COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Perturbation à la SNCF et privatisation des services d’électricité par (...)

Perturbation à la SNCF
et privatisation des services d’électricité
par Karine Bechet-Golovko

mardi 31 juillet 2018, par Comité Valmy


Perturbation à la SNCF
et privatisation des services d’électricité

Sous l’impulsion de l’Union européenne, les services publics doivent être privatisés et les entreprises publiques passer dans le privé. Car, comme chacun le sait, seul le privé est apte à gérer de manière adéquate le marché et tout est marché. Même et surtout l’Etat. La perturbation monstre qui touche la gare de Montparnasse en raison d’une mauvaise gestion du système d’électricité par l’opérateur privé RTE en est la preuve. Tout est marché, mais ce n’est pas plus efficace pour autant.

Les voyageurs qui ont eu, comme moi, la bonne idée de devoir prendre un train à Montparnasse ont apprécié la panique générale qui s’est développée dans les transports ferroviaires au départ de cette gare. En fait, surtout au départ d’Austerlitz, totalement dépassée par les évènements. Des gilets rouges font ce qu’ils peuvent, chacun monte comme il peut dans des trains qui vont plus ou moins dans la direction où ils doivent aller. Surcharge des trains, des heures de retard ingérables et en cascade, dans une chaleur étouffante. Cela a des relans de déclaration de guerre, de fuite ... vers les vacances, loin de la région parisienne.

Et cette fois-ci, la grève n’y est pour rien. Cette grève qui a été lancé contre la réforme de la SNCF devant conduire à terme, ne nous fermons pas les yeux, à sa privatisation. Car tout ce qui est privé est plus efficace, plus rentable, c’est l’avenir d’un monde merveilleux et glorieux, débarrassé de l’Etat. C’est d’ailleurs dans cette logique que la gestion de l’alimentation électrique a été transférée à une structure "autonome", de l’Etat et de la SNCF, la RTE. Comme l’affirme le site :


Notre mission : entretenir, exploiter et développer le réseau de transport d’électricité de manière strictement équitable et non-discriminatoire pour tous les acteurs du système électrique. Le but : préparer l’ouverture du marché de l’électricité. Nous sommes alors un service indépendant d’EDF, avec une gestion, une comptabilité et un management séparés.

Une gestion équitable, c’est beau et ça ne veut rien dire, donc ça n’engage en rien. Sauf à la phrase suivante : l’ouverture du marché, donc la privatisation. En 2005, une personne morale autonome est créée, bref une entreprise privée.

Déstructurer, disjoindre les chaînes de prises de décisions, sortir par morceaux de la sphère publique. Tel est le véritable but. Car a priori, c’est plus efficace. Résultat : la gestion de l’alimentation en électricité de la gare de Montparnasse n’a pas été assurée selon les garanties prévues dans l’accord et la SNCF va se retourner contre RTE car :

Aucune des trois sous-stations n’était opérationnelle après l’incendie.

Quid de l’efficacité ? De ce marché infaillible à résoudre tous les problèmes ? Que dis-je, à les prévoir même. Comme nous pouvons le lire sur le site de RTE :


Nous avons poursuivi notre mission en aiguillant les flux d’électricité sur le réseau à chaque instant, pour garantir une sécurité d’alimentation maximale et au moindre coût pour nos clients et pour la collectivité. Nous avons assuré la maintenance du réseau de transport d’électricité partout en France. Pour répondre aux besoins de nos clients et de la collectivité, nous l’avons renforcé et l’avons fait évoluer : développement de liaisons souterraines, accueil des énergies éoliennes et photovoltaïques, liaisons transfrontalières avec nos voisins européens, etc.

Il est temps de sortir des slogans pour s’occuper de la réalité. Et sans l’Etat, ce n’est pas possible.

Karine Bechet-Golovko
lundi 30 juillet 2018

Russie politics


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>