COMITE VALMY

Accueil du site > - LAÏCITE - REFUS DU COMMUNAUTARISME > Laïcité : l’Union européenne Cheval de Troie anti-laïque Comité (...)

Dossier à propos d’un "appel commun à l’occasion de la journée de la laïcité"

Laïcité : l’Union européenne Cheval de Troie anti-laïque
Comité Valmy

vendredi 10 juillet 2015, par Comité Valmy


Communiqué du Bureau national du Comité Valmy

info@comite-valmy.org

Le Comité Valmy participe à des réunions régulières d’organisations qui se réclament en commun de la défense et de la promotion de la laïcité. Ces réunions utiles, se tiennent à l’initiative du Grand Orient de France dans les locaux de cette organisation, à Paris. Depuis plusieurs années nous apportons un point de vue original et minoritaire dans les discussions qui se déroulent en ces occasions.

En particulier, nous tentons d’attirer l’attention de nos interlocuteurs en général favorables à l’Europe supranationale sur le fait que celle-ci, construite contre les peuples est en réalité, un instrument par essence anti-laïque et favorable au communautarisme.

Cette Europe anti sociale sous contrôle exclusif de l’oligarchie financière, est une construction artificielle qui détruit par étapes, la souveraineté populaire et la démocratie. En se métamorphosant au fil du temps, en Europe fédérale des Länder elle conduit à la destruction de la République Française une et indivisible, laïque et sociale.

Cette Europe néo libérale, s’inspire dans sa construction idéologique, du principe de subsidiarité repris dans la doctrine de l’Église catholique et sa conception de l’économie sociale de marché, par les théoriciens néo libéraux, dans leurs objectifs de gouvernance et des structures d’une société mondialisée. Elle s’inspire donc également de ce principe clérical dans l’élaboration des traités de Maastricht et de Lisbonne.

Il est souhaitable par ailleurs, de se rappeler que le drapeau de cette Europe n’a rien d’une bannière laïque puisqu’il est un symbole marial puisé dans l’iconographie de l’église catholique.

Des représentants du Comité Valmy ont participé Rue Cadet à la dernière de ces réunions, le 25 novembre qui a amené plusieurs associations à proposer un appel commun à l’occasion de la journée de la laïcité le 9 décembre.

Après étude, le Bureau national de notre organisation a décidé de ne pas cosigner ce document qui s’inscrit implicitement dans l’acceptation du traité de Lisbonne et du viol du non du peuple de France souverain le 29 mai 2005, au traité constitutionnel européen.

Nous estimons que cet appel finalement publié le 9 décembre 2010 est un élément supplémentaire de confusion et qu’il n’aidera en rien le nécessaire débat d’idées pour la compréhension et la promotion de la laïcité.

Le Comité Valmy reste cependant favorable à toutes rencontres et échanges entre les différentes organisations qui partagent notre attachement aux valeurs de la République, dès lors que ces échanges restent libres, égaux et fraternels, en dehors de toutes références et soumission à des instances supranationales dont les visées dictatoriales deviennent chaque jour plus évidentes et insupportables aux peuples qui entendent recouvrer la réalité de leurs libertés.

Le 9 décembre 2010

médaille "de la rue du Bac" qui a inspiré le dessinateur du drapeau européen.


Lettre du Comité Valmy au Grand Orient de France

Lundi 6 décembre 2010

Messieurs,

Comme suite à nos précédents courriers, je suis maintenant en mesure d’exprimer l’appréciation collective de la Direction du Comité Valmy concernant le texte rédigé après la réunion du 25 novembre 2010 et proposé à la signature des organisations de défense et de promotion de la laïcité.

Ainsi que je l’ai déjà précisé, ce document contient des éléments positifs. Ceux-ci permettraient un consensus s’ils n’étaient foncièrement contredits par une profession de foi européiste contenue dans le rappel de :

« …- la Déclaration universelle des droits de l’Homme, et les instruments internationaux et régionaux des droits de l’Homme, en particulier la Charte de l’Union européenne, qui garantissent les libertés d’opinion, d’expression et de conviction »...

Dans cette phrase l’expression - « instruments internationaux et régionaux » des Droits de l’Homme - nous parait ambiguë car ce concept de régions pour parler de continents est souvent utilisé par les anglo – saxons, dans leurs analyses géopolitiques et dans l’énoncé de leur volonté hégémonique.

Mais surtout la « Charte de l’Union européenne » évoquée dans le texte proposé était contenue dans le traité constitutionnel européen qui a été rejeté par le peuple de France souverain, lors du référendum du 29 mai 2005. Le traité de Lisbonne qui a été par la suite imposé à notre peuple est à nos yeux, comme probablement pour une majorité de Français, illégitime.

