COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Pourquoi avons-nous été assez stupides pour aliéner notre souveraineté ? (...)

Source : Mecanopolis

Pourquoi avons-nous été assez stupides pour aliéner notre souveraineté ?
Marie-France Garaud

jeudi 16 décembre 2010, par Comité Valmy


Marie-France Garaud, l’impérialisme germanique et la crise européenne

Invitée de l’émission Ce soir ou jamais, sur France 3, le 13 décembre dernier, Marie-France Garaud, l’une des grandes égéries politiques de la France (elle passait pour « l’éminence grise » des gouvernements Pompidou et Chirac) a tenu sur l’Allemagne des propos qui tranchent singulièrement avec le ronron ambiant. Aucun des hôtes de Frédéric Taddeï n’a osé l’interrompre. En voici l’essentiel, in extenso.

C’est l’Allemagne qui a demandé la création de la monnaie unique pour des raisons de politique intérieure

« N’y aurait-il pas une autre logique que la nôtre, que celle que nous voulons voir ? Pourquoi pas ? Je n’ai pas un raisonnement d’économiste, mais j’essaie d’avoir un raisonnement politique. Il faut se souvenir que c’est l’Allemagne qui a demandé la monnaie unique. On nous serine le contraire, mais c’est faux. C’est le Chancelier Kohl qui, au moment de la réunification, a d’ailleurs écrit une lettre à François Mitterrand, qui était alors président du Conseil européen, pour lui demander de le voir avant le sommet de Dublin parce qu’il avait besoin de l’union politique et monétaire le plus rapidement possible pour des raisons de politique intérieure. On est donc amené à se demander quelles étaient ces raisons.

Si on considère l’histoire ancienne et récente de l’Allemagne par rapport à celle de la France, on voit bien que nous sommes dans une situation dissymétrique. La France est un État constitué depuis dix siècles, l’Allemagne n’a pas eu d’État entre Otton Ier et Bismarck (850-1862, NDLR). Les Reich successifs n’ayant pas très bien réussi (par la guerre, NDLR), on peut considérer que les Allemands souhaitent constituer un Etat dans la paix, ou plus exactement sans la guerre. Et pour constituer un Etat dans la paix, il leur est nécessaire de réaliser une structure plurielle.

Car l’Allemagne est plurielle : entre la Prusse, la Bavière, les pays rhénans, il y a des différences beaucoup plus lourdes qu’entre les provinces françaises, il faut donc qu’il y ait entre elles un élément structurant. On peut imaginer que cette structure plurielle est celle de l’Europe fédérale, et que l’élément structurant est la monnaie unique. »

Les Allemands ont créé une monnaie qui correspond à l’espace historique de la Germanie

« Ils ont fait tout ça pour une Europe qui comporte les pays qui correspondent, en gros, à l’espace historique de la Germanie. Je ne pense pas que ce soit absurde, ce que je dis là. Au moment où l’euro a été créé, ils abandonnaient le mark, mais ça valait bien un petit sacrifice, c’est-à-dire de créer une monnaie qui s’appliquait à cette Europe-là.

Le ministre des Finances allemand d’alors avait d’ailleurs dit : « Ah non, pas les pays du club Med ! » Signe que l’euro était construit pour une Allemagne comportant la France, les pays du Benelux et les pays d’Europe centrale bien sûr. C’est Monsieur Romano Prodi, qui a été un détestable président de la Commission mais un excellent président du Conseil à l’époque, qui a fait rentrer l’Italie à coups de pieds dans le derrière dans l’euro, car il savait pertinemment que si l’Italie n’entrait pas dans l’euro, elle se couperait en deux, comme elle l’avait fait aux temps très anciens des partages de l’Empire de Charlemagne. Et c’est ainsi que les pays du Club Med sont entrés dans l’euro, mais cette monnaie unique n’était pas conçue pour eux. »

L’Allemagne retrouve son tropisme historique vers l’Est. La réunion avec la Pologne et la Russie s’est faite à Paris la semaine dernière. « Si cette idée, que je schématise abusivement pour les besoins de la discussion, correspond à un plan allemand, il ne faut pas s’étonner de ce qui arrive. L’Allemagne n’a pas l’intention de soutenir les pays avec lesquels elle ne partage aucune solidarité politique, économique ou régionale. D’autant que ceci se passe à un moment où le basculement vers l’Asie est véritablement patent, visible, criant, massif, et où, par conséquent, l’Allemagne retrouve son tropisme historique vers l’Est.

