COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Covid-19 en Allemagne : quand la police sonne à la porte par Olivier (...)

Covid-19 en Allemagne : quand la police sonne à la porte par Olivier Renaud

mercredi 15 avril 2020, par Comité Valmy


En Allemagne, les Grünen et les Socialistes (SPD) soutiennent les « visites » des domiciles privés par la police avec des médecins pour la prise de sang et pour envoyer en psychiatrie les individus (experts ou citoyens) qui refusent ou critiquent les directives politiques liées au virus.

Des chercheurs mènent des études sur l’impact du Covid-19 sur la population sous le slogan du bien être commun. En faisant des recherches, Observateur Continental, a découvert, par exemple, pour la zone germanique, que ces derniers menaient déjà des recherches sur neuf contaminés à l’hôpital universitaire de Munich en janvier dernier.

« Afin de mieux comprendre le Covid-19, une étude menée sur des ménages sélectionnés au hasard a commencé à Munich le 5 avril dernier ». Le personnel de l’Institut tropical du LMU Klinikum est accompagné par la police. « Si vous habitez à Munich, les employés de l’Institut tropical, accompagnés de la police, peuvent sonner à votre porte et vous demander du sang » ; « On ne sait toujours pas quel est le nombre de cas non déclarés d’infections au Covid-19. Combien de personnes sont infectées sans présenter des symptômes ? Un large échantillon de Munich devrait maintenant fournir des chiffres », écrit la première chaîne de télévision d’Etat ARD le 3 avril en expliquant la technique : « A partir du 5 avril, des échantillons de sang provenant de 3000 ménages choisis au hasard à Munich seront testés pour les anticorps contre le coronavirus SARS-CoV-2 dans quatre semaines. Les chercheurs veulent examiner environ 4 500 personnes. Les ménages sont sélectionnés au hasard, un ordinateur spécifie où le personnel de l’étude sonnera ensuite ».

C’est Michael Hoelscher, le chef du département Infection et médecine tropicale à la Clinique de l’Université de Munich (LMU), qui dirige la nouvelle étude. Il est aussi financé par la fondation Bill & Melinda Gates. En 2010, ce virologue a dirigé des recherches sur des cobayes africains pour tester un nouveau vaccin financé par Bill Gates contre la tubercolose : le SQ109.

« L’Allemagne lance la première étude d’envergure sur l’immunité au coronavirus », titre France Info sans parler de la présence de la police avec les médecins le 10 avril. Ce test à grande échelle va concerner à partir du 13 avril aussi plus de 100 000 personnes en Allemagne et pas seulement en Bavière et les chercheurs disent que cette étude peut durer « deux ou trois mois, pour disposer d’un résultat plus précis ».

Un document de l’hôpital de Munich explique que « cette opération doit être répétée plusieurs fois sur une période d’environ douze mois ». « La Saxe veut mettre en psychiatrie ceux qui refusent la quarantaine », titre Die Welt le 10 avril.

« S’il devait arriver dans des cas individuels que des personnes s’opposent aux ordonnances, il est nécessaire de faire appliquer les mesures ordonnées par les autorités sanitaires. Il est également possible de placer ces personnes dans une partie fermée d’un hôpital sur décision judiciaire », a déclaré la ministre des Affaires sociales de Saxe, Petra Köpping (SPD). Pour rappel, la Saxe est le Land où le mouvement patriote allemand avec Les Manifestations du Lundi puis Pegida où était scandé « Merkel muss weg ! » (Merkel doit partir) est le plus fort. Les média allemands publient d’ailleurs sur les patriotes allemands qui sont actuellement arrêtés durant le confinement.

En Suisse alémanique, le médecin cardiologue, Thomas Binder, a été arrêté chez lui dans la soirée du 11 avril par plusieurs policiers. Le médecin, qui dénonce la gestion de la crise liée au Covid-19, a publié avant son arrestation sur Facebook : « Devant mon cabinet médical, il y a un groupe de policiers d’Argovie, je vais être arrêté, à l’aide ! ». Le journal Aargauer Zeitung confirme cette arrestation, que la rue où habite le médecin a été fermée et qu’il a été interné en psychiatrie.

« Fin janvier, un groupe de patients dans la région de Starnberg près de Munich est devenu le premier groupe de cas épidémiologiques liés au COVID-19 en Allemagne. Neuf patients de ce « cluster de Munich » ont ensuite été soignés à la clinique de Munich Schwabing », écrit le 3 avril dernier la revue médicale News Medical.

Olivier Renault - 13 avril 2020


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>