COMITE VALMY

Accueil du site > COMITE VALMY ANALYSES ET PROPOSITIONS - > Les problèmes de la Turquie vont changer la dynamique sur le front d’Idlib (...)

Les problèmes de la Turquie vont
changer la dynamique sur le front d’Idlib
Par Moon of Alabama

samedi 6 avril 2019, par Comité Valmy


Les problèmes de la Turquie vont
changer la dynamique sur le front d’Idlib

Lors des élections locales de dimanche en Turquie, les partis d’opposition ont remporté la victoire dans les trois plus grandes villes, Istanbul, Ankara et Izmir. Ils ont réussi à le faire en concentrant leurs forces. Le HDP kurde aligné n’a présenté aucune candidature dans les villes où le principal parti de l’opposition, le Kemalist CHP, jouissait déjà d’une position solide. Les électeurs du HDP ont voté pour les candidats du CHP, ce qui les a amenés sur la ligne. Le CHP s’est également retenu dans les bastions du HDP, ce qui a permis au candidat du HDP de gagner à Diyarbakir.

Les élections montrent que la Turquie n’est pas – encore – une dictature et que les électeurs peuvent toujours changer le décor politique. Les partis d’opposition ont également fait preuve d’une flexibilité inhabituelle et ont présenté des candidats acceptables pour un électorat plus large que le leur dans les élections précédentes :


Les gagnants d’Istanbul et d’Ankara, Ekrem Imamoglu et Mansur Yavas, ne sont pas des kémalistes purs et durs typiques qui méprisent les femmes portant le foulard et tout ce qui est visiblement religieux, s’aliénant toujours le Turc moyen. Bien au contraire. Yavas est un politicien de la droite nationaliste et Imamoglu - dont le nom de famille signifie littéralement « Fils de l’Imam » - est une figure inhabituelle dans son camp qui peut réciter le Coran. Au cours de sa campagne, Imamoglu a récité le Coran dans une mosquée pour rendre hommage aux victimes du massacre de Christchurch. De telles actions ont tiré parti de la « carte religieuse » qu’Erdogan a trop longtemps exploitée.

La perte d’Istanbul, à une très faible marge, est perçue comme un échec personnel pour le président Erdogan, qui a commencé sa carrière politique nationale il y a environ 25 ans en tant que maire de cette ville. Il n’est donc pas étonnant que l’AKP, le parti d’Erdogan, exige maintenant des recomptes de voix.

La victoire du CHP dans les grandes villes et dans les centres touristiques libéraux de la côte méditerranéenne ne signifie pas qu’Erdogan est vaincu ou que son pouvoir est diminué. Au total, son parti AKP et ses partis alliés ont obtenu 51,63% des suffrages au niveau national. Les municipalités en Turquie dépendent des aides du gouvernement national. Comme Erdogan contrôle la bourse centrale, il peut facilement coincer les villes gagnées par l’opposition. Les prochaines élections nationales n’auront lieu qu’en 2022, ce qui lui donnera le temps de s’attaquer à d’autres problèmes et de récupérer ses pertes.

Il y a beaucoup de problèmes qui exigent son attention. La bulle du crédit turc, qui a permis à Erdogan de remporter la présidence, est en train d’éclater :


Les taux d’intérêt de la Turquie sont restés bas à des niveaux sans précédent entre 2009 et 2018, ce qui a provoqué une expansion de la bulle de crédit dans le pays. L’ère des taux d’intérêt bas en Turquie a pris fin en 2018, lorsque la banque centrale a relevé ses taux de 8% à 24%. La hausse rapide des taux d’intérêt provoque l’éclatement de la bulle du crédit, ce qui entraîne alors une crise du crédit et une récession .

Au cours des deux derniers trimestres, le PIB de la Turquie a diminué. Le pays est en récession. L’inflation est proche de 20%, ce qui ne laisse aucune marge pour abaisser les taux d’intérêt. Avant l’élection de dimanche, la Banque centrale turque a soutenu la lire. Il faudra mettre un terme à cela, ou sinon les réserves en devises de la Turquie vont fondre. Après la longue expansion de la bulle du crédit, il faudra des années pour que l’économie revienne à un état stable. Le gouvernement dispose de peu de marge de manœuvre pour redresser l’économie.

La décision d’Erdogan de devenir plus indépendant de l’OTAN a également des conséquences néfastes. L’achat du système de défense antiaérien S-400 de fabrication russe protège la Turquie d’une éventuelle attaque américaine, mais signifie également que son accès aux armes « occidentales » est terminé. L’Allemagne a mis fin à la coopération pour la production d’un nouveau char turc avant même que la question du S-400 ne se pose. Aujourd’hui, les États-Unis ont interrompu toutes les livraisons d’avions de combat F-35 et les entraînements de pilotes turques. Ce sera une perte pour les deux parties, mais ajoutera aux problèmes économiques de la Turquie :


« Parce que la Turquie n’est pas seulement un acheteur de F-35, mais également un partenaire industriel dans sa production, le blocage de la livraison de ces systèmes représente une escalade majeure de la part des États-Unis, menaçant d’imposer des coûts sérieux aux deux parties », a déclaré Hunter.


Reuters a annoncé la semaine dernière que Washington était en train d’étudier la possibilité de retirer à la Turquie sa participation à la production du F-35. La Turquie fabrique des éléments du fuselage, du train d’atterrissage et du cockpit. Des sources – au courant du processus de production complexe du F-35 dans le monde entier et de la pensée américaine sur le sujet – ont dit la semaine dernière que le rôle de la Turquie pouvait être remplacé.

La Russie sera ravie de fournir à la Turquie des avions de combat Su-35. Ils sont indiscutablement meilleurs que le F-35 et seront probablement moins chers. Mais ils viendront avec un prix politique.

Les djihadistes soutenus par la Turquie tiennent toujours les provinces syriennes d’Idleb et doivent partir. Erdogan a essayé de les transformer en « rebelles modérés » mais a échoué. La Russie exhorte depuis quelque temps la Turquie à devenir plus active dans la province d’Idleb et à effectuer davantage de patrouilles turco-russes. Cela aliène les djihadistes, dont certains commencent à considérer la Turquie comme un ennemi. La Russie entend faire tout son possible pour intensifier ce sentiment, tout en exhortant la Turquie à résoudre finalement le problème.

Les États-Unis veulent toujours «  changer le régime » en Syrie et vont garder le nord-est sous leur contrôle. L’idée de Trump de laisser Erdogan établir une zone de sécurité le long de la frontière nord a été enterrée par les faucons de son administration. Bien que cela puisse réconforter les Kurdes syriens avec lesquels les États-Unis sont alliés, cela aliénera davantage la Turquie. Le retrait des troupes américaines du nord-est de la Syrie est en train de devenir un objectif commun à la Turquie, à la Russie et à la Syrie.

Un pays, la Turquie, qui se fait rejeter par ses alliés de l’OTAN, est irrité par les mouvements américains au sud et, sous la pression économique, sera plus facile à convaincre de suivre les conseils de la Russie concernant la Syrie. On peut donc s’attendre à ce que la dynamique sur le front d’Idleb commence à changer bientôt.

Moon of Alabama
− Le 2 avril 2019

Traduction le Saker Francophone


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>