COMITE VALMY

Accueil du site > - ANTI-IMPERIALISME - Solidarité entre les peuples et nations (...) > Un Moyen-Orient arrêté – La « nouvelle stratégie pour sécuriser le Royaume » se (...)

Un Moyen-Orient arrêté – La « nouvelle stratégie
pour sécuriser le Royaume » se dissipe
par Alastair Crooke

jeudi 4 juin 2020, par Comité Valmy


Un Moyen-Orient arrêté – La « nouvelle stratégie
pour sécuriser le Royaume » se dissipe

Il y a environ huit ans, j’ai écrit sur l’explosion de l’agitation populaire au Moyen-Orient, alors appelée « Réveil Arabe ». Le mécontentement populaire était multiple : les demandes de changement radical se multipliaient, mais surtout, il y avait de la colère – colère contre les inégalités de richesse, les injustices flagrantes et la marginalisation politique, et contre une élite corrompue et rapace. Le moment semblait puissant, mais aucun changement n’en a résulté. Pourquoi ? Et quels sont les présages, alors que l’ère du Corona recouvre à nouveau la région de sombres nuages de morosité économique et de mécontentement renouvelé ?

Les États-Unis étaient en conflit, alors que ces premiers grondements de tonnerre se propageaient de colline en colline. Certains membres de la CIA avaient perçu des mouvements populaires – tels que les Frères Musulmans (bien qu’islamistes) – comme le solvant utile capable d’éliminer les résidus ottomans qui subsistaient, pour inaugurer une brillante modernité occidentalisée. Beaucoup d’Européens trop excités ont imaginé (à tort) que les réveils populaires étaient faits à leur propre image. Ce n’est pas le cas.

L’interprétation facile du Réveil comme une « impulsion » démocratique libérale était au mieux une exagération, sinon une pure fantaisie. J’ai écrit à ce moment-là (en 2012) : « Ce qui était au départ une véritable impulsion populaire … a maintenant été intégré et absorbé dans trois grands projets politiques associés par une poussée visant à réaffirmer la primauté sunnite dans toute la région : un projet des Frères Musulmans, un projet saoudien-salafiste et un projet salafiste militant [qui devait ensuite évoluer en l’État Islamique] ».

Les acteurs clés de la première heure étaient les Frères Musulmans. J’ai écrit :

« Personne ne connaît vraiment la nature du projet des Frères Musulmans : s’agit-il d’une secte ou s’agit-il d’un courant dominant ; et cette opacité suscite de réelles craintes. Parfois, les Frères présentent un visage pragmatique, voire un accommodement inconfortable, face au monde, mais d’autres voix du mouvement, plus discrètes, évoquent l’air de quelque chose qui s’apparente à la rhétorique du salafisme littéral, intolérant et hégémonique. Ce qui est clair, cependant, c’est que le ton de la Fraternité, partout, est de plus en plus celui d’un grief sectaire [sunnite] militant ».

C’était le fil conducteur : Toutes ces dynamiques prétendument populaires étaient devenues des outils dans « la ferveur pour la restitution d’une primauté régionale sunnite – voire, peut-être, de l’hégémonie – à atteindre en attisant la montée du militantisme sunnite et l’acculturation salafiste ». Contenir l’Iran, bien sûr, était un objectif primordial (encouragé, bien sûr, par Washington). Mais ces forces constituaient collectivement un projet dans lequel les dirigeants du Golfe géraient et tiraient les leviers – et payaient aussi les factures.

Et pour un premier instant, ceux qui, aux États-Unis, avaient misé sur les Frères Musulmans, ont entrevu la victoire. L’Égypte est tombée aux mains des Frères Musulmans ; la Syrie a été victime d’une « guerre » totale, et les Frères Musulmans ont ouvertement exprimé leur objectif de « prendre » le Golfe, où ils avaient établi depuis longtemps des cellules et des réseaux secrets.

Mais ils ont été trop loin. Les Frères Musulmans étaient, semblait-il, sur le point de voler (comme Prométhée) le feu qui appartenait exclusivement aux « dieux ». De plus, les Frères Musulmans révélaient des failles évidentes : Leur direction au Caire n’était pas du tout convaincante. En Syrie, où le mouvement n’a jamais eu une pénétration significative (un pourcentage de soutien à un chiffre), il a été rapidement supplanté par des salafistes expérimentés qui venaient de la guerre en Irak.

