est » et l’entente stratégique avec la Chine ont favorisé la Russie dans le Grand Échiquier.

Karaganov comprend parfaitement l’ADN de la Russie en tant que grande puissance asiatique – prenant en considération tout, de la politique autoritaire aux richesses naturelles de la Sibérie.

La Russie, dit-il, est « proche de la Chine en termes d’histoire commune malgré l’énorme distance culturelle qui les sépare. Jusqu’au XVe siècle, elles étaient toutes deux sous l’empire de Gengis Khan, le plus grand de l’histoire. Si la Chine a assimilé les Mongols, la Russie a fini par les expulser, mais en deux siècles et demi de soumission, elle a intégré de nombreux traits asiatiques ».

Karaganov considère Kissinger et Brzezinski comme des « stratèges lucides », et déplore que même s’ils ont suggéré le contraire, « la classe politique américaine » a inauguré une « nouvelle Guerre Froide » contre la Chine. Il décompose l’objectif de Washington comme étant de jouer une « dernière bataille » en profitant des bases avancées que les États-Unis dominent toujours dans ce que Wallerstein définirait comme notre système mondial en effondrement.

Le nouveau mouvement des non-alignés

Karaganov est très pointu sur la tendance à l’indépendance de la Russie – toujours en s’opposant farouchement à « quiconque recherchait une hégémonie mondiale ou régionale : des descendants de Gengis Khan à Charles XII de Suède, de Napoléon à Hitler. Dans les domaines militaire et politique, la Russie est autosuffisante. Pas dans les domaines économique, technologique et cyber, où elle a besoin de marchés et de partenaires extérieurs, qu’elle cherchera et trouvera ».

Le résultat est que le rêve de rapprochement Russie-UE reste bien vivant, mais sous « l’optique eurasiatique ».

C’est là qu’intervient le concept de Grande Eurasie, comme j’en ai discuté avec Karaganov lors de notre rencontre : « un partenariat multilatéral intégré, officiellement soutenu par Pékin, fondé sur un système égalitaire de liens économiques, politiques et culturels entre divers États », la Chine jouant le rôle de primus inter pares. Et cela inclut « une partie significative de l’extrémité occidentale du continent eurasiatique, c’est-à-dire l’Europe ».

C’est ce que semble indiquer l’évolution du Grand Échiquier. Karaganov – à juste titre – identifie l’Europe Occidentale et du Nord comme attirée par le « pôle américain », tandis que l’Europe méridionale et orientale est « inclinée vers le projet eurasiatique ».

Le rôle de la Russie, dans ce cadre, sera « d’équilibrer les deux puissances hégémoniques possibles », en tant que « garant d’une nouvelle union des nations non alignées ». Cela laisse entrevoir une nouvelle configuration très intéressante du Mouvement des Pays Non-Alignés.

Voici donc la Russie comme l’un des partisans d’un nouveau partenariat multilatéral et multi-vectoriel, passant enfin d’un statut de « périphérie de l’Europe ou de l’Asie » à « l’un des centres fondamentaux de l’Eurasie du Nord ». Un travail en – constant – progrès.

Le Président yougoslave Marshal Josip Broz, plus connu sous le nom de Tito (D, 1892-1980) plaisante avec le Président égyptien Gamal Abdel Nasser (G) et le Premier Ministre indien Jawaharlal Nehru (C) en juillet 1956 sur l’île de Brioni lors d’un sommet du Mouvement des Pays Non-Alignés.

Pepe Escobar
13 juin 2020

traduit par Réseau International

source :


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>