COMITE VALMY

Accueil du site > COMITE VALMY ANALYSES ET PROPOSITIONS - > Ben Salman, Salvator Mundi et Donald Trump par Hedy Belhassine

Ben Salman, Salvator Mundi et Donald Trump
par Hedy Belhassine

jeudi 18 juillet 2019, par Comité Valmy


Ben Salman, Salvator Mundi et Donald Trump

Que peut-il y avoir de commun entre le Prince Mohamed ben Salman d’Arabie, le Christ Sauveur du Monde et Donald Trump ? Un tableau à 450 millions de dollars pardi.

C’est l’histoire d’un petit morceau de bois peint à l’époque de la Renaissance, oublié pendant cinq siècles d’indifférence puis restauré à grands frais par des marchands malins. En 1958, il est cédé pour 45 £, en 2005 il est revendu 10 000 dollars. En 2013, Dmitri Rybolovlev un richissime cardiologue russe reconverti dans la potasse l’achète pour 127 millions de dollars à Yves Bouvier un négociant suisse qui venait de l’acquérir pour 75 millions. Belle plus-value nette fiscale ! Il faut dire que dans l’intervalle, l’oeuvre a été attribuée à Léonard de Vinci par des experts formels aussitôt contredits par quelques uns de leurs collègues grincheux qui reniflent l’embrouille : « provenance spéculative, attribution optimiste, restauration abusive, prix exorbitant.. »

Art et business

Ouvrons une première parenthèse sur le célèbre vendeur russe qui, entre autres exploits, a généreusement permis en 2008 à Donald Trump de faire une jolie culbute en lui achetant 95 millions de dollars une villa que le futur Président avait acquise quatre ans plus tôt 42 millions (seulement). Seconde parenthèse sur le très avisé homme d’affaires suisse, patron de ports francs à Genève, Singapour, Luxembourg. Ces établissements sont des entrepôts où les marchandises séjournent en suspension de taxes et droits. Les immeubles dédiés aux objets d’art sont de véritables coffres forts implantés près des aéroports. Ils permettent aux fortunés du monde entier d’y déposer des valeurs et des objets à couvert du fisc du tous les pays ; ils peuvent venir les contempler, les vendre ou les échanger en toute sécurité et discrétion. Rappelons accessoirement que les transactions sur les objets d’arts sont de commodes échappatoires aux lois sur le blanchiment d’argent.

Fermons ces parenthèses qui mériteraient mille pages de détails effarants sur ces cavernes d’Ali Baba. Également sur les frasques de ces deux hommes hors du commun qui se livrent une guerre judiciaire avec une armée de juristes ayant réussi à les conduire à tour de rôle en prison à Monaco en Suisse ou à Singapour.

Le jack pot

Revenons au « Léonard de Vinci » vendu 127 millions en 2013. Son prix le met désormais comme les grandes banques, à l’abri de la décote et des soupçons : to big to fail. Le 15 novembre 2017, Rybolovlev le remet en vente chez Christie’s à New York. Les prix s’envolent portés par des enchérisseurs mystérieux. Quelle est l’identité cachée du dégonflé qui s’est couché à 400 millions hors taxes et frais ? Le Vatican peut-être. Qui a servi de lièvre ? Qu’importe, très vite on apprend que Mohamed ben Salman est l’heureux adjudicataire du chef d’oeuvre. La transaction a été réalisée sous le nom d’emprunt d’un prince comparse qui a bonimenté à la presse que le tableau le plus cher du monde était destiné au Louvre d’Abu Dhabi et qu’il serait dévoilé au public à l’occasion de son inauguration par Macron. Las, depuis 18 mois, le chef d’oeuvre reste introuvable. Un bobard prétend qu’il est accroché dans un des salons du yacht de MBS. Il y serait en sécurité car le précieux morceau de planche vermoulue par les siècles doit être conservé à 45 degrés d’humidité constante. Selon une autre rumeur plus vraisemblable, il serait tout simplement retourné au port franc de Genève.

Pourquoi cet achat ?

Décidément, rien ne résiste à la volonté de Mohamed ben Salman qui collectionne les titres d’horreur : chef des équarrisseurs de Khashoggi, génocideur de yéménites, coupeur de têtes dissidentes, fouetteur de blogueurs, emprisonneur de femmes pensantes... Le voici amoureux des arts et amateur d’images pieuses. Il y a quelques jours, il paradait au premier rang des grands au sommet du G20 à Tokyo ; dans un an, il présidera l’assemblée des chefs d’États les plus puissants qui se tiendra dans sa capitale Riyadh. Exhibera t-il alors son trophée précieux pour épater la galerie ?

On peut s’interroger sur ses motivations d’acheteur compulsif ; ce tableau n’est pas un bateau de luxe ni un château français. Le Salvator Mundi est une représentation de Jésus sauveur du Monde. Pour un bon musulman, cet icône ne vaut pas même un coup de cidre sans alcool. Rappelons que la branche la plus rigoriste de l’islam est le salafisme sectaire dont MBS est le protecteur. En Arabie, quiconque s’avise de suspendre une croix ou une médaille religieuse autour du cou ou au mur de son living est passible de prison et baston s’il est chrétien et du sabre s’il est musulman. Ben Salman a t-il voulu une fois de plus exhiber sa totale impunité ? Montrer qu’il pouvait transgresser ses propres lois et braver toutes les suspicions, y compris celle d’apostat ?

Un monde de fous

L’État saoudien se confond avec la propriété personnelle de MBS. L’État, c’est lui. Que l’État islamiste d’Arabie, le plus intolérant du monde, ait acheté un tableau figuratif impie dépasse l’entendement de tous les musulmans. Si Mohamed ben Salman a ordonné l’achat de ce coûteux chef d’oeuvre de l’art sacré , ce n’est pas pour être tombé à genoux en grâce devant le Christ Sauveur du Monde. En fait, il a acheté un prix, un mythe, un summum de la spéculation mondiale. Le revendra t-il un jour ? Certainement pas. L’a t-il détruit comme le poète Gainsbourg qui allumait sa Gauloise au feu d’une grosse coupure ? Que non ! Plus vraisemblablement il en a fait cadeau. À qui ? À son épouse, maitresse ou concubine ? C’est exclu : MBS n’est pas Aragon on ne lui connait pas d’Elsa. Non, le seul récipiendaire digne de ce fabuleux objet, le seul qui soit à la hauteur de la reconnaissance qu’il lui doit pour avoir sauver sa dynastie : c’est Donald Trump. Il est le bienfaiteur des Saoud, l’évangéliste de tous les instants, le plus mégalo Président de tous les temps. Trump en rêvait, MBS le lui a offert.

On peut imaginer que dans un port franc mieux protégé que Fort Knox, celui qui est encore le Président des Etats Unis d’Amérique se fait parfois enfermer dans une pièce blindée. Là, devant le tableau éffleuré par Léonard de Vinci, Donald Trump soliloque dans un tête à tête imaginaire avec son précurseur le Sauveur du Monde « Jesus, oh my God ! »

Hedy Belhassine
jeudi 11 juillet 2019

https://www.lejdd.fr/Societe/monaco-rybolovlev-loligarque-russe-qui-a-sauve-trump-de-la-faillite-3577355

https://www.lexpress.fr/culture/art/ports-francs-de-geneve-un-gigantesque-garde-meubles-du-marche-de-l-art_1773875.html

https://blogs.mediapart.fr/daniel-salvatore-schiffer/blog/130419/leonard-de-vinci-je-conteste-lauthenticite-de-son-salvator-mundi

HYB


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>