COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > La confrontation pour le Brexit… Par Tom Luongo

La confrontation pour le Brexit…
Par Tom Luongo

jeudi 11 avril 2019, par Comité Valmy


L’Éternel Anglais ne se contente pas de couilloner les autres Européens. Son ennemi principal est sa propre classe inférieure.

La confrontation pour le Brexit…

… n’est qu’une connivence entre
les Rats du Parlement cherchant
désespérément à se dérober à leurs responsabilités

Mandataires ? Mandataires ?
Nous n’avons pas besoin de ces foutus mandataires

Le Parlement britannique est pire qu’un cirque. Et il n’a personne d’autre à blâmer que lui-même.

Alors que je regarde le désespoir de ces gens, évidemment loyaux envers l’Union européenne en premier et leurs électeurs en quatrième ou cinquième position, après eux-mêmes, leur parti et tous les lobbyistes d’entreprise. Il est clair qu’ils n’ont aucune idée pour sortir du gâchis qu’ils ont eux-mêmes organisés.

Hier, le Parlement britannique a repris les affaires du gouvernement et n’a pas été en mesure de donner une quelconque orientation à celui-ci quant à la nature ou au type de Brexit qui serait acceptable.

Mike Shedlock a une bonne approche dans son résumé des votes eux-mêmes si vous êtes intéressé à savoir à quoi ressemble une vertu en phase terminale, Mike pense que :


Il y aura probablement encore un tour de « votes indicatifs » et aussi probablement l’accord de May ou pas d’accord, ou le résultat du vote indicatif.


Il y a des options à gauche. Theresa May va essayer d’orienter ce vote qu’elle voulait depuis le début : mon accord ou pas d’accord.


Si elle y arrive, je pense que ça passera, mais ce n’est pas certain.

Je suis d’accord avec le premier point, mais le véritable défi n’est dans aucune des options qu’il évoque, il y a un gros problème aujourd’hui. Il s’agit de la dernière trahison du Brexit par Oliver Letwin et Yvette Cooper qui tenteront de faire passer un projet de loi d’extension mercredi afin de repousser le Brexit pour une période indéterminée.

Il y aura un nouvel amendement à l’Article 50 de la loi qui est, à toutes fins pratiques, une parodie de l’histoire parlementaire britannique puisque ces amendements à la loi ne sont pas passés par le processus normal de révision qui pourrait facilement prendre plus de temps qu’il n’en reste à ces traîtres pour empêcher le Brexit de se produire le 12 avril.

Ils cherchent un moyen qui leur permettra de gagner le soutien des électeurs tout en trahissant le Brexit. Le projet « peur » n’a pas fonctionné et maintenant nous sommes dans une guerre d’usure.

Le problème, c’est qu’il n’y a pas de solution.

Et la raison pour cela n’a rien à voir avec un parlement divisé, une politique partisane ou autre chose.

Tout tourne autour d’eux.

Les politiciens sont une bande de lâches. Ils n’existent que pour être réélus et conserver les avantages de leur fonction.

C’est particulièrement vrai en Grande-Bretagne où tant d’entre eux sont incapables de détenir, pour reprendre les termes de Nigel Farage, « un emploi convenable » où ils fournissent quelque chose de valeur en échange de leur temps.

Ils ne sont bons qu’à une chose : être députés, comploter à leur avantage.

Et cela a découragé de nombreux britanniques, qui voient à juste titre leurs députés imposer leur volonté à ceux qui ont voté pour eux.

Ils puent l’arrogance et le privilège. Mais il y a aussi des relents de peur.

Regarder cette pièce se dérouler me rappelle quelque chose que Lee Stranahan m’a dit dans une conversation l’automne dernier. Il a dit que les gens pensent que les politiciens ne se soucient pas de ce que nous pensons, mais ce n’est pas vrai.

Les politiciens ne se soucient que de ce que nous pensons. Leurs vies entières sont passées à vérifier la direction des vents politiques pour voir ce qu’ils peuvent obtenir.

Et la raison pour laquelle le Brexit est un tel bide est due au fait que les députés refusent de voter pour ce qu’ils veulent vraiment, parce qu’ils savent ce que sera la réaction des électeurs.