Or, accepter de se référer à cette charte serait pour nous, se rallier à une forme de complicité dans le viol de la souveraineté du peuple de France et de la démocratie, qu’aura été devant l’Histoire, la ratification du traité de Lisbonne par le parlement réuni en congrès, comparable au vote des pleins pouvoirs à Philippe Pétain en 1940.

Le rejet populaire de cette vision supranationale de la construction européenne grandit en même temps que la prise de conscience de son caractère désastreux dans le domaine économique, totalitaire, antirépublicain et anti laïque, sur le plan politique.

Le Comité Valmy ne peut donc pas signer ce texte et nous le regrettons.

Je profite de ce courrier pour exprimer notre ressenti après ces quelques années de participation au travaux de ce collectif d’organisations laïques qui se réunit, et c’est une bonne chose, à l’initiative du Grand Orient de France. Ces rencontres sont positives mais gagneraient nous semble-t-il, à favoriser une réflexion moins superficielle et en abordant les problèmes de fond liés notamment aux questions de l’Europe et de la vision républicaine de la nation dont nous estimons en ce qui nous concerne, qu’elle n’est pas historiquement dépassée.

Ainsi que je l’ai précisé, dans un précédent message, nous sommes disponibles pour poursuivre, lors d’une éventuelle rencontre, cette réflexion dans le contexte de la situation actuelle qui devient chaque jour plus crucial.

Enfin, nous ne doutons pas que si les idées que défend le Comité Valmy sont certes encore minoritaires au sein de ces réunions des organisations laïques, dont le fédéralisme européen de certaines, nous semble relever de quelque chose qui ressemble à un dogmatisme profond, ces analyses sont en progression rapide, dans l’intellectuel collectif que représente notre peuple.

Je vous prie d’agréer messieurs, l’expression de mes sincères salutations républicaines et laïques.

Pour le Bureau national du Comité Valmy,

Le président, Claude Beaulieu

Benoît xvi le 6 novembre 2010 a prononçé un discours militant en faveur de l’Europe exhortant “le Vieux Continent à donner une nouvelle impulsion à ses racines chrétiennes“.


Lettre d’Isabelle Voltaire et Gibert Legay pour le Comité Valmy

A l’attention de Jean-Philippe MARCOVICI 3ème Grand Maître Adjoint en charge de la Laïcité et Solidarité du Grand Orient de France

Cher Monsieur,

A l’issue de la réunion du 25 novembre, nous avons pris acte de certaines convergences, qui se sont exprimées au fil des interventions. Les deux représentants présents du Comité Valmy n’ont pas cru nécessaire de prendre la parole pour redire ce qui avait déjà été dit, mais il nous semble utile de préciser la vocation et les objectifs mal connus de notre Comité. Il réunit des citoyens des principales sensibilités de l’arc républicain, de l’extrême gauche aux fidèles du gaullisme en passant par la gauche mendésiste, tous républicains convaincus se référant au Programme du Conseil National de la Résistance, socle du pacte économique et social scellé entre les citoyens et la Nation depuis 1945.

Nous sommes, bien sûr, partisans sans concession de l’application de la laïcité, telle qu’elle est définie par la loi du 9 décembre 1905, mais nous ne dissocions pas ce combat de celui qu’il nous faut livrer pour défendre l’ensemble de l’édifice républicain, menacé par le supranationalisme européen, l’ultralibéralisme politique et financier et par les dogmatismes religieux, tous unis pour asservir les hommes et leur désir de liberté et d’égalité. Ces objectifs ne s’opposent pas au souhait que nous avons de tisser avec les autres Nations d’Europe les liens les plus fraternels en complément des coopérations, des accords, des synergies qui peuvent être établis pour garantir la prospérité et la Paix.

Dans le cadre nécessairement limité de ce message, il nous paraît en particulier nécessaire d’examiner de plus près la laïcité dans son rapport avec l’école, rapport dont nous pensons qu’il n’est appréhendé ordinairement que de façon incomplète et superficielle. La loi de 1905 dispose que l’Etat ne reconnaît, ne salarie et ne subventionne aucun culte, l’une des conséquences bien connue est que les écoles privées confessionnelles ne doivent - ne devraient - recevoir aucun subside public. On sait depuis la loi Debré de 1959 combien d’entorses ont été faites à ce principe, dont les deux dernières, la loi Carle et l’accord Vatican Kouchner (voir : http://www.re3.freesurf.fr/LVK.html).)

Il s’agit là de rapports d’argent (et de pouvoir) entre l’Etat et les écoles privées, via des textes législatifs ; ceux-ci donnent donc lieu à des débats publics, les deux derniers ayant été l’objet de recours en Conseil d’Etat ou conseil constitutionnel (sans succès). Les écoles privées sont présentées comme des concurrentes de l’école publique. Et en sous-entendu celle-ci, appauvrie certes, se porterait fondamentalement bien.