Enfin, ça se passe sous nos yeux ! La réunion de l’Allemagne, la Pologne et la Russie s’est faite à Paris la semaine dernière. On a fait l’hôtel. Ce n’est là qu’une politique germanique classique (au sens d’impérialisme, NDLR). Ça ne veut pas dire qu’elle ne veut pas que la France soit dans cette Europe-là, mais l’Allemagne n’a pas du tout envie des pays du Club Med. Le projet de l’Allemagne pourrait être de garder les pays qui l’intéressent et de trouver les mécanismes, sans être trop sauvage, qui amènent à terme à des limitations de capacité pour les pays du sud, de sanctions, de privation des droits, etc. »

Pourquoi avons-nous été assez stupides pour aliéner notre souveraineté ?

« Nous sommes devant une opération gigantesque, massive (…) Ce qui gêne la France, dans cette situation, c’est un problème juridique. L’Allemagne est restée souveraine. La cour de Karlsruhe est garante de la souveraineté allemande. Elle le dit expressément dans toute une série d’arrêts. Et pendant ce temps-là, nous, comme des imbéciles, il n’y a pas d’autres mots, nous avons aliéné notre souveraineté dans les traités européens. Mais pourquoi ? C’est véritablement incompréhensible. Comment prétendre être le pays le plus intelligent du monde et se conduire d’une manière aussi stupide ? »

4 Messages de forum

  • Oui, il ne fait pas l’ombre d’un doute que l’Allemagne n’a pas changé, pourquoi le ferait-elle ? Elle n’a jamais eu pour habitude de respecter les traités sauf s’ils servent ses intérêts. N’oublions pas que la famille royale d’Angleterre est Saxe-Cobourg et qu’elle a su manœuvrer et utiliser l’Allemagne pour affaiblir la rivale Française dans des guerres meurtrières. Ce fut le même procédé qui a été utilisé pour détruire l’Union Soviétique. Enfin pourquoi se gêner puisque l’Allemagne est sans doute le seul pays vaincu qui ne paie pas ses dettes de guerre. Pratiquement rien pour les ravages de la guerre de 14/18, merci aux USA et seulement la moitié pour le désastre de la dernière guerre, mais rien pour les immenses dégâts causés à l’URSS. Aujourd’hui elle est en passe d’imposer à nouveau son impérialisme. Après la remise en cause totale du traité de Versailles, Yougoslavie Tchécoslovaquie, elle tente d’appliquer à ses voisins la désunion que le traité de Westphalie lui imposait et qu’elle n’a pas respectée. Encore un petit effort et avec l’aide de nos néo………elle va mettre la main sur l’Alsace Lorraine. M.R
  • Il trainent sur internet, seul média encore quelque peu libre, des graphiques constitués par les chiffres de croissance et de progrès qui démontrent bien qui tire son épingle du jeu dans cette bataille économique. Les chiffres démontrent et les esprits s’échauffent.... Dans cette attitude, nous avons le choix entre un terrain très glissant et une recherche de solutions équitables. Le terrain glissant, nous le connaissons quant aux solutions, elles sont aussi faciles à dire, écrire qu’à mettre en place. L’euro, dans sa conception, dans sa gestion et dans la manière dont cette monnaie est créé (uniquement sur la dette) est à mettre à la poubelle car elle est un barrage à la mise en place d’une coopération équitable entre les pays membres de l’Europe. L’euro-équitable, propriété publique, gérer par les élus serait une solution.
    • "L’euro-équitable, propriété publique, gérer par les élus serait une solution." Sauf le fait que je n’ai plus du tout, mais plus du tout confiance dans les élus.

      Et si nous supprimions l’argent ? C’est stupide ? aussi stupide que de renoncer à sa souveraineté. Mais au moins ça créerait un tel déséquilibre que c’est la mondialisation qui serait remise en question. De plus nous "travaillerons pour la biosphère" car la planète a besoin d’un temps de répit ou de repos comme vous voudrez.

  • Sans vouloir prêter de « méchantes intentions » à quiconque, et à l’Allemagne en particulier, constatons que l’extension de la zone Euro (finance), de l’UE (politique) et de l’OTAN (militaire) vers l’Est de l’Europe place l’Allemagne au coeur de ces ensembles qui sont cohérents entre eux. Dans le même temps, la France est confinée à l’extrémité ouest de ces mêmes ensembles.

    D’où une perte d’influence évidente accentuée par la perte du « pré carré » africain où la France n’est plus qu’un second violon, derrière les USA cette fois. Faut-il enfoncer le clou en rappelant la liquidation -que je qualifierais de criminelle- de la « politique arabe de la France » qui a sonné le glas d’une influence authentiquement française au Proche Orient ?

    Tout ceci conjugué peut contribuer à expliquer la crise morale profonde, la perte de confiance en soi, la morosité, en somme la décadence profonde, si l’on fait la comparaison avec la véritable « épopée pacifique » de Charles de Gaulle.

    Le Français moyen se console alors comme il peut en se rabattant sur l’ancien « bougnoule », tête de Turc (si l’on peut dire), toujours disponible.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>