COMITE VALMY

Accueil du site > - GEOPOLITIQUE > Erdogan a perdu la bataille, mais la guerre est loin d’être terminée par (...)

Erdogan a perdu la bataille,
mais la guerre est loin d’être terminée
par The Saker.

samedi 7 mars 2020, par Comité Valmy


Erdogan a perdu la bataille,
mais la guerre est loin d’être terminée

Sous le titre : « Erdogan a perdu la bataille, mais la guerre est loin d’être terminée », l’auteur nous livre les détails de l’accord et nous explique très clairement en quoi il représente une victoire pour la coalition Syrie-Russie-Iran et ce qu’il faut en attendre.

Je pense, pour ma part que cet accord, très favorable à la Syrie légale, a permis à Erdogan de sauver la face, mais qu’il ne tiendra pas longtemps.

Il insiste sur l’intégrité du territoire Syrien qui, tôt ou tard, reviendra aux autorités légales du pays.

On ne peut que s’en réjouir, même si, quelque part, il s’agit d’une défaite humiliante pour l’OTAN, dont le but initial consistait à renverser Bachar El Assad, et à redessiner ensuite la carte du Moyen Orient au profit d’Israël et au détriment de l’Iran.

La France aura beaucoup de mal à rétablir une quelconque influence dans cette partie du Moyen-Orient. Sa politique étrangère, totalement inféodée aux USA et à Israël, s’y est avérée désastreuse….

Bonne lecture

Dominique Delawarde

***

Jeudi 5 mars, après 6 heures d’éreintantes négociations, dont des négociations directes entre Poutine et Erdogan, les parties ont finalement convenu de ce qui suit :

•Un cessez-le-feu débutera à minuit.
•La Russie et la Turquie patrouilleront conjointement sur l’autoroute M4 (la M5 appartient désormais à Damas). Une zone tampon de 6 km devra être créée et appliquée de chaque côté de la M4 d’ici le 15 mars (voir carte ci-dessus)
•Les deux parties ont réaffirmé leur engagement en faveur de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de la Syrie.
•Les deux parties ont réaffirmé leur engagement à créer les conditions nécessaires au retour des réfugiés.
•Les deux parties ont réaffirmé que ce conflit ne constitue pas une solution militaire.

En outre, il y a beaucoup de choses qui n’ont pas été dites, mais qui ont été comprises par tous :

•Les récents gains militaires de l’Armée Syrienne ne seront pas contestés ni remis en question. La nouvelle ligne de contact est maintenant devenue officielle.

•La Russie et la Syrie continueront de lutter contre toutes les organisations que le Conseil de Sécurité des Nations Unies a déclarées « terroristes » (Al-Nusra, Al-Qaida et toutes leurs filiales, indépendamment de toute « modification de statut »).
•Moscou reste plus que jamais attaché à la protection du gouvernement syrien légitime.

De ce qui précède, nous pouvons également déduire ce qui suit :

•La Blitzkrieg d’Erdogan a échoué. Au départ, les drones turcs ont infligé des dommages importants aux forces syriennes, mais ces dernières se sont adaptées extrêmement rapidement, ce qui a donné lieu à ce que les Russes ont appelé en plaisantant « dronopad », que l’on peut traduire grosso modo par « pluie de drones ».
•Les Turcs ont été clairement choqués par la décision russe de bombarder un bataillon turc. Voici ce qui s’est apparemment passé : deux Su-22 syriens (anciens avions soviétiques) ont bombardé le convoi pour le forcer à s’arrêter, puis une paire de Su-34 russes (le plus moderne des chasseurs-bombardiers supersoniques tout temps russes) ont largué des munitions lourdes sur le convoi et les bâtiments environnants, tuant des dizaines de membres des forces spéciales turques). Les deux parties ont décidé de « blâmer » les Syriens, mais ils ne volent pas en Su-34, et tout le monde le sait.
•Erdogan a compris qu’il devait soit doubler la mise, soit déclarer la victoire et partir. Il a sagement choisi cette dernière solution, du moins comme une mesure temporaire.
•Ni l’OTAN ni l’UE n’ont montré le moindre signe de volonté de se joindre à la guerre de la Turquie contre la Syrie (parce que c’est bien de cela qu’il s’agit ici), et les États-Unis non plus. Comme je ne peux pas qualifier cette décision de « sage » (il n’y a plus de sagesse d’aucune sorte dans les régimes occidentaux), je la qualifierai simplement de « prudente » car la Russie n’est pas disposée à laisser la Turquie envahir la Syrie.
•L’Iran, le Hezbollah et la Libye ont tous déclaré leur volonté de combattre les Turcs aussi longtemps que nécessaire et partout où il le faut.

