COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Syrie : pourquoi la Turquie, la France, Israël et d’autres soignent les (...)

Syrie : pourquoi la Turquie,
la France, Israël et d’autres soignent les terroristes ?
par Karine Bechet-Golovko

jeudi 20 septembre 2018, par Comité Valmy


Syrie : pourquoi la Turquie, la France,
Israël et d’autres soignent les terroristes ?

La Syrie reste décidément au coeur de l’actualité. Ainsi, nous apprenons que dans la région de Kuneitra, sur le plateau du Golan, libérée des terroristes par l’armée syrienne, les soldats y ont trouvé un hôpital suréquipé et rempli de médicaments provenant d’Israël, de France, de Turquie, d’Arabie Saoudite ... Hôpital qui était à l’usage exclusif des groupes armés. Cela ne fait-il pas réfléchir à ce qui s’est passé ces derniers jours, entre l’accord avec la Turquie sur Idlib et l’avion militaire russe abattu en raison des attaques israéliennes ? Mais il semblerait que la priorité soit d’éviter les conflits ... Simplement, les "conflits", eux, ne sont pas au courant ... Alors ils s’accumulent. Et il faudra bien les affronter.

L’agence russe d’information RIA Novosti annonce que l’armée syrienne a trouvé dans la région de Kuneitra, sur la plateau du Golan (donc à la frontière entre la Syrie et Israël), et plus précisément dans la petite ville de Bureika, un hôpital parfaitement équipé et avec des stocks conséquents de médicaments, ce qui est un trésor dans la région. Des médicaments provenant de France, d’Israël ou encore des Etats-Unis par exemple. Mais l’on trouve également de l’appareillage médical et d’autres médicaments provenant du Qatar, de Turquie, d’Arabie Saoudite .

Le trésor, et le mot n’est pas faible, n’est pas négligeable. L’on y trouve des antibiotiques, des vaccins, des antidouleurs, des appareils neufs d’imagerie médicale, des salles d’opération parfaitement équipées. Les habitants ont montré aux soldats un beau véhicule médical jaune, équipé pour la réanimation, avec des numéros britanniques et le volant à droite.

Et ce trésor était réservé aux groupes armés et à leur famille, aucun civil n’a eu le droit d’y être soigné. Ainsi les pays de l’OTAN, si inquiets de catastrophe humanitaire, n’apportent qu’une aide réelle aux groupes armés ? Pour les civils, les opérations de comm semblent suffisantes.

Donc la France, la Turquie, Israël, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne soignent les groupes armés ?

Et après l’on parle d’un "accord historique" sur la démilitarisation d’Idlib ( voir notre texte) qui permettra aux groupes "rebelles" de garder les territoires qu’ils occupent, sans que l’armée syrienne, en Syrie, n’ait le droit de récupérer le contrôle de son territoire. L’on apprend que les "rebelles" d"Al Nusra seront évacués. Leurs sponsors pourront tranquillement les récupérer ?

Et d’ailleurs le journal Le Monde ne s’y trompe pas, les grands gagnants de cette opération sont avant tout les "rebelles", comme les pays soutenant la coalition américaine aiment à appeler les groupes terroristes qui ont le bon goût de lutter contre Assad :

Après l’on apprend qu’un avion militaire russe a été abattu selon le ministère russe de la défense suite à une attaque de la Syrie des avions israéliens, qui se sont protégés par la frégate française et ont mis en danger (volontairement ?) l’avion militaire russe qu’ils ne pouvaient pas ne pas voir, provoquant la réaction automatique du système de défense aérien S-200 syrien :

Dans cette affaire, Moscou estime que l’aviation israélienne a délibérément créé une situation "dangereuse" dans le secteur de Lattaquié, alors que l’avion russe s’apprêtait à atterrir sur la base de Hmeimim, située dans la province du même nom. "Nous considérons comme hostile cette initiative de l’armée israélienne", a dit Igor Konachenkov, porte-parole du ministère. "Du fait des actes irresponsables de l’armée israélienne, 15 militaires russes ont trouvé la mort. Ce n’est absolument pas conforme à l’esprit du partenariat russo-israélien."

"Nous nous réservons le droit de réagir par des mesures équivalentes", a-t-il poursuivi dans une déclaration sur la télévision russe.

Mais pour autant, la presse française ne s’y trompe pas, immédiatement une manière d’éviter le conflit est recherchée. Le Président russe, joue sur la communication, parlant à la fois "d’une suite de concours de circonstances déplorables" et se référant aux déclarations du ministère de la défense qui ont été validées par lui. Ceci est pourtant une tragédie dans laquelle 15 hommes, remplissant leur devoir pour leur patrie et à la demande de leur patrie, ont trouvé la mort.

Et l’on trouve un hôpital flambant neuf, remplis de médicaments venant de Turquie, d’Israël, de France, réservé aux terroristes et à leur famille.

N’y a-t-il pas une certaine contradiction ?

Pourquoi lorsque les Etats-Unis, la Turquie, Israël, la France frappent des forces militaires étrangères, un pays souverain, personne ne s’inquiète des risques de guerre qui pourraient en découler ? En revanche, il est absolument impensable à la Russie de répondre réellement et pas en suspendant les tomates turques, sans, soi-disant, provoquer un risque de guerre mondiale ...

Si le conflit est postmoderne, il doit l’être pour tous. Ou bien cette postmodernité n’est qu’un écran cachant des intérêts et des manoeuvres bien réels.

Etrange, non ?

Karine Bechet-Golovko
mercredi 19 septembre 2018

Russie politics


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>