Il n’en est rien.

A notre connaissance, les organisations laïques et les auteurs qui s’en sont préoccupés n’ont traité que cet aspect financier. Important sans doute, mais nous allons voir que ce n’est pas le seul, et ce n’est pas le plus grave.

Déjà le décret Jospin Lang Kouchner de 2002 (bien avant l’accord Vatican Kouchner, voir référence ci-dessus) qui abolit le monopole de la collation des grades a des conséquences non financières mais réglementaires, graves, touchant à toute la fonction publique. Mais les programmes d’enseignement et les pratiques pédagogiques des écoles publiques concernent tous les élèves, et par là toutes les familles, tous les citoyens. Et tous sont touchés, sans en être conscients. Nous n’en évoquerons que deux points, pour l’instant.

Nous réprouvons l’enseignement du fait religieux initié par Jack Lang, inutile car de tout temps les programmes d’histoire et de littérature l’abordaient naturellement. Et nuisible : la laïcité y est remplacée par la neutralité, la distinction de ces deux notions méritant une brève explication : la laïcité sépare la sphère publique d’avec la sphère privée, et à l’école n’admet aucune religion. La neutralité fait le contraire : elle les admet toutes, pour promouvoir le « vivre ensemble », souci obsédant des textes réglementaires et de la pensée dominante avec la "cohésion sociale", véritable creuset du communautarisme. Analogue à la neutralité commerciale de la "concurrence libre et non faussée" : dans le marché école on vend à égalité les logiciels X, les boissons Y ou les religions Z.

Et, bien plus grave dans sa généralité et sa discrétion, la suppression de l’enseignement de la dissertation et de la démonstration en mathématiques, qui sont liées car dans les deux il faut raisonner, et un tel raisonnement est à réinventer à chaque fois, et à écrire en français correct. D’où la difficulté de leur enseignement, mais aussi leur fécondité, puisque ce sont des lieux où s’exercent à la fois le raisonnement et la qualité et la rigueur de l’expression française, ce sont les meilleurs exercices de formation à la liberté de pensée.

Si depuis des décennies tous les ministères successifs saccagent minutieusement tout ce qui est enseignement rationnel, ce n’est pas parce qu’ils commettraient un contresens sur sa nature. C’est au contraire parce qu’ils participent tous de toutes leurs forces à l’entreprise réactionnaire de destruction de la pensée et de tout ce qui permettait la lente et patiente élaboration de la rationalité et de la liberté de pensée chez nos élèves.

Pour le Bureau national du Comité Valmy :

Isabelle Voltaire et Gilbert Legay

Benoît xvi et Herman 1er


Appel commun à l’occasion de la journée de la laïcité du 9 décembre 2010

Nous, Organismes et Associations signataires,

au nom des principes et des engagements que nous partageons dans le cadre du respect, de la défense et de la promotion de la laïcité en France et dans le monde :

Rappelons

- la Déclaration universelle des droits de l’Homme, et les instruments internationaux et régionaux des droits de l’Homme, en particulier la Charte des Droits Fondamentaux de l’Union européenne, qui garantissent les libertés d’opinion, d’expression et de conviction ;

- la laïcité qui est un principe intimement lié aux Droits de l’Homme et à la Démocratie ;

- le principe constitutionnel français qui fixe que la République est démocratique, sociale et laïque, et qui assure la séparation des Eglises et de l’Etat, particulièrement dans le cadre de la loi de 1905 ;

- qu’au moment où les inégalités économiques, sociales et culturelles sont trop criantes et s’accroissent, la laïcité, qui est le contraire de l’exclusion, permet de rassembler et de considérer chaque femme ou homme - d’où qu’il vienne, quelles que soient ses appartenances religieuses, philosophiques, politiques ... - comme un citoyen égal aux autres devant la loi.

Constatant le retour des revendications religieuses et identitaires dans le débat public, en ce début du XXIe siècle, dont les femmes sont les principales victimes ;

Etant convaincus que le respect de la laïcité contribue à l’égalité, au maintien, si menacé aujourd’hui, de la cohésion sociale, favorise la mixité sociale et peut ainsi redonner confiance à une jeunesse si malmenée par la société.