En dépit de ces développements, il est assez clair que la politique intérieure turque continuera de forcer Erdogan à s’engager dans ce qu’on appelle poliment des politiques « néo-ottomanes », c’est-à-dire des douleurs fantômes pour un empire perdu. La solution évidente pour la Russie est de continuer à armer les Syriens, en particulier avec des versions modernisées des SAM Pantsir qui se sont révélées très efficaces contre les drones, les roquettes MLRS et même les mortiers.

Le principal problème des Syriens est le manque d’effectifs. Jusqu’à ce que davantage de forces soient équipées, entraînées, déployées et engagées, les Russes doivent fournir à la Syrie des capacités de défense aérienne beaucoup plus importantes. Les Syriens ont fait des miracles avec du vieux matériel soviétique franchement dépassé (qui, compte tenu de son âge et du manque d’entretien approprié, a donné d’excellents résultats), mais ils ont maintenant besoin d’un bien meilleur matériel russe pour se défendre non seulement contre la Turquie, mais aussi contre l’Axe de la Bonté (États-Unis+Israël+Arabie Saoudite).

En outre, je pense que le groupe de travail russe à Khmeimim et Tartus est trop important et mal équilibré. Khmeimin a besoin de beaucoup plus de Su-25SM3 et de quelques Su-35S/Su-30SM supplémentaires pour protéger les forces syriennes. La base navale de Tartus manque de capacités anti-sous-marine (ASM), tout comme une grande partie de la force navale russe en Méditerranée orientale. Et bien que la Marine Russe ait un certain nombre de navires équipés de missiles de croisière « Kalibr » à bord, leur nombre est, une fois de plus, insuffisant, ce qui signifie que les forces aérospatiales russes doivent déployer autant d’avions équipés de missiles Kalibr que possible dans le sud de la Russie. Tartus et Khmeimim sont toutes deux assez proches de la province d’Idlib (c’est aussi là que les « bons terroristes » ont tenté de frapper les forces russes, ce qu’elles ne peuvent plus faire maintenant, grâce à l’offensive syrienne réussie). Cela me laisse à penser que la Russie devrait déclarer une zone de contrôle aérien exclusif plus étendue au-dessus de ces deux endroits, et augmenter le nombre de missiles et de lanceurs dont les défenses aériennes russes auront besoin pour la faire respecter.

Enfin, je pense qu’Erdogan a survécu à son utilité pour la Russie (et pour la Turquie, par la même occasion !). Il est clairement un élément imprévisible dont, selon certaines rumeurs, même l’opinion publique turque se lasse. La Russie ne devrait pas négliger cette opinion publique. Et puis il y a les Libyens, le Maréchal Khalifa Belqasim Haftar, dont les forces semblent avoir extrêmement bien réussi contre les Forces Turques en Libye. Les Russes soutiennent discrètement Haftar qui, bien qu’il ne soit pas exactement un allié idéal pour la Russie, peut se révéler utile. Ce que les Russes doivent faire ensuite, c’est expliquer deux choses à Erdogan et à ses ministres :

•Si vous attaquez à nouveau en Syrie, vous serez vaincus, peut-être pire que la première fois
•Si vous touchez à nos intérêts géostratégiques, nous toucherons aux vôtres

Le seul parti que les Russes ne devraient jamais armer sont les Kurdes, qui sont encore moins fiables qu’Erdogan et qui sont essentiellement un atout israélien pour déstabiliser la Turquie, l’Irak, la Syrie et l’Iran. La Russie devrait cependant parler aux Kurdes (toutes factions confondues) et les convaincre d’accepter une large autonomie culturelle à l’intérieur de la Syrie, de l’Irak et de l’Iran. La Turquie pourrait être ajoutée à cette liste, mais seulement une fois qu’un gouvernement digne de confiance sera au pouvoir à Ankara. En aucun cas, la Russie ne doit armer les Kurdes.

