COMITE VALMY

Accueil du site > COMITE VALMY ANALYSES ET PROPOSITIONS - > La France frappe à la porte d’Assad Pars Today

La France frappe à la porte d’Assad
Pars Today

mardi 24 juillet 2018, par Comité Valmy


La France frappe à la porte d’Assad

Suite au feu vert de la Russie, 50 tonnes d’aide médicale, embarquées en France, sont entrées dans la Ghouta orientale, selon un diplomate français. La France annonce l’envoie de 50 tonnes d’aide médicale dans les régions contrôlées par la Russie et situées dans la Ghouta orientale. La France cherche-t-elle à battre la coulpe auprès d’Assad alors que celui-ci a gagné la guerre ?

Après l’accord entre les responsables russe et français sur l’envoi des aides humanitaires en Syrie, le premier convoi d’aides médicales français est entré dans la Ghouta orientale contrôlée par l’armée syrienne.

«  Cette opération est significative pour nous, d’autant plus qu’elle montre l’intérêt des Russes à collaborer avec nous sur un sujet important  », a déclaré à Reuters un diplomate français sous le couvert d’anonymat. Est-ce l’un des acquis du récent voyage du président français à Moscou dans le cadre de la coupe du monde 2018 ? Le diplomate refuse tout commentaire. Toujours est-il que le communiqué émis par l’Élysée souligne "les coopérations amorcées entre la France et la Russie" pour faciliter l’acheminement de 50 tonnes d’aide médicale à destination de la Ghouta orientale.

Les forces syriennes et ses alliés sont parvenues en avril dernier à libérer la Ghouta orientale des mains des terroristes.

Depuis sa libération en avril dernier, la Ghouta orientale a vu le retour de ses habitants par milliers. C’est une région densément peuplée puisque quelques 500.000 personnes y habitent. « La Russie a rassuré la France que les aides acheminées seront mis à la disposition des habitants de la Ghouta orientale. C’est la première fois en effet qu’un pays occidental, grâce à la Russie, envoie un lot du matériel médical vers les régions contrôlées par le gouvernement de Damas, ajoutent les sources russes.

Les relations diplomatiques Damas/Paris ont été rompues depuis 2011 suite au soutien implicite de la France aux terroristes. Tout au long des années de la guerre, la France a accueilli la soi-disant "opposition syrienne" sur son sol, organisant des dizaines de "conférences" censées faciliter "le renversement de l’Etat syrien". Depuis l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence française, la politique syrienne de la France a souvent vacillé entre deux extrémités : le besoin d’ouvrir le dialogue avec Assad et la participation de la France aux côtés des Américains aux frappes contre le territoire syrien.

Récemment, le président français a nommé l’ambassadeur français en Iran, François Sémémaud, dont la mission touche instamment sous peu à sa fin, comme son émissaire spécial pour la Syrie. De nombreux experts y ont vu le signe d’une tentative timide de normalisation avec Damas, tentative dont le succès dépendra largement du gouvernement syrien qui reproche à Paris son soutien au terrorisme et son suivisme envers les Américains. Ceci dit, la Ghouta orientale est davantage sous contrôle de l’armée syrienne que des forces russes et l’acheminement de ce convoi d’aide qui selon certains sources, vaut quelques 400.000 dollars, n’aurait pas pu avoir lieu sans le feu vert de Damas. La France de Macron réussira-t-il à convaincre le président Assad de sa volonté de renouer et s’attribuer de la sorte une part sur le marché de reconstruction en Syrie ?

21 juillet 2018

***


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>