Ignorez les sondages d’opinion, surtout en Grande-Bretagne. Comme j’aime à le dire, « il y a des mensonges, des foutus mensonges, des statistiques et des sondages Britanniques. », [expression de Lénine revue, NdT]. Si les députés étaient si sûrs de leurs arguments tels que «  les gens ne savaient pas pour quoi ils votaient en 2016 », ou « les choses changent, soumettons cela à un nouveau vote », ils n’auraient pas voté contre toutes les formes de Brexit et toutes les formes de non-Brexit au cours des trois dernières semaines.

Ils auraient voté pour quelque chose.

Et c’est parce que les conservateurs restants ont peur de perdre leurs sièges pour avoir trahi leur mandat et la plupart des travaillistes aussi. Les seuls qui semblent engagés dans leur voie sont les Écossais, qui ont mis tous leurs œufs dans le panier « IndyRef 2 », [Nouveau vote pour l’indépendance écossaise], en espérant qu’un deuxième référendum sur le Brexit ouvrira la voie à un deuxième vote sur l’indépendance écossaise.

C’est pourquoi le désespoir est si grand juste maintenant. Letwin est un europhile pur et dur, qui a l’habitude de poignarder les premiers ministres dans le dos (Poll Tax) pour un gain politique et Cooper est tout simplement à la chasse pour la place de Jeremy Corbyn en tant que chef du parti travailliste.

Tous deux calculent qu’ils peuvent empêcher le Brexit et gagner politiquement comme les héros qui ont sauvé le pays d’un Brexit « sans accord ». Je suis sûr qu’ils savent à quel point le Royaume-Uni serait puni à court terme par les marchés financiers, les spéculateurs de devises, les banksters et les malfaiteurs qui se tiennent derrière eux et leurs homologues à Bruxelles.

The Davos Crowd, [La mafia de Davos ] en d’autres termes.

Rappelez-vous, l’ambiance à Davos cette année était celle d’une morgue. Les oligarques savent qu’ils mènent une guerre défensive maintenant.

Voila le plan, au point où nous sommes. User l’opposition pour l’amener à leurs fins, et faire du chantage au peuple pour protéger leurs milliards.

Ne vous laissez pas tromper par la forte attitude de façade présentée par l’UE. Ces gens ne veulent pas plus d’un Brexit « sans-accord » que mes chèvres veulent un steak pour le dîner. Nous le savons déjà parce que nous sommes à l’arrêt sur le Brexit, organisé précisément parce que Theresa May est allée à eux à la fin Mars avec un «  sans-accord » dans sa poche arrière.

Mais ils n’ont pas d’autre plan. C’est seulement plus de bras tordus, de désespoir et d’hystérie. Pour l’instant, il s’agit de l’amendement Letwin-Cooper qui crée l’illusion d’un soutien entre partis.

Alors que Theresa May rencontre Jeremy Corbyn pour discuter de ce qu’ils peuvent apporter à l’UE la semaine prochaine.

L’UE veut l’accord qu’ils ont dicté à Theresa May. Elle ne peut pas le livrer. Maintenant les deux leaders comploteront pour détruire les deux partis et trahir le Brexit.

En Amérique, le bipartisme n’est qu’un euphémisme pour les deux partis qui s’entendent pour gruger le peuple. C’est comme ça qu’on obtient tout ce qui est mauvais là-bas, la même chose se produira ici avec le Brexit.

Corbyn et May vont ferrailler et nous verrons qui est fait de quoi. Vous savez que je pense que Theresa May est faite de gypse, donc tout ce que Corbyn a à faire est d’utiliser ce qui lui reste de testostérone, après une vie passée à l’employer pour vendre le marxisme et que le Brexit est mort.

Il est maintenant probable qu’ils concluront le pire compromis possible et essaieront de le vendre à leurs homologues.

Letwin et Cooper ont jeté les bases de la législation.

Maintenant c’est à Corbyn et May de la mettre en musique.

Et en aucun cas «  L’Angleterre prévaudra. »

Tom Luongo
– Le 3 mars 2019

Traduction le Saker Francophone

Source :


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>