COMITE VALMY

Accueil du site > - ANALYSES et DOCUMENTS GAULLISTES, patriotes et républicains > L’AFFAIRE GHOSN N’EST PAS UNE SIMPLE AFFAIRE DE FRAUDE ! par Jacques (...)

L’AFFAIRE GHOSN
N’EST PAS UNE SIMPLE AFFAIRE DE FRAUDE !
par Jacques MYARD

samedi 13 avril 2019, par Comité Valmy


COMMUNIQUE DE PRESSE de Jacques MYARD

Membre Honoraire du Parlement
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République
Président de l’Académie du Gaullisme

L’AFFAIRE GHOSN
N’EST PAS UNE SIMPLE AFFAIRE DE FRAUDE !

L’affaire Carlos Ghosn n’est pas la simple affaire de fraude fiscale d’un homme qui passe pour être hautain et est souvent détesté par ses propres collaborateurs.

En réalité, elle dévoile le caractère hyper-nationaliste des Japonais qui ne supportent pas que des étrangers viennent administrer des sociétés japonaises chez eux.

Il ne faut pas oublier que le ministère de l’industrie japonais, le METI anciennement MITI, exerce une fonction tutélaire sur les entreprises japonaises, les informe des marchés étrangers à conquérir, leur prodigue mille conseils et les garde des prédateurs étrangers.

En un mot, il est le gardien de la souveraineté économique du Japon et entend le rester.

On est à cent lieues de la mondialisation heureuse sans frontière prônée par l’idéologie ultra-libérale des multinationales qui méprisent les souverainetés des Etats et veulent les ignorer.

Pour le METI, le libéralisme a des limites, et les dirigeants japonais de Nissan ont visiblement trouvé dans les fautes, voire les fraudes de C. Ghosn l’occasion pour reprendre le contrôle qu’ils avaient perdu sur leur entreprise, il est vrai redressée par le Franco-libanais. De véritables ingrats mais nationalistes ces Japonais !

Rien de bien étonnant lorsque l’on connaît l’histoire du Japon.

Un seul objectif pour la France : sortir de la naïveté des marchés et de l’idéologie du libéralisme et tout mettre en oeuvre pour que Renault garde son autonomie et retrouve des bases solides de coopération avec Nissan ou avec d’autres.

Un dernier point, cette affaire illustre parfaitement le retour des Etats dans le processus économique, et certains n’hésitent pas à utiliser des méthodes fortes avec des coups en dessous de la ceinture : cas d’Alstom où le Département de la Justice américain ( DOJ ) arrête et jette en prison un cadre supérieur du groupe et c’est la même méthode avec Nissan.

Il nous reste à ouvrir les yeux, et à nous rappeler que la réciprocité est le début de la sagesse sur la scène internationale. Assez de naïveté !

Jacques MYARD

Le 11 avril 2019


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>