COMITE VALMY

Accueil du site > UNION DU PEUPLE DE FRANCE - Arc Républicain de Progrès > « Rions avec Aude Lancelin : Jacques Cotta démissionne du ‘Média’ en réaction (...)

« Rions avec Aude Lancelin : Jacques Cotta démissionne du ‘Média’ en réaction à l’autoritarisme radical-bobocratique de sa patronne »
par Bruno Adrie

jeudi 18 octobre 2018, par Comité Valmy


« Rions avec Aude Lancelin : Jacques Cotta
démissionne du ‘Média’ en réaction à
l’autoritarisme radical-bobocratique de sa patronne »

Tout le monde ou presque connaît Aude Lancelin depuis la parution du Monde libre, son brûlot publié suite à son éviction de L’Obs – et pas avant, elle qui y a travaillé 11 ans – dans lequel elle dénonçait les pratiques autoritaires de la rédaction de ce magazine libéral-rosâtre dans lequel elle émargeait à 9000 euros par mois.

Eh bien, la même Aude Lancelin, devenue directrice du Média, une chaîne de TV en ligne radicale-citoyenniste, manifesterait le même travers dirigiste que celui dont elle a souffert à L’Obs.

C’est ce qu’affirme le journaliste Jacques Cotta dans une lettre ouverte intitulée « Les raisons de mon départ du Media… » :

« J’ai proposé, écrit-il, de traiter les paradoxes de la situation italienne, d’autant qu’elle constitue un laboratoire de ce qui agite toute l’Europe. De plus l’Italie est fréquemment évoquée aujourd’hui de toutes parts dans le débat publique français, notamment par Emmanuel Macron qui recherche une « large union des progressistes » contre les « populistes » ou « souverainistes ». Pour réponse j’ai reçu un mail m’indiquant une fin de non recevoir sans même un échange direct, sans une proposition de rencontre, sans un coup de téléphone pour argumenter, permettre de convaincre. J’ai même appris du clavier d’Aude Lancelin que ma proposition avait été discutée en mon absence par « tous nos camarades », que « le consensus est total » et que « les chefs de services partagent entièrement » le point de vue de la nouvelle directrice. J’exerce ce métier depuis une quarantaine d’années. De TF1 avec « droit de réponse », à France télévision ou j’animais une collection de documentaires « Dans le secret de… », en passant par plusieurs magazines dont « Envoyé spécial » qui m’a valu un 7 d’or pour « Front national, la nébuleuse », je n’avais jamais été confronté à un tel exercice du pouvoir. »

En réponse à cette lettre ô combien gênante, non contente de considérer la démission de Jacques Cotta comme un « chantage », Aude Lancelin lui reproche de s’en être pris de « de façon virulente » à l’apparatchik socialiste, pro européiste et bobo friendly Jean-Luc Mélenchon et l’accuse de regarder l’Italie fascisante « avec les yeux de Chimène ». Pour finir et sans doute pour le déconsidérer au regard de la profession, elle crache les dernières gouttes de poison concentré qui lui brûlent le gosier en ajoutant : «  Tout cela est très cohérent et dessine un parcours politique ».

Voilà donc Jacques Cotta rhabillé, pour l’hiver, d’une couleur qu’il n’est nul besoin de préciser…

Quand on veut tuer son chien, on l’accuse d’avoir la rage.

Heureusement qu’Aude Lancelin n’est pas vétérinaire…

On attend maintenant que Jacques Cotta nous publie – pourquoi pas ? – un Le Média libre dans lequel il nous dévoilera les coulisses d’une chaîne radicale-citoyenniste dont la patronne semble contrôler programmes à la manière d’un PDG de chaîne mainstream.

Bruno Adrie
14 octobre 2018


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>