COMITE VALMY

Accueil du site > - L’ENNEMI COMMUN DES PEUPLES : l’impérialisme étasunien > Les États-Unis entament les Années Folles en déclarant la guerre à l’Iran (...)

L’ennemi commun des peuples

Les États-Unis entament les Années Folles
en déclarant la guerre à l’Iran
par Pepe Escobar.

samedi 4 janvier 2020, par Comité Valmy


Les États-Unis entament les Années
Folles en déclarant la guerre à l’Iran

Il ne peut y avoir de provocation plus étonnante contre l’Iran que ce qui s’est passé à Bagdad.

Peu importe d’où vient le feu vert pour l’assassinat ciblé par les États-Unis du Commandant de la Force Al-Qods, le Major Général Qasem Soleimani, et du Commandant en second des Hashd al-Shaabi, Abu Madhi al-Muhandis.

Il s’agit d’un acte de guerre. Unilatéral, non provoqué et illégal.

Le Président Trump a peut-être donné l’ordre. Ou l’État Profond US peut lui avoir ordonné de donner l’ordre.

Selon mes meilleures sources d’information en Asie du Sud-Ouest, « Israël a donné aux USA les coordonnées pour l’assassinat de Qasem Soleimani car ils voulaient éviter les répercussions de l’assassinat contre eux ».

Peu importe que Trump et l’État Profond soient en guerre.

L’une des rares obsessions géopolitiques qui les unissent est la confrontation permanente avec l’Iran – qualifié par le Pentagone comme l’une des cinq principales menaces contre les États-Unis, presque au niveau de la Russie et de la Chine.

Et il ne peut y avoir de provocation plus étonnante contre l’Iran – dans une longue liste de sanctions et de provocations – que ce qui s’est passé à Bagdad. L’Irak est maintenant le champ de bataille privilégié d’une guerre par procuration contre l’Iran qui pourrait maintenant se transformer en une guerre chaude, avec des conséquences dévastatrices.

Nous savions que cela allait arriver. Il y a eu beaucoup de grondements dans les médias israéliens par d’anciens responsables de la Défense et du Mossad. Il y a eu des menaces explicites du Pentagone. J’en ai discuté en détail en Ombrie la semaine dernière avec l’analyste Alastair Crooke – qui était extrêmement inquiet. J’ai reçu des messages inquiétants de l’Iran. L’inévitable escalade de Washington a fait l’objet de discussions jusqu’à jeudi soir, ici à Palerme, quelques heures avant l’attaque. La Sicile, soit dit en passant, dans la terminologie des généraux américains, est un AMGOT : American Government Occupied Territory (Territoire Occupé par le Gouvernement US).

Une fois de plus, les mains Exceptionnalistes au travail montrent à quel point elles sont prévisibles. Trump est acculé par la destitution. Netanyahou a été mis en accusation. Rien de tel qu’une « menace » extérieure pour rallier les troupes intérieures. Le Guide Suprême, l’Ayatollah Khamenei, connaît ces variables complexes. Il n’est pas surprenant qu’il ait déjà annoncé, pour mémoire, qu’il y aurait un retour de flamme : « Une vengeance vigoureuse attend les criminels qui ont son sang et celui d’autres martyrs sur les mains« . Attendez-vous à ce que ce soit très douloureux.

Retour de flamme par mille coups

J’ai rencontré Muhandis à Bagdad il y a deux ans – ainsi que de nombreux membres des Hashd al-Shaabi. Voici mon rapport complet. L’État Profond est absolument terrifié que les Hashd al-Shaabi, une organisation de base, soit en passe de devenir un nouveau Hezbollah, et aussi puissant que le Hezbollah. Le Grand Ayatollah Sistani, l’autorité religieuse suprême en Irak, universellement respectée, les soutient pleinement.

L’attaque US vise donc également Sistani – sans parler du fait que les Hashd al-Shaabi opèrent selon les directives émises par le Premier Ministre irakien Abdel Mahdi. C’est une erreur stratégique majeure qui ne peut être commise que par des amateurs.

Le Major Général Soleimani, bien sûr, a humilié l’ensemble de l’État Profond à maintes reprises – et aurait pu les manger tous au petit déjeuner, au déjeuner et au dîner en tant que stratège militaire. C’est Soleimani qui a vaincu Daech en Irak – et non les États-Unis en bombardant Raqqa en ruines. Soleimani est un super-héros au statut presque mythique pour les légions de jeunes partisans du Hezbollah, les Houthis au Yémen, tous les courants de résistants en Irak et en Syrie, le Jihad Islamique en Palestine, et dans toutes les latitudes du Sud en Afrique, en Asie et en Amérique Latine.

Il n’y a absolument aucun moyen pour les États-Unis de maintenir des troupes en Irak, à moins que la nation ne soit réoccupée en masse après un bain de sang. Et oubliez la « sécurité » : aucune force impériale officielle ou militaire impériale n’est actuellement en sécurité nulle part, du Levant à la Mésopotamie et au Golfe Persique.

La seule qualité rédemptrice de cette erreur stratégique majeure de déclaration de guerre pourrait être qu’elle soit le dernier clou dans le cercueil du chapitre Asie du Sud-Ouest de l’Empire des Bases US. Le Ministre iranien des Affaires Étrangères Javad Zarif a sorti une métaphore appropriée : « l’arbre de la résistance » continuera de croître. L’empire pourrait bien dire au revoir à l’Asie du Sud-Ouest.

À court terme, Téhéran sera extrêmement prudent dans sa réponse. Un indice des choses – pénibles – à venir : ce sera le retour de flamme par mille coups. Comme frapper le cadre – et l’état d’esprit – exceptionnaliste là où ça fait vraiment mal. C’est ainsi que commencent les années folles et rageuses : avec la libération de chiens de guerre gémissants.

Pepe Escobar
4 janvier 2020

source : US starts the Raging Twenties declaring war on Iran

traduit par Réseau International

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>