COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Il-20 abattu : la Russie avertit la France Pars Today

Il-20 abattu :
la Russie avertit la France
Pars Today

mercredi 3 octobre 2018, par Comité Valmy


Il-20 abattu : la Russie avertit la France

Plus d’une semaine après les frappes "suicidaires" d’Israël contre les cibles russes à Lattaquié, frappes auxquelles deux pays de l’OTAN à savoir la France et la Grande-Bretagne auraient pris part, la riposte russe se précise : dans son volet anti-israélien, cette riposte a consisté surtout à livrer des S-300 à la Syrie, de sorte que le ciel syrien mais aussi libanais ne soit plus accessible facilement aux chasseurs israéliens.

Mais la Russie qui aurait visiblement choisi de ne se taire sur la participation franco-britannique dans la destruction provoqué de l’Il-20 au-dessus de Lattaquié n’oublie pas ces deux pays aux politiques ouvertement hostiles à Moscou. Selon des sources russes, les systèmes de guerre électroniques russes en Syrie sont susceptibles de surveiller les agissements des avions de combat, qu’ils soient décollés depuis Israël, l’Arabie saoudite ou de l’Europe. Pour les experts des questions internationales, cela veut dire que tout avion de l’OTAN qui décollerait d’une base de l’Alliance en Europe serait repérables par l’armée russe.

« Une fois que la Russie aura renforcé, suite au crash de l’Il-20, ses moyens radio-électroniques en Syrie, les militaires russes pourront suivre les mouvements des avions de combat non seulement en Israël mais également dès leur décollage depuis des aérodromes européens ».

Le conseiller du vice-directeur du groupe Radioelectronnyïé tekhnologuii, ou Technologies radio-électroniques en Français, Vladimir Mikhéev, va même plus loin : il déclare aux médias russes que les systèmes de guerre électronique que la Russie envisage de déployer en Syrie, seraient à même de "mettre sous contrôle tout déplacement des appareils adverses à des distances conséquentes".

Le Russe laisse entendre la mise en place d’un "centre de commandement intégré" russe un peu identique à celui de l’OTAN qui est susceptible d’intercepter tout "vol ennemi" : « Tout cela sera intégré dans un seul système de contrôle et nous saurons non seulement qui se trouve déjà dans la région mais également quand un avion se déplace sur la piste d’un aérodrome sur le territoire d’Israël, de l’Arabie Saoudite ou en Europe ».

Cela veut dire très clairement qu’une prochaine attaque des forces armées françaises ou britanniques déployées en Méditerranée contre les cibles russes ne pourrait plus être démentie, comme cela fut le cas le 17 septembre.

Selon Vladimir Mikhéev dès que le système radio-électroniquesrenforcé repérera un avion, il lui attribuera un numéro comme à une cible, le suivra et proposera différentes options : sa poursuite ou sa neutralisation par des moyens de guerre électronique ou, si la situation le nécessite, sa destruction.

M. Mikheev a également précisé que pour éviter à l’avenir des incidents similaires à celui qui avait entraîné le récent crash de l’Il-20 en Syrie, les avions russes seront bientôt dotés de "complexes spéciaux capables de produire un rideau d’aérosol rendant les avions invisibles aux missiles ennemis à l’échelle optique, infrarouge et radio-électronique".

Le journal Izvestia a écrit il y a quatre jours que le ministère russe de la Défense avait commencé à transférer les systèmes de guerre radio-électroniques en Syrie. Le premier convoi de ces moyens, transporté par un Ilyushin Il-76, avait été déployé le 24 septembre dans la base militaire de Hmeimim en Syrie, selon le journal russe.

Selon le ministère russe de la Défense, la frégate Auvergne aura tiré des missiles le jour où les F-16 israéliens ont bombardé Lattaquié et ont dans la foulé servi de l’appareil l’Il-20 russe comme un bouclier provoquant sa destruction puis son crash par un S-200 syrien. Des commentateurs affirment que l’attaque franco-israélienne du 17 septembre sur Lattaquié a été mise en échec par les défenses anti-aériennes syriennes, lesquelles ont intercepté la plupart des missiles hostiles. Paris a ainsi pris le risque de s’engager avec Tel-Aviv dans une opération militaire fort incertaine et illégale pour sauver ce qu’il considère comme étant son "dû" dans l’aventure syrienne. Ce faisant, la France risque toute fois d’avoir à faire face à la Russie et à l’axe de la Résistance.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>