En ce jour anniversaire de la loi de 1905

• Nous nous déclarons, inquiets du recul de la laïcité, en particulier sous les pressions des revendications de tous les extrémismes identitaires et religieux, tendant à l’affaiblir dans les services publics par exemple ;

• Nous exprimons notre préoccupation devant le fait que, pour faire face à ces nouvelles demandes, les services sociaux et sanitaires, l’éducation nationale, le service national des armées, les lieux de détention, les communes (etc.), soient contraints, au prétexte de paix sociale, d’improviser des « arrangements » qui écornent sérieusement le principe de laïcité ;

• Nous refusons l’évolution vers la constitution de ghettos culturels et religieux, favorisant le communautarisme contraire aux valeurs égalitaires de notre pays ;

• Nous refusons le foisonnement des qualificatifs que certains voudraient accoler à la laïcité, dont le résultat est de l’affaiblir, sinon de réinterpréter ce qui, hier comme aujourd’hui, garantit la liberté de chacun de croire ou de ne pas croire, la liberté de conscience de chacune et de chacun, l’égalité des droits pour tous ;

• Nous dénonçons toute tentative de réduire ou de cantonner le principe de laïcité à la question de l’immigration et de l’intégration ;

• Nous refusons que le terme de laïcité soit récupéré par une quelconque idéologie politique, pour en faire l’objet d’un débat partisan qui menacerait la République.

En conséquence nous appelons nos concitoyens, les pouvoirs publics, le gouvernement, les élus d’aujourd’hui et ceux qui aspirent à le devenir demain, à s’impliquer dans la défense de cette laïcité, tant dans la vie politique nationale, que dans les instances internationales, afin de faire rayonner les trois principes fondateurs de Liberté-Egalité-Fraternité, ainsi que la laïcité et la solidarité, alors que des menaces pèsent sur la paix et le progrès social.

Fait à Paris, le 25 novembre 2010

Les signataires :

Grand Orient de France

Fédération Française Le Droit Humain

Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Antisémitisme

Grande Loge Féminine de France

Centre d’Action Européenne Démocratique et Laïque

Grande Loge Traditionnelle et Symbolique Opéra

Grande Loge Féminine de Memphis Misraïm

Conseil National des Associations Familiales Laïques

Loge Nationale Française

Fédération Nationale des Délégués Départementaux de l’Education Nationale

Grande Loge Mixte Universelle

Association Solidarité Laïque

Grande Loge Mixte de France

SOS Racisme

Union des Familles Laïques

Comité Laïcité République

Association Le Chevalier de la Barre

Regards de Femmes

Ni Putes ni Soumises

Association EGALE

Association Laïcité-Liberté

Observatoire international de la laïcité

Association des Libres Penseurs de France

Arab Women’s Solidarity Association France

Association Libres Mariannes


Mise en ligne 18 décembre 2010

2 Messages de forum

  • La lettre d’isabelle Voltaire et de gilbert Legay insiste à juste raison sur le fait que la Laicité separe nettement ce qui est de l’ordre de la sphére publique d’avec ce qui est d’ordre personnel et cela convient tout à fait au musulman croyant que je suis en effet le Coran est disponible et je peux le consulter à loisir et s’il y a des questions que j’ai du mal à saisir je trouverai à la mosquée ou dans la famille quelqu’un qui pourra m’eclairer.Leur remarque sur l’enseignement de la Disertation et de la Demonstration en mathematiques est capitale car ces disciplines jouent en effet un role fondamental dans l’education des futurs citoyens,ceci dans le monde de plus en plus complexe etre capable d’exprimer sa pensée dans un Français correct et etre capable de faire preuve d’Abstraction est essentiel si l’on veut que la FRANCE reste à la Hauteur de ce que fut son passé brillant dans le domaine de la science et des arts !C’est aux pouvoir politique d’impulser une politique qui redonnerait à la France sa GRANDEUR mais pour cela il faut etre au sevice du Peuple et de la Nation et non pas au service des riches qui ne manqueront pas de s’exiler si leur priviléges sont un tant soit peu menacés.

    VIVE LA REPUBLIQUE ET VIVE LA FRANCE ET L’ALGERIE

    • Pire que le le " concordat Alsacien", le drapeau Européen est le symbole de l’ anti - laïcité républicaine. Celui de l’auréole étoilée de la vierge. Il serait grand temps d’organiser une campagne nationale( 2011) de pétition demandant le retrait du drapeau Européen qui pavoise les mairies et espace public. Le timbre Français qui faisait acte de foi républicain postal est déjà bafoué. Les étoiles de la vierge Européenne spoliant une Marianne sans cocarde ! Juridiquement, vous êtes une force de conviction pour combattre la réduction du coq en chapon Européen. Non à la norme Européenne de la saucisse pygmée de Strasbourg en chouchou de Bruxelles. Merci d’ émettre un projet de pétition nationale et manifestations dont l’objet sera le retrait du drapeau Européen symbole ostentatoire de religion. Nos plaques minéralogiques sont devenus des papamobiles ! La VIe république ? Aspiration de la devise : Liberté , égalité, fraternité, laïcité ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette