COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Et soudain la France s’oppose au projet de Gazoduc. Süddeutsche (...)

Et soudain la France
s’oppose au projet de Gazoduc.
Süddeutsche Zeitung

vendredi 8 février 2019, par Comité Valmy


Voir en ligne : Compromis franco-allemand pour le projet gazier Nord Stream 2 - AFP via Al Manar

Et soudain la France s’oppose au projet de Gazoduc.

Tuyaux pour le futur gazoduc Baltic Nord Stream 2 dans le port de Sassnitz-Mukran.
(Photo : Jens Büttner / dpa)

Peu avant une réunion pour une décision importante, la France s’oppose au projet de gazoduc Nord Stream 2, que l’Allemagne préconise.

La décision doit changer une règle de l’UE, changement qui permettrait à la commission de s’opposer plus fortement au projet Nord Stream 2

La France justifie sa position par le fait que le projet de la compagnie énergétique russe Gazprom pose des problèmes dans les relations tendues entre Moscou et les Européens.

Par Leo Klimm, Paris et Alexander Mühlauer, Bruxelles

La France s’oppose subitement à l’Allemagne avant une importante décision de politique énergétique : lors d’une réunion, suivie d’un vote, prévue ce vendredi, qui doit se prononcer sur l’avenir du projet controversé de gazoduc Nord-Stream 2, la France veut se prononcer contre celui-ci.

Selon des sources gouvernementales françaises, interrogées par la « Süddeutsche Zeitung »,le projet de l’entreprise énergétique russe Gazprom soutenu par l’Allemagne pose des "problèmes stratégiques" dans la relation tendue des européens avec Moscou. "Nous ne voulons pas renforcer la dépendance envers la Russie, et (nous ne souhaitons pas) nuire de ce fait aux intérêts de pays de l’UE tels que la Pologne et la Slovaquie", dit on à Paris.

Le vote concerne une révision de la directive dite " sur le gaz". L’Allemagne veut empêcher à tout prix la réglementation. Depuis des mois, le gouvernement allemand résiste à toutes les tentatives de changer les règles, changements qui auraient pour effet de permettre à la Commission européenne de manoeuvrer contre le Nord Stream 2. Bruxelles veut imposer par sa directive, que les règles strictes applicables aux gazoducs au sein de l’UE s’appliquent également aux Gazoducs hors de la Communauté.

Selon cette directive,le fonctionnement et l’approvisionnement en gaz naturel des gazoducs devraient être strictement séparés. Or Gazprom contrôle les deux pour ce qui concerne le gazoduc Nord Stream 2.

Statistiques étonnantes : Un patron pour les beaux chiffres

La Russie annonce une croissance économique étonnamment élevée. Poutine lui même s’était plaint concernant les anciens chiffres et avait sur ce changé le chef de l’autorité nationale chargée des statistiques. Par Paul Katzenberger

Pour empêcher un blocage du pipeline, le gouvernement fédéral misait fermement sur la France, afin d’obtenir une minorité de blocage souhaitée par Berlin. Jusqu’à présent, les Allemands comptaient parmi leurs alliés les Pays-Bas, la Belgique, L’Autriche, la Grèce et Chypre. Mais cela ne suffit pas. Sans Paris, le gouvernement fédéral aura du mal à imposer sa volonté lors du vote. L’Allemagne devrait obtenir le soutien d’autres pays de l’UE. Mais cela ne devrait pas être être simple, car c’est finalement un grand pays, la France, qui passe dans le camp opposé.

Paris accepte donc avec cette position qu’il y ait un différend entre les deux partenaires centraux de l’UE dont la coopération est cruciale pour l’Europe. Depuis son entrée en fonction, le président Emmanuel Macron a constamment cherché l’alliance avec la chancelière Angela Merkel(CDU). "Nous nous en tenons à la décision", déclare-t-on dans les milieux proches du gouvernement français. Seule une décision venant de Macron lui-même pourrait amener à un changement de position. Le porte-parole de la ministre française des Affaires européennes, Nathalie Loiseau, a laissé une demande de renseignements à ce sujet sans réponse.

Nord Stream 2 doit relier la Russie à Mecklembourg-Poméranie occidentale en passant par la mer Baltique. Il doit approvisionner l’UE en gaz. La société exploitante appartient au groupe russe Gazprom. Comme bailleurs de fonds il y a plusieurs sociétés énergétiques occidentales, y compris les sociétés allemandes Uniper et Wintershall et la société française Engie. Les travaux se déroulent comme prévu, plusieurs Kilomètres de tuyaux sont posés chaque jour.

L’inquiétude exprimée à Paris à propos de la dépendance envers la Russie existe également dans d’autres pays de l’UE. Le danger de devenir l’homme de main de Moscou provoque une confrontations massive dans la communauté. En tête la Pologne et les pays baltes, qui craignent l’influence croissante de la Russie.

Les États-Unis non plus n’arrêtent pas de critiquent durement Nord Stream 2. Le président Donald Trump est un adversaire déclaré du projet.
Richard Grenell, l’ambassadeur américain à Berlin, vient de mettre en garde des sociétés allemandes contre leur participation au pipeline, Nord Stream 2 ayant de "graves conséquences géostratégiques" pour les États-Unis et leur alliés . Moscou pourrait, selon lui, utiliser encore plus à l’avenir ses livraisons d’énergie comme levier politique et énergétique. Grenell a menacé "de risques importants de sanctions" les sociétés engagées dans la construction du pipeline .

Marché du Gaz

Le président américain indigné par les affaires allemandes avec la Russie Trump accuse la République fédérale de se rendre dépendante des sources d’énergie russes. Allemagne conteste avec d’autres chiffres. Par Alexander Mühlauer

6 février 2019

Traduction Jacques Maillard, Comité Valmy


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>