Les dirigeants américains, européens et du Golfe (c’est-à-dire les dieux) se sont fortement détournés des Frères Musulmans (le Qatar était l’exception) – et se sont plutôt tournés vers l’État Islamique et Al-Qaida. Les « dieux » ont voulu faire un exemple avec un Assad non obéissant et se sont tournés de plus en plus vers l’État Islamique pour qu’il fasse preuve de la sauvagerie nécessaire pour s’attaquer à Assad – face à la riposte tenace de ce dernier.

Quoi qu’il en soit, le sentiment s’est violemment retourné contre les Frères Musulmans de plusieurs côtés. Les nationalistes arabes laïques ont toujours détesté de tout cœur les Frères Musulmans, et les dirigeants des Émirats Arabes Unis et les Al-Saoud détestent également les Frères Musulmans (bien que pour des raisons différentes).

Mais il y a toujours eu une contradiction fondamentale dans le flirt des États-Unis avec les Frères Musulmans : l’objectif de Washington n’a jamais été de procéder à une réforme régionale – qu’elle soit laïque ou islamiste ; le but a toujours été de préserver un statu quo malléable au Moyen-Orient.

Les néo-conservateurs américains étaient alors au sommet de leur influence. Depuis 1996, ils insistaient pour que les États-Unis soutiennent sans réserve les rois et les émirs de la région face aux baassistes et aux islamistes. Ce sont eux qui ont facilement gagné – contre des agents de la CIA tels que Graham Fuller – dans le débat sur l’opportunité de soutenir ou non une sorte de « Réveil Arabe ».

Les États-Unis se sont rangés du côté de l’Arabie Saoudite et des Émirats Arabes Unis pour monter le coup d’État contre le président des Frères Musulmans au Caire. Et aujourd’hui encore, les États-Unis et leurs protégés européens soutiennent le Prince héritier des Émirats Arabes Unis dans sa guerre de vendetta contre les islamistes du monde entier, de la Corne de l’Afrique au Maghreb, et contre la Turquie également, en tant que « vaisseau-mère » des Frères Musulmans.

Cette « guerre contre les islamistes » a servi de couverture à la répression contre-révolutionnaire de toute réforme du « système arabe » – une action d’arrière-garde du Golfe initialement déclenchée par la crainte que tout « réveil » ne balaye les familles dirigeantes du Golfe. Aujourd’hui, les Émirats Arabes Unis continuent d’essayer de semer des hommes forts dociles, les sosies du Général Sisi, dans des États tels que la Libye et maintenant la Tunisie.

Alors, nous y voilà. Mais, où allons-nous ? Et, surtout, pourquoi pas de réforme ? Cela peut-il continuer, ou la région va-t-elle exploser sous l’effet de la récession déclenchée par le Covid ?

Aucune réforme du tout, pendant une décennie entière ? Quel est l’obstacle ? Et bien, en premier lieu, le contexte se trouve dans ces deux documents politiques clés des néoconservateurs : le « Clean Break » de 1996 et la suite de David Wurmser, « es bases de l’approbation par les États-Unis (et Israël) du rôle de « policier » et d’homme fort régional joué par les États du Golfe (un rôle que les Émirats Arabes Unis ont porté à un nouveau sommet), en gérant tout grondement de dissidence (comme en Libye).

Ces « documents politiques » ont peut-être été les précurseurs, mais en fin de compte, « l’obstacle » est et a été Israël, à la fois indirectement et directement. Le titre complet de la rupture nette était « Nouvelle stratégie pour sécuriser le royaume » (c’est-à-dire Israël). Il s’agissait d’un plan d’action visant à renforcer la sécurité d’Israël. Idem pour l’article de Wurmser.

En résumé, les craintes des États-Unis ou d’Israël, ou les préoccupations des États-Unis d’apaiser les électeurs américains, sont à la base de cette stase : Les élites israéliennes et américaines sont tout à fait à l’aise avec ce statu quo malléable – et craignent qu’il ne change de quelque manière que ce soit qu’elles ne puissent contrôler. Pas de réforme pour le Moyen-Orient – seulement des perturbations.