Actuellement, le meilleur allié de la Russie dans la région est la Syrie. C’est ce pays que la Russie doit sécuriser en créant un réseau de défense aérienne réellement moderne. Les Russes ont déjà fait beaucoup pour atteindre cet objectif, notamment en intégrant leurs systèmes de gestion des combats et de guerre électronique, mais ce n’est pas suffisant. Alors que l’aide russe et les compétences syriennes ont forcé les Israéliens à mener des frappes aériennes essentiellement symboliques et inefficaces, souvent avec des missiles tirés depuis l’extérieur de l’espace aérien syrien, et alors que de nombreux missiles israéliens (la plupart) ont été détruits par les défenses aériennes syriennes, il est assez clair que les Turcs et les Israéliens estiment que s’ils lancent des missiles à longue distance, ils restent relativement en sécurité. Cette perception doit être changée, non seulement pour forcer les Turcs et les Israéliens à tirer de plus loin et à accepter des pertes encore plus importantes, mais aussi pour montrer aux États-Unis, à l’OTAN et à l’Europe que les défenses aériennes syriennes sont capables de rendre inutile (et coûteuse) toute attaque autre qu’une attaque massive.

Nous devons également noter que la machine de propagande turque a été très efficace. Oui, une grande partie de ce que les médias ont déclaré était de toute évidence des absurdités « rassurantes » (des milliers de Syriens morts, des centaines de chars, etc.), mais leurs images d’un drone turc frappant un Pantsir en Libye ont, du moins au début, impressionné ceux qui ne comprennent pas la guerre de défense aérienne (détruire un seul Pantsir isolé de première génération n’est pas si difficile, surtout de juste au-dessus, mais détruire une position de Pantsir dans laquelle des lanceurs se protègent les uns des autres est tout à fait différent. Et si cette position de Pantsir est protégée « en dessous » (AA+MANPADS) et « au-dessus » (SAM à moyenne et longue portée), alors cela devient extrêmement difficile).

Cette guerre n’est pas terminée et elle ne le sera pas tant qu’Erdogan ne sera pas destitué de ses fonctions. Franchement, la Russie a besoin d’un partenaire stable et digne de confiance à sa frontière sud, et cela n’arrivera pas tant que les Turcs n’auront pas abandonné Erdogan. Le problème ici est que Dieu seul sait qui pourrait lui succéder, si les Gülenistes prennent le pouvoir, cela ne sera pas bon pour la Russie non plus.

Revenons sur le meurtre du Général Soleimani. Franchement, les Iraniens ont raison : les deux facteurs qui ont fait du Moyen-Orient le foutoir sanglant dans lequel il se trouve depuis des décennies sont 1) Israël et 2) les États-Unis. L’objectif final pour le premier est une solution à un seul État, qu’elle soit acceptée ou imposée. L’objectif intermédiaire devrait être de sortir les États-Unis de l’Afghanistan, de l’Irak, de la Syrie et, éventuellement, de la Turquie. Erdogan est assez fou et désespéré (pour ne pas dire vengeur) pour se rapprocher au moins un peu plus de cet objectif intermédiaire en s’aliénant les États-Unis et l’OTAN. Le plan de match russe devrait donc être évident : d’abord, utiliser des moyens militaires pour « contenir Erdogan à l’intérieur de la Turquie » et, ensuite, s’engager dans des efforts à long terme pour préparer une Turquie post-Erdogan. Ensuite, laisser le SOB se détruire lui-même.

Je ne crois pas que la paix soit possible entre une Syrie laïque et une Turquie soutenue par des Takfiri. Et je ne crois pas non plus que les Takfiris puissent être transformés en une quelconque « opposition démocratique ». Ainsi, le véritable objectif final pour la Russie et la Syrie sera toujours la victoire militaire, et non la « paix » (en supposant que le concept de « paix avec les Takfiri » ait un sens, ce qui n’est pas le cas). Les Russes le savent, même s’ils ne l’admettent pas.

Pour l’instant, ce que nous voyons est la première phase de la guerre Turquie-Syrie qui se termine et pour les deux prochaines semaines, nous assisterons à une transition vers une autre phase qui sera probablement celle où, par surprise, les Turcs ne parviendront pas à retirer tous les Takfiri d’Idlib, ce qui donnera alors à la Syrie et à la Russie une raison légale de prendre à nouveau des mesures directes. En théorie, du moins, Erdogan pourrait décider de faire passer la frontière aux forces armées turques, mais plus elles se rapprocheront de Khmeimim et/ou de Tartus, plus les enjeux seront dangereux pour la Turquie et pour Erdogan personnellement.

La clé du succès pour l’Axe de la Résistance est de rendre la Syrie trop dure à briser. J’espère que la Russie, l’Iran, la Syrie et l’Irak continueront de travailler ensemble, avec l’aide chinoise, espérons-le, pour créer cette Syrie.

The Saker.

source : Erdogan loses the battle, but the war is far from over

traduit par Réseau International

envoyé par Dominique Delawarde


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>