COMITE VALMY

Accueil du site > - GEOPOLITIQUE > 一带一路 LA CEINTURE ET LA ROUTE Par Comaguer

Bulletin n° 374 - semaine 26 - 2018

一带一路
LA CEINTURE ET LA ROUTE
Par Comaguer

http://comaguer.over-blog.com

dimanche 1er juillet 2018, par Comité Valmy


一带一路
LA CEINTURE ET LA ROUTE

Ou le dépassement
de la contradiction géopolitique classique

***

Le lancement en 2013 par le président de la république populaire chinoise de l’initiative de « LA CEINTURE ET LA ROUTE » est une avancée capitale en matière de géopolitique et à en juger par l’ampleur de ses développements ne constitue rien moins qu’une politique planétaire d’aménagement du territoire.

A plusieurs titres :

1- Elle recentre la géopolitique mondiale sur ce que les géopoliticiens nomment depuis la fin du 19° siècle l’ILE MONDE (World Island) espace regroupant, selon la terminologie établie par le géographe britannique Mac Kinder, l’Asie, l’Europe et l’Afrique soit un espace couvrant environ les 2/3 des terres émergées (antarctique exclu) où vit plus de 80% de la population mondiale.

2- Elle resitue le continent américain (nord et sud) à la périphérie (Mac Kinder le nomme précisément les ILES PERIPHERIQUES. Du point