COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Uritrottoir : J’irai pisser sur vos tombes par Karine Bechet-Golovko

Uritrottoir :
J’irai pisser sur vos tombes
par Karine Bechet-Golovko

jeudi 16 août 2018, par Comité Valmy


Quelle élégance !

Uritrottoir : J’irai pisser sur vos tombes

L’uritrottoir vient d’arriver dans le champ médiatique, alors que cela fait déjà plusieurs mois qu’il est arrivé dans nos belles villes de France, à Nantes ou à Paris. Il a fallu plusieurs mois et quelques parutions très discrètes pour attendre les réactions. Ecologiquement et économiquement discutable, il est en revanche tout à fait dans l’air du temps idéologique.

Alors que les uritrottoirs défraient les réseaux sociaux et les médias, l’on a vu des articles très discrets dans nos journaux nationaux fin 2016 lors de l’annonce de leur entrée dans le paysage urbain à Paris et à Nantes ; puis avec leur arrivée en février 2017. Mais l’on était alors éloignés des beaux quartiers.

L’on appréciera la "neutralité" complaisante des médias alors. Bien loin de leurs doutes d’aujourd’hui, après que les réactions de la population aient été pour le moins très moqueuses.

Il faut dire que l’écologie est sacrée. Donc, on ne se moque pas, le BoboLand pourra applaudir, quelle originalité, c’est fantastique ! Et ça pourrait même devenir un objet touristique : regardez, à gauche le Sacré Coeur, vous le connaissez tous aucun intérêt, mais droite, une idée bien française, l’uritrottoir, où vous pouvez vous soulager. Pour ceux que ça intéresse, nous avons développé un circuit touristique Paris-uritrottoire, unique dans le monde. Mais rassurez-vous, vous n’êtes pas obligé de les utiliser.

Pisser dehors tranquillement, quand on en a envie, un peu comme les chiens, c’est le must. Le chien, l’avenir de l’homme. Pouvoir sortir son sexe en pleine rue et l’agiter en pleine légalité, que demander de plus ? C’est dans ces moments-là où l’on apprécie, malgré la théorie du genre, la joie d’être une Femme. Et non un chien.

Bref, Messieurs, vous pouvez pisser où vous le voulez, comme vous le voulez et même avec qui vous voulez. Pour cela, le site vous propose un mode XL pour, je cite, pisser "entre amis". Une vraie meute de chiens. Ca tombe bien, j’adore les chiens. Quand ils sont des chiens. Et les hommes, lorsqu’ils sont des hommes.

Mais peu importe le culte de l’animalité, des instincts primaires, cette tendance à vouloir tout ramener vers le bas, beaucoup plus simple et plus sûr que de s’épuiser à l’éducation. Puisqu’il s’agit d’écologie, silence.

Ecologie ? Selon les instructions, il faut pisser pendant un an dans le bac pour que compost soit utilisable pour des fleurs. Passons sur la durée, tout ce qui dépasse le temps de lire un tweet est devenu de toute manière inimaginable.

Soit, il faut de l’urine. Mais ... pourquoi on ne peut pas la récupérer dans les WC fermés ?

Ah oui, parce que les hommes pissent dans la rue et que l’on ne peut rien y faire. Dans la rue, il y a aussi des viols, des vols, des coups ... Et l’on n’y peut rien, car il y en a toujours eu et il y en aura toujours. Est-ce suffisant pour trouver un moyen de légaliser et légitimer ces actes de violence, ces actes primaires ?

Mais ce n’est pas grave, puisque rien n’est grave. Après les passages piétons LGBT, pourquoi pas les uritrottoires ?

Bonne visite !

Karine Bechet-Golovko
mardi 14 août 2018

Russie politics


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>