COMITE VALMY

Accueil du site > - ANALYSES MARXISTES, documents et apports communistes > Maastricht, une grosse épine dans le pied du réformiste Mélenchon Par Pascal (...)

Maastricht, une grosse épine dans le pied du réformiste Mélenchon
Par Pascal Brula

dimanche 13 février 2011, par Comité Valmy


Voir en ligne : Jean-Luc Mélenchon : « la construction de la nation européenne est un idéal » et « Maastricht est un compromis de gauche »

Pas sûr que la direction actuelle du PCF se souvienne que le parti de l’époque ait mené une bataille acharnée contre le traité de Maastricht. Ce dernier portait atteinte de manière péremptoire à la souveraineté de la nation et du peuple, mettait en place une Banque Centrale Européenne toute puissante, au-dessus des états et des peuples, lui octroyant tous les droits et l’armant d’une nouvelle monnaie, l’euro. Il s’agissait alors de donner un dernier coup de pouce à la libération de la finance afin que l’accumulation capitaliste puisse être libre de toutes entraves nationales sur le continent européen et au-delà.

Il faut se souvenir que Mitterrand, le maître à penser de Mélenchon, que ce dernier appelle encore affectueusement « le vieux », avait tout fait pour que les français ne puissent se prononcer en connaissance de cause, déclarant l’organisation d’un référendum sur le sujet peu de temps avant les vacances d’été pour la rentrée scolaire de septembre de la même année 1992. La victoire nous a échappé de peu (51-49), malgré le fait qu’à l’époque, il régnait une sorte de pensée unique pro-Maastricht assez violente dans tous les médias, surtout ceux du service public. Au passage, les journalistes ne dérangeaient alors pas le moins du monde le sieur Mélenchon. Avec quinze jours ou un mois de débat supplémentaires, le traité aurait capoté, car les sondages en faveur du non montaient régulièrement.

A vrai dire, le traité de Maastricht fait partie de cette mascarade trotsko-réformiste qui consiste à dévoyer la volonté de construire une société socialiste pour la remplacer par un objectif qui serait supérieur, celui de "faire l’Europe". Cela rejoint les vieilles antiennes du trotskisme, à savoir la soi-disant impossibilité du socialisme dans un seul pays et son corollaire, la négation de la réalité nationale. C’est de cette fameuse arlésienne, à savoir "l’Europe sociale", dont se sont emparés nos dirigeants nationaux ainsi que tous les partis qui se réclament de la gôôôche. Au fait, Mélenchon n’a-t-il pas usé ses fonds de culottes politiques sur les bancs de l’organisation trotskiste la plus ringarde, la plus militaire et la plus violemment anticommuniste, l’OCI, celle qui a aussi formé ses amis Jospin et Cambadélis… ?

Depuis, Mélenchon aurait, dit-on, exprimé des regrets. Si cela était vrai, il faudrait qu’avec la direction nationale du PCF, il combatte ouvertement l’Union Européenne. Mais on a bien compris que les uns et les autres étaient désormais bien intégrés au système, notamment par l’intermédiaire du PGE. En tous cas, les extraits de son intervention de 1992 au Sénat, prouvent qu’un homme qui s’est trompé aussi gravement, a encore beaucoup à apprendre des communistes, avant de pouvoir devenir leur candidat.

Pascal Brula

13 février 2011

Source : http://lepcf.fr/Maastricht-une-grosse-epine-dans ?var_hasard=11047543764d5af9ae8579e

3 Messages de forum

  • Ne faut il pas évoluer ! et se ranger derrière Mélenchon plutôt que de présenter à tout prix un candidat du PCF qui remportera combien de voix ? 2 % peut-être... Est-ce ainsi que l’on battra le candidat sarkozy ? Traitre à la nation, vendeur de nos services publics.....

    Réfléchissez pour offrir au peuple français une alternative à cette droite dévastatrice et aussi à la gauche caviar qui serait représentée par Strauss-Khan, ségolène Royale et compagnie, dont la politique est bien connue et ne sauvera pas notre pays du marasme !

    Un peu d’intelligence, nous sommes en danger.

    • bin autant désigner Trooss-Cane tout de suite, sans mélenchonner plus, mr ou Mme dboyer 01.

      depuis la fin des Manif pour les retraites Cfdt et FO agissent pour cela : Strauss-Kahn !

      Yves Le Gloahec

      Voir en ligne : bin autant désigner Trooss-Cane tout de suite

    • Ne vaudrait-il pas mieux commencer par en désigner un bon nombre pour la haute cour de justice, dans cette répOublique de pourris actuelle ?? Il y a Urgence à se libérer de ces dirigeants malfaisants... Parce que l’injustice règne à tous les étages de leur BABEL, parce que leur traîtrise n’a d’autre finalité que de nous réduire en esclavage, parce que leurs veuleries est un danger pour la nation pendant des générations et des générations. Que nous restera t-il demain comme avancée sociale, puisqu’ils sont en train de détruire tous nos acquis ?? Bien que Mélenchon a fait partie du PS, il a su se retirer à temps de cette fausse gauche qui avance masquée et en trompe l’oeil. Et il n’est qu’un moindre mal sur l’échiquier politique. Il a le mérite au moins de dénoncer les dérives mafieuses d’un système à bout de course. Il a pour lui cette promesse faite au peuple, de faire cracher au bassinet les banques,et les grands argentiers pour qui, il réserve de quoi leur faire passer le goût immodéré de l’argent, et du culte du veau d’or. Un modèle façon Robin des Bois que tout le monde pense tout bas sans le dire tout haut, voilà ce qu’il nous propose. De plus, l’histoire dans un éternel recommencement nous montre que ce qu’il avance est à notre portée. Quoiqu’il en soit, la situation est telle maintenant, que ce soit lui ou un autre, qu’ il nous faut absolument nous libérer de l’influence néfaste du pouvoir de l’argent dans les sphères dirigeantes du pays. Faute de quoi nous laisserons un enfer à nos enfants et petits enfants.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>