COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > "Pole position" L’œuf U.E. ou la poule N.O.M.* ? F de Bouvines

"Pole position"
L’œuf U.E. ou la poule N.O.M.* ?
F de Bouvines

jeudi 10 février 2011, par Comité Valmy


Après l’effondrement du mythe de la mondialisation heureuse, suit celui de la supercherie de l’Europe protectrice, prétendu rempart contre les méfaits de la mondialisation. En fin de compte, la « grande idée européenne » se révèle être intrinsèquement invasive et ultra libre-échangiste : pour répandre au monde le virus mortel du principe supérieur à tout autre de « concurrence libre et non faussée », l’ouverture des frontières européennes est indispensable.

En contrepartie d’une entrée libre sur le sol européen, l’Union exige en retour que son principe de libre concurrence absolue s’impose au monde, via l’OMC [1], au mépris du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Nous voici donc face à une nouvelle version du fameux paradoxe : « Qu’est-ce qui est apparu en premier : l’œuf ou la poule ? » qui s’écrirait ainsi : « Qu’est-ce qui est apparu en premier : l’Union européenne ou la mondialisation ? »

Après quelques minces corrections, la réponse philosophique et encyclopédique commencerait ainsi :

Il faut distinguer deux sens du terme "premier" : logique et chronologique. Chronologiquement, selon Aristote, on peut certes dire que le grain est antérieur à l’épi, ou que l’enfant précède l’homme, mais en réalité c’est l’inverse : "le domaine du devenir s’oppose à celui de l’essence, car ce qui est postérieur dans l’ordre de la génération est antérieur par nature, et ce qui est premier par nature est dernier dans l’ordre de la génération." [2]

Seul l’adulte (le « Monde »), l’être achevé, peut logiquement être une cause génératrice. Un être encore imparfait comme un enfant (le « sous-continent européen ») ne le peut pas, sinon il faudrait dire que l’imperfection (la fusion des peuples au niveau d’un sous-continent, sans autre pertinence que géographique) est cause de la perfection (l’avènement d’un pouvoir mondial, seule dimension logique du pouvoir absolu de droit divin), ce qui est impossible, même si chronologiquement nous avons l’impression que les choses vont dans le sens d’un développement du moins au plus parfait. On retrouve le principe général selon lequel "l’acte (la perfection, l’achèvement) est antérieur à la puissance (la simple possibilité)" [3]. Aristote dit ainsi que "c’est l’homme qui engendre l’homme" et non le sperme comme le croyaient les Pythagoriciens et Speusippe. [4]

Or on peut dire que l’Europe n’est rien d’autre qu’une mondialisation en puissance, et qu’à ce titre il n’existe que pour elle : c’est la mondialisation qui est la raison d’être de l’Europe, et non l’inverse. En effet, s’il n’y avait pas de Monde à porter à maturité, l’existence de l’Europe n’aurait aucun sens. D’un point de vue logique donc c’est la mondialisation qui doit précéder l’Europe. Pour comprendre la génération, il faut ainsi inverser l’ordre chronologique des faits :

"Ce n’est pas en effet la maison qui est faite pour les briques et les pierres, mais celles-ci pour la maison : il en va de même pour tout le reste de la matière. Et ce n’est pas seulement l’induction qui nous montre qu’il en est bien ainsi, mais aussi le raisonnement. En effet, tout ce qui s’engendre naît de quelque chose et en vue de quelque chose ; la génération se poursuit d’un principe à un principe, du premier qui donne le branle et a déjà une nature propre, jusqu’à une forme ou à quel qu’autre fin semblable. Car l’homme engendre l’homme et la plante la plante, selon la matière qui sert de substrat à chacun. Ainsi donc chronologiquement la matière et la génération sont nécessairement antérieures, mais logiquement, c’est l’essence et l’idée de chaque être." [5]

* Nouvel Ordre Mondial

F de Bouvines

Post-scriptum :


Avis au lecteur paresseux

"Il est déjà assez pénible d’écrire sans avoir de surcroit l’obligation de se faire comprendre. Le monde savant reconnaît d’ailleurs la saine division du travail entre ceux qui écrivent et ceux qui lisent. Il m’est arrivé de trouver les problèmes de présentations plus difficiles que ceux de l’analyse." John Kenneth Galbraith dans le Nouvel État industriel, page 453

Notes

[1] lire 2011, c’est bien un ultimatum. Ça passe ou ça casse !

[2] Aristote Parties des animaux livre II ch.1 (646a24)

[3] Aristote Métaphysique Théta 8 (1049b)

[4] ibid. 1070-1073

[5] Aristote Parties des animaux livre II ch.1 (646a27)


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>