COMITE VALMY

Accueil du site > - L’ENNEMI COMMUN DES PEUPLES : l’impérialisme étasunien > Le Venezuela peut, non seulement contenir ses voisins, mais aussi faire (...)

L’ennemi commun des peuples

Le Venezuela peut, non seulement contenir
ses voisins, mais aussi faire face à un groupe expéditionnaire américain
Par Valentin Vasilescu

vendredi 8 mars 2019, par Comité Valmy


Voir en ligne : Les Etats-Unis vont-ils remplacer Juan Guaido au Venezuela ? - Par Valentin Vasilescu

Photo : Système K-300P Bastion-P

Le Venezuela peut, non seulement contenir
ses voisins, mais aussi faire face
à un groupe expéditionnaire américain

Le régime constitutionnel et juridique du Venezuela ne peut être modifié par les forces de l’opposition internes, ni par une invasion militaire de ses voisins, le Brésil et de la Colombie.

Le Venezuela a de quoi résister pendant des années à l’agression de ses voisins

Seule une invasion militaire américaine peut renverser Nicolas Maduro, comme ils l’ont fait en Irak et en Libye. Mais entre-temps, la Russie a changé de politique étrangère et a démontré en Syrie qu’elle était capable de défendre ses alliés.

En raison des intérêts économiques élevés au Venezuela, la Russie et la Chine, même s’ils n’enverront pas de troupes, leur fourniront des types d’armes de haut niveau et de grand rayon d’action pour empêcher une invasion américaine.

Les États-Unis sont la plus grande puissance navale au monde et possèdent 2 corps d’infanterie de marine. C’est pourquoi le principal axe offensif pourrait être ouvert par un débarquement américain.

Le naufrage de 1 à 2 porte-avions et de plusieurs navires amphibies américains de débarquement signifie l’impossibilité d’obtenir la suprématie aérienne et des chances réduites de créer une tête de pont de l’infanterie marine américaine sur la côte du Venezuela.

Cet objectif est facilement atteint avec le missile hypersonique russe Zircon d’une portée de 1 000 km et le missile de croisière Kalibr 3M-54 d’une portée de 1 400 km. Si le Venezuela disposait de ces missiles, il pourrait toucher le groupe de navires expéditionnaires américains au sud des Bahamas, à 500 km de Miami. Cependant, je ne pense pas que la Russie livrerait aux Vénézuéliens des missiles Zircon et Kalibr. Elle pourrait, en revanche, proposer des systèmes Bastion et des missiles air-air Kh-59MK2, avec un rayon d’action de 550 km, utilisables sur les avions Su-30.

Une batterie du missile littoral-navire Bastion, équipé par la Russie, utilise quatre lanceurs de missiles mobiles P-800 Oniks. Le missile a une masse de 3 tonnes, une envergure de 1,7 m et une ogive performante de 250 kg. La propulsion est réalisée par un moteur de croisière ramjet (statoréacteur supersonique), similaire à celui du missile Zircon. La portée du missile P-800 est de 350 à 600 km, sa vitesse est de Mach 2,5 (700 m / s). Sur la trajectoire, au plafond de croisière de 14 000 m, le missile est guidé par satellite. A proximité de la cible, le P-800 fixe à l’objectif, descend jusqu’à 10 mètres de hauteur et exécute des manœuvres de changement de direction.

Dans cette situation, le Venezuela serait en mesure de faire face au groupe du corps expéditionnaire américain situé au sud des îles d’Haïti et de Porto Rico. L’écart probable de précision du missile P-800 Oniks est de 1,5 m, ce qui signifie que la cible est frappée à 100% dans le cas d’un porte-avions, d’un porte-hélicoptère, d’un croiseur ou d’un destroyer, tous d’une longueur supérieure à 100 m.

Valentin Vasilescu
02 mars 2019

Traduction Avic – Réseau International


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>