COMITE VALMY

Accueil du site > UNION DU PEUPLE DE FRANCE - Arc Républicain de Progrès > Soutien au mouvement des personnels de la justice Antoine Manessis (...)

La révolte des magistrats se généralise dans toute la France

Soutien au mouvement des personnels de la justice
Antoine Manessis (PRCF)

jeudi 10 février 2011, par Comité Valmy

Les magistrats dénoncent le manque de moyens.

Jeudi 3 février à Orléans, Nicolas Sarkozy avait affirmé que les "dysfonctionnements graves" des services de police et de la justice, qui ont permis la remise en liberté du principal suspect du meurtre de Laëtitia à Pornic (Loire-Atlantique), seraient sanctionnés.

Pour les professionnels de la justice, les seules défaillances dans le suivi de Tony Meilhon, le principal suspect du meurtre de Laëtitia Perrais à Pornic (Loire-Atlantique), sont liées au manque de moyens de la juridiction nantaise. Les responsables avaient à plusieurs reprises tiré la sonnette d’alarme et informé qu’ils avaient des dizaines de dossiers en attente.


A plusieurs reprises, dans le passé, Nicolas Sarkozy s’est servi d’un fait-divers pour critiquer ouvertement la décision d’un juge ou annoncer une réforme.

Soutien au mouvement des personnels de la justice !

Tous les personnels de la justice de notre pays, toutes leurs organisations syndicales seront dans la rue après les propos de celui qui est censé garantir l’indépendance de la justice, le Président de la République.

Surfant comme à son habitude sur un fait divers tragique et horrible, l’assassinat dans des conditions effroyables d’une jeune fille de 18 ans, N. Sarkozy s’est livré à une attaque scandaleuse contre les personnels de justice et même des policiers. Dénonçant des dysfonctionnements il menace de sanction ceux qui ne sont en rien responsables de ces mêmes dysfonctionnements.

En fait le service public de la justice vit dans des conditions telles que les dysfonctionnements sont inévitables. Ce sont bien les moyens alloués pour prévenir la récidive et au-delà d’un fonctionnement normal de la justice qui sont en cause. Le pouvoir si généreux avec ses amis milliardaires (bouclier fiscal, suppression programmée de l’ISF, etc.) laisse la justice française dans des conditions de misère indignes. Trois courriers avaient été adressés au Garde des sceaux pour lui exposer la situation intenable provoquée dans la juridiction en Loire Atlantique par un manque criant de personnel, pour protester contre la décision du Ministère de ne pas pourvoir au poste de juge d’application des peines à Nantes qui était manquant. Enfin, postérieurement au drame, le nouveau premier président de la Cour d’appel de Rennes a affecté un juge placé au service de l’application des peines de Nantes du 1er avril au 1er septembre 2011, preuve que la question des moyens alloués aux services est non seulement cruciale mais susceptible d’être rapidement prise en compte.

Cela démontre que la non prise en charge du présumé coupable relève exclusivement du ministère de la Justice. Des fautes ont bien été commises et elles relèvent de la politique menée par les ministres successifs de la Justice et non par les personnels qui avaient tiré le signal d’alarme.

Comme le dit le Syndicat de la magistrature : « Les magistrats ne seront pas les boucs émissaires d’un système qui porte le nom de RGPP (« Révision générale des politiques publiques ») et qui consiste à sacrifier le service public, la justice et les justiciables. »

Antoine Manessis (membre du Comité Politique National du PRCF)

3 Messages de forum

  • surement pas...de soutien à une caste d’intouchables ..qui fuit leurs responsabilités .. c’est encore la rengaine "pas de moyens" qu’on nous ressort régulièrement dès qu’il y a un vrai pb Manque de moyens pour le juge qui a libéré les braqueurs du casino d’Uriage ? manque de moyens pour les juges laxistes qui libèrent les délinquants avec une aisance remarquable ? manque de moyens quand la justice condamne un Pépé Galinier en légitime défense ? etc... foutaise.. On assiste à des règlements de compte entre les 2 pouvoirs , pouvoirs qui commencent à fatiguer le peuple par leur arrogance et leur inefficacité !
  • Soutien au mouvement des personnels de la justice
    Antoine Manessis (PRCF)

    10 février 2011 20:25, par Gérard François

    Certes, les moyens de la Justice sont insuffisants. Certes, M. Sarkozy s’adonne à une forme de populisme ou de surenchère sécuritaire habituelle en surfant sur un fait divers et en jouant sur la méconnaissance du grand public des mécanismes judiciaires.

