COMITE VALMY

Accueil du site > COMITE VALMY ANALYSES ET PROPOSITIONS - > En route vers la barbarie par Paul Craig Roberts

En route vers la barbarie
par Paul Craig Roberts

mardi 7 août 2018, par Comité Valmy


En route vers la barbarie

Destin des sociétés multiculturelles ratée : L’Afrique du Sud va amender la Constitution pour permettre l’expropriation des terres des fermiers blancs. Œuvre de la politique identitaire.

Sachez qu’à un rassemblement pour la Journée des droits de l’homme, dans la province sud-africaine de Mpumalanga, les ‘droits de l’homme’ sont associés à ‘couper la gorge à la blancheur’. Faire passer ça pour une pratique des droits de l’homme, légitime le meurtre et la dépossession des Blancs sud-africains, qui sont dans le pays depuis plus longtemps que la plupart des Noirs. Le leader du nouveau parti noir, qui défie celui de l’ancien gouvernement blanc qui lui a remis le pouvoir, a même une chanson sur le massacre des Blancs.

Combien d’années reste-t-il avant que cela ne se produise dans ‘la diversité multiculturelle’ d’Europe et d’Amérique ?

Qu’est-ce qui cloche chez les Russes qui veulent s’associer à un Occident en recherche active de sa destruction ? Combien de temps reste-t-il avant que ce ne soit plus seulement les Sud-Africains blancs qui fuient en Russie pour rester en vie ?

Qui a détruit l’Occident ? Il y a différentes réponses à cette question. Je pense que la cupidité du capitalisme déchaînée par la déréglementation, l’enterrement des lois antitrust et la redéfinition de la responsabilité des entreprises, qui n’ont désormais de compte à rendre qu’uniquement devant les actionnaires, au détriment des employés, des clients et des communautés, ont détruit l’Occident. Kevin McDonald, professeur de psychologie, pense que c’est la paranoïa des Juifs qui se sont protégés en fomentant la division dans les sociétés où ils vivent.

Dans une critique du livre de Kevin McDonald, The Culture of Critique, qualifié d’antisémite par le lobby israélien, Stanley Hornbeck écrit :

Le professeur MacDonald affirme que l’un des moyens les plus constants employés par les Juifs pour défendre leurs intérêts, a été de promouvoir le pluralisme et la diversité, mais uniquement pour les autres. Depuis le 19ème siècle, ils initient des mouvements qui tendent à discréditer les fondements traditionnels de la société des gentils : patriotisme, fidélité raciale, base de la moralité chrétienne, homogénéité sociale et retenue sexuelle. Parallèlement, au sein de leurs propres communautés et dans l’État d’Israël, ils entretiennent souvent ces mêmes règles qu’ils minent dans la société des gentils.

Pourquoi cela est-il dans l’intérêt des Juifs ? Parce que la loyauté de groupe soudé caractéristique des Juifs, attire beaucoup moins l’attention dans une société dont le cœur racial et culturel n’est pas homogène. La détermination des Juifs à ne pas s’assimiler pleinement, qui explique leur survie en tant que peuple depuis des milliers d’années – même sans pays –, a invariablement attiré un regard insistant, désagréable et même meurtrier, dans les nations aux identités nationales bien marquées. Selon le professeur MacDonald, il est donc dans l’intérêt des juifs de diluer et d’affaiblir l’identité des peuples au sein desquels ils vivent. L’identité juive ne peut s’épanouir en sécurité que quand l’identité des gentils est affaiblie.

Le professeur MacDonald cite un passage remarquable de Charles Silberman : « Les Juifs américains sont attachés à la tolérance culturelle à cause de leur conviction – fermement enracinée dans l’histoire – que les Juifs ne sont en sécurité que dans une société qui accepte un large éventail de points de vue et de comportements, ainsi qu’une diversité de groupes religieux et ethniques. Par exemple, c’est cette croyance, et non pas parce qu’ils approuvent l’homosexualité, qui amène une écrasante majorité de Juifs américains à défendre les ‘droits des homosexuels’ et à adopter une position libérale sur la plupart des autres questions dites ‘de sociétés’. »

Ne connaissant pas le professeur MacDonald, je ne puis dire s’il est ou non antisémite. Mais je ne vois pas d’antisémitisme dans son explication. Celle-ci éclaircit rationnellement la raison pour laquelle un peuple paranoïaque, qui a subi des persécutions justifiées ou non, s’efforcerait de se protéger en créant la division dans les sociétés où il est minoritaire. La politique identitaire du Parti démocrate agit en parfait accord avec la stratégie juive.

Il ne fait aucun doute que cette stratégie marche pour les Juifs qui se sentent menacés malgré l’énorme pouvoir qu’ils exercent sur les États-Unis et l’Europe. La question est : Cette stratégie qui réussit pour les Juifs, est-elle valable pour une population majoritaire qui se retourne contre une autre : Noirs contre Blancs, féministes contre hommes, homosexuels contre hétérosexuels. Est-ce que des bourreaux hétérosexuels blancs, pères, fils et frères, persécutant tous les autres, est une formule saine pour une société prospère ?

Dans l’affirmative, je ne vois pas comment pourrait être résolue cette question.

Paul Craig Roberts
2 août 2018

Ancien Secrétaire Adjoint au Trésor pour la politique économique, Paul Craig Roberts a tenu de nombreux postes universitaires, a été rédacteur en chef adjoint du Wall Street Journal, chroniqueur chez Business Week, Scripps Howard News Service et Creators Syndicate, et il a écrit aussi de nombreux ouvrages, dont l’un, L’Amérique perdue : Du 11 septembre à la fin de l’illusion Obama, a été traduit en français.

Traduction Petrus Lombard

Source :


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>