Voilà le point : Il n’y a pas eu de réforme, mais une nouvelle dynamique est à l’œuvre. Le pouvoir est un attribut qui repose sur la déférence et une puissante illusion. Tant que les gens sont prêts à s’en remettre à un leader ; tant que les gens sont persuadés par l’illusion du pouvoir ; tant que les gens ont peur – le leader dirige. Mais si l’illusion devient évidente en tant qu’illusion, rien ne peut plus la soutenir. Le pouvoir est éphémère ; il se dissipe comme la brume des montagnes. Et les États-Unis sont en train de le perdre.

La réponse occidentale au coronavirus a été très forte : Les États-Unis et l’Europe sont apparus puissants parce qu’ils ont projeté l’illusion de la compétence ; de pouvoir agir efficacement ; d’être stratégiques dans leurs actions. En ce qui concerne le coronavirus, les États-Unis se sont montrés incompétents, dysfonctionnels et indifférents à l’affliction humaine.

Trump mène une guerre existentielle : la prochaine élection n’est pas seulement la plus importante de l’histoire des États-Unis, elle sera existentielle. Bleu/Rouge n’est plus un théâtre artificiel pour l’électorat – c’est mortellement sérieux.

Pour un segment important de la population (qui n’est plus la majorité), perdre lors de cette prochaine élection signifierait son éjection du pouvoir et de la politique, et sa substitution par une classe d’Américains culturellement différente, avec des valeurs cosmopolites et de diversité différentes. C’est le point de basculement – deux visions irréconciliables de la vie américaine croient qu’elles ne peuvent continuer que si elles contrôlent l’ensemble de l’ordre, et que l’autre côté est complètement écrasé.

D’autre part, Trump voit les États-Unis mener une guerre existentielle similaire, mais à l’échelle mondiale. Il mène une « guerre » cachée pour maintenir la domination actuelle de l’Amérique sur la monnaie mondiale (le dollar) – la source de sa véritable puissance. Si les Américains perdent cette concurrence parallèle au profit des valeurs multilatérales de coopération et de gouvernance financière mondiales de l’UE et de la Chine, cela signifierait que les Américains seraient écartés du contrôle du système financier mondial et (à nouveau) remplacés par une vision tout à fait différente (c’est-à-dire une vision Soros-Gates-Pelosi), prônant les valeurs « progressistes » de la gouvernance écologique et financière mondiale.

Encore une fois, deux visions inconciliables de l’ordre mondial, chaque partie estimant qu’elle doit posséder l’ensemble de l’ordre pour survivre.

D’où la rupture totale de Trump avec la Chine (et toute l’idéologie multilatérale) pour maintenir l’hégémonie du dollar. L’Europe, d’un côté, illustre le passage à un super-État transnational réglementaire et monétaire. Et la Chine, de l’autre, n’est pas seulement le partenaire volontaire de l’Europe, mais la seule puissance capable de s’asseoir au sommet de cette ambition mondialiste, en lui donnant le poids financier et la substance nécessaires. C’est la menace existentielle pour le contrôle exceptionnel des États-Unis sur le système financier mondial – et donc sur le pouvoir politique mondial.

Une Russie souverainiste n’est peut-être pas aussi attirée que la Chine par cette vision cosmopolite, mais elle n’a pas vraiment le choix. Parce que, comme le Président Poutine le souligne régulièrement, le dollar constitue le problème toxique du système commercial mondial. Et en cela, la Russie ne peut pas rester à l’écart. Le dollar est également le problème du Moyen-Orient, avec ses corollaires nocifs que sont les guerres du pétrole, des devises, du commerce et des sanctions. La région ne pourra pas longtemps rester sur la touche et se tenir à l’écart de cette lutte pour l’ordre financier mondial.

Le Moyen-Orient, alors que la déférence envers l’illusion de puissance des États-Unis s’amenuise, n’a pas plus de choix que la Russie : Il sera poussé à considérer les États-Unis comme son passé et à « regarder vers l’Est » pour son avenir.

Et Israël cessera d’être le pivot autour duquel tourne le Moyen-Orient.

Alastair Crooke.
3 juin 2020

traduction : Réseau International

source :


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>