    Mais cette polémique a le mérite (au-delà de cet horrible fait divers) de poser un problème que la gauche ne perçoit pas : celui de la responsabilité et de l’immunité des juges face aux conséquences de leurs décisions, qui ne peut se confondre avec le principe de l’indépendance de la Justice, principe fondamental et fondateur, derrière lequel ils se réfugient.

    Critiquer l’immunité totale dont jouit une catégorie de citoyens, fonctionnaires de l’Etat, dans l’exercice de leurs fonctions n’est pas une idée réactionnaire, bien au contraire. C’est une idée républicaine qui ne contredit en rien le principe d’indépendance des Juges. Je dirais même qu’elle serait, un aboutissement de la démocratie.

    L’indépendance consiste à ne pas être soumise au pouvoir exécutif et à demeurer à l’abri de pressions de toute nature. Faut-il pour autant que celle ou celui qui juge n’ait pas à répondre devant le peuple souverain de la qualité de son travail, dont une part est liée à l’appréciation personnelle, et pas seulement à l’application stricte de la Loi ?

    Bien que l’on n’ait aucune raison de douter, a priori, de la valeur morale et professionnelle des magistrats, quel avocat n’a pas constaté, au cours de sa carrière, quelque décision ayant entraîné de funestes conséquences pourtant prévisibles, avérées et démontrables, prise impunément par des magistrats (affaires criminelles ou familiales, erreurs judiciaires...) faute d’appliquer ici et là un élémentaire principe de précaution ?

    La magistrature, dont le principe d’inamovibilité date de Philippe le Bel (et non de 1789) donne plutôt, malheureusement, à travers ce mouvement le visage d’une caste d’ancien régime, corporatiste et arc-boutée sur des prérogatives exorbitantes.

    Serait-ce trop de demander aux juges ce que l’on exige par exemple des médecins, un corps pourtant tourné par définition vers l’altruisme ?

    Or, le Conseil Supérieur de la Magistrature est à la fois juge et partie.

    Il y aurait intérêt à réfléchir sur cette question, plutôt que de réagir à chaud et- passionnellement "contre Sarkozy" ou "contre les magistrats", ce qui n’ a aucun sens.

    La France a besoin d’une Justice à la fois indépendante et responsable. L’ensemble des magistrats et des justiciables auraient tout à y gagner.

    Salut et Fraternité

  • Les matraquages de Sarkozy contre la justice de ce pays qui est le mien, par voie de presse, sont inacceptables, de fait, d’autant qu’il n’a de cesse de la rendre inopérationnelle par ailleurs. Quels sont donc les buts recherchés par cet individu à qui on a donné un pouvoir dont il semble user avec folie ?

    Je vois là une confirmation de l’état gravement maladif de notre démocratie. Il faut vraiment œuvrer pour une indépendance de la justice face aux pouvoirs politiques. Il faut que, nous le peuple, nous faisions en sorte de retrouver notre pouvoir de citoyens pour empêcher les dérives de ce gouvernement qui sent tout puissant et semble oublier qu’il n’est pas pérenne et qu’il ne le sera jamais, grâce au peuple justement.

    Je ne veux pas de ce système copié sur celui des U.S.A.,tel que voudrait nous l’imposer Sarkozy et sa clique de malfrats, dont certains sont tout de même condamnés pour des délits graves par cette justice qu’ils voudraient savoir à leur solde.

    Alors, je soutiens ce mouvement,...pour la justice

    Danielle Jarry


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>