COMITE VALMY

Accueil du site > COMITE VALMY ANALYSES ET PROPOSITIONS - > La déconfiture du confi+ des seniors par Bernard CONTE

La déconfiture du confi+ des seniors
par Bernard CONTE

lundi 20 avril 2020, par Comité Valmy


La déconfiture du confi+ des seniors

La « pandémie » du coronavirus met en lumière une crise économique et financière déjà présente mais jusqu’alors cachée par un emballement de la planche à billets.

La quasi-totalité des pays a adopté des mesures de quarantaine en confinant les populations dans leurs foyers et en limitant drastiquement les déplacements. Après plusieurs semaines, la sortie du confinement est entrevue à travers différents scénarii dont l’un envisageait le report dans le temps du déconfinement des personnes « âgées ».

Emmanuel Macron déclarait le 13 avril : « Pour leur protection, nous demanderons aux personnes les plus vulnérables, aux personnes âgées, en situation de handicap sévère, aux personnes atteintes de maladies chroniques, de rester, même après le 11 mai, confinées, tout au moins dans un premier temps. Je sais que c’est une contrainte forte ».

Le Président du comité scientifique qui conseille les autorités, le Pr Jean-François Delfraissy, avait indiqué le 15 avril que les personnes « au-dessus de 65 ou de 70 ans » devraient rester confinées.

Le 17 avril, le Président précise qu’il « ne souhaite pas de discrimination » des personnes âgées dans le cadre du déconfinement progressif après le 11 mai.

Comment expliquer les tergiversations présidentielles et sa décision finale ? Ladite décision qui marque la déconfiture (temporaire ?) du confi+ des seniors, va à l’encontre des avis « éclairés » des experts.

Une des raisons du revirement présidentiel est à rechercher dans les nombreux effets pervers engendrés par un déconfinement retardé des seniors et des personnes vulnérables.

Dans un contexte de confi+ des seniors, une grande part des « élites » œuvrant dans tous les domaines de la société serait maintenue hors-jeu, laissant ainsi subsister des goulets d’étranglement entravant la reprise de l’activité espérée.

D’une part, nous envisagerons l’impact de la poursuite du confinement selon l’âge pour les élus et, d’autre part, les conséquences dans d’autres domaines seront évoquées.

L’impact de la poursuite du confinement pour les élus

La France compte un grand nombre d’élus dans les multiples couches du millefeuille institutionnel. Notre étude ne vise pas l’exhaustivité, elle porte sur les maires, les conseillers départementaux, les conseillers régionaux, les députés et les sénateurs[1]. Deux hypothèses seront envisagées pour les élus : le maintien en confinement 1) des 70 ans et plus et 2) des 65 ans et plus.

Les Maires La France compte 35 297 maires.

Le maintien en confinement concernerait :

· 11 392 élus de 70 ans et +, soit 32,3%

· 19 120 élus de 65 ans et +, soit 54,2%.

Les conseillers départementaux

Il y a 4 026 conseillers départementaux.

Le maintien en confinement concernerait :

· 689 conseillers de 70 ans et +, soit 17,1%

· 1 349 conseillers de 65 ans et +, soit 33,5%.

Les conseillers régionaux On dénombre 1 753 conseillers régionaux.

Le maintien en confinement concernerait :

· 154 conseillers de 70 ans et +, soit 8,8%

· 375 conseillers de 65 ans et +, soit 21,4%.

Les députés

L’assemblée nationale comprend 577 députés.

Le maintien en confinement concernerait :

· 35 députés de 70 ans et +, soit 6,1%

· 79 députés de 65 ans et +, soit 13,7%.

Les sénateurs

On compte 348 sénateurs. Le maintien en confinement concernerait : · 99 sénateurs de 70 ans et +, soit 28,4% · 166 sénateurs de 65 ans et +, soit 47,7%.

Les données statistiques révèlent un impact important du prolongement du confinement sur les élus des différentes instances considérées quel que soit le scénario retenu.

Les maires et les sénateurs sont les plus touchés. Les autres assemblées enregistrent une répercussion de plus faible intensité mais qui reste toutefois significative.

Dans tous les cas, un déconfinement progressif en fonction de l’âge aura des conséquences néfastes sur le fonctionnement des instances politiques pouvant aller jusqu’au blocage.

L’impact sur les entreprises du maintien du confinement pour les plus âgés L’activité économique serait impactée de façon significative par les mesures de maintien en confinement des 65 et plus et/ou des 70 ans et +.

En effet, selon un sondage « près de la moitié des patrons de PME ont plus de 65 ans[2] ». La poursuite de leur maintien en quarantaine se traduirait inévitablement par une mise en danger des entreprises déjà fragilisées par la période de confinement général.

Il en est de même pour les dirigeants des grandes entreprises. Quelques exemples d’âge : Bernard Arnault 71 ans (PDG de LVMH), Martin Bouygues 68 ans (PDG du groupe Bouygues), Jacques Aschenbroich 66 ans (PDG de Valeo), Xavier Huillard 66 ans (PDG de Vinci), Maurice Lévy 78 ans (président du conseil de surveillance de Publicis Groupe), Michel-Édouard Leclerc 68 ans (président du Comité Stratégique des centres E. Leclerc), Vincent Bolloré 70 ans (PDG de la Financière de l’Odet, actionnaire majoritaire de Bolloré SA), Jean-Marc Janaillac 67 ans (Président de la Fnege), Hubert Sagnières 65 ans (PDG d’Essilor), Jean-Bernard Lévy 65 ans (PDG d’EDF), Gérard Mestrallet 71 ans (Président du conseil d’administration d’Engie, Président du conseil d’administration de Suez), Laurent Burelle 70 ans (PDG de Plastic Omnium), Jean-Dominique Senard 67 ans (PDG de Renault). Cette liste non exhaustive révèle le nombre significatif de responsables de grandes entreprises susceptibles d’être mis à l’écart par un confinement supplémentaire des personnes plus âgées.

L’impact sur les médias De nombreux journalistes, animateurs, consultants, experts… des médias entrent dans la fourchette des âges pouvant être concernée par le prolongement de la quarantaine.

Quelques exemples : Philippe Bouvard 90 ans, François de Closet 85 ans, Michèle Cotta 83 ans, Jean-Pierre Elkabbach 82 ans, Alain Duhamel 79 ans, Michel Drucker 77 ans, Olivier Mazerolle 77 ans, Robert Namias 75 ans, Catherine Nay 75 ans, Christine Ockrent 75 ans, Jean-pierre Foucault 72 ans, Evelyne Dhéliat 71 ans, Olivier Duhamel 71 ans, Hélène Pilychowski 71 ans, Jean-Jacques Bourdin 70 ans, Jérôme Jaffré 70 ans, Jean-Pierre Pernaut 70 ans, Jacques Legros 69 ans, Pierre Weill 69 ans, Arlette Chabot 68 ans…

En fait, de nombreux acteurs pourraient partiellement ou totalement être privés d’activité car toutes leurs prestations ne peuvent se réaliser par télétravail.

L’impact dans les autres domaines Environ 4% des magistrats ont 65 ans et plus[3]. La réforme des retraites de 2010 ayant reculé l’âge limite d’activité de 65 à 67 ans[4] et compte tenu des multiples possibilités de maintien en fonction au-delà de la limite d’âge, il est évident que le nombre de seniors dans la magistrature connaît une croissance notable. La poursuite du confinement des plus anciens risque d’accentuer les dysfonctionnements de l’appareil judiciaire et notamment d’accroitre les retards.

Dans le même ordre d’idée, ceux qui cumulent emploi et retraite, les chercheurs, les enseignants-chercheurs émérites… devraient réduire au cesser leur activité, alors que les médecins pourraient poursuivre la leur car peut-être immunisés.

Conclusion Notre grand timonier adore tirer des bords, mais il semble devoir abandonner les mesures de confi+ pour les seniors du fait des désordres qu’elles pourraient engendrer ainsi que des contestations potentielles.

Bernard CONTE

[1] Source des données statistiques : Batiste KOLENC , « Âge, sexe et profession : nos élus mis à nu », Le Dauphiné, 18 nov. 2019, https://www.ledauphine.com/actualite/2019/01/11/age-sexe-et-profession-nos-elus-mis-a-nu-teyb consulté le 16 avril 2020.

[2] Sondage portant sur 483 PME de 10 à 250 salariés réalisé en 2013, https://www.leblogdudirigeant.com/enquete-vraiment-dirigeants-de-pme consulté le 17/04/2020.

[3] Au 1er avril 2017, source : http://www.justice.gouv.fr/art_pix/stat_Infostat_161.pdf

[4] Concerne les natifs de 1955 et plus, https://www.union-syndicale-magistrats.org/web2/themes/fr/userfiles/fichier/publication/vos_droits_2019/Chap11_Retraites_Vos%20droits%202019_USM.pdf consulté le 18 avril 2020.

[5] La France bénévole en 2016, http://www.recherches-solidarites.org/media/uploads/la-france-benevole-2016.pdf consulté le 19/04/2020. [6] La somme des personnes bénévoles engagées dans des cadres différents est supérieure au total de 20,5 millions en raison des engagements pluriels.

[7] Les pourcentages concernent le « taux d’engagement » : « cette notion, utilisée couramment par France Bénévolat, est le pourcentage de personnes qui donnent leur temps par rapport à la totalité de la population concernée », L’évolution de l’engagement bénévole associatif en France, de 2010 à 2016, http://www.associations.gouv.fr/IMG/pdf/ENQUETE_Evol_benevolat_associatif_en_2016_vDEF.pdf

[8] Source : http://addes.asso.fr/wp-content/uploads/2018/12/Prouteau_rapport-complet_DEF_janvier-2019.pdf

[9] Source : idem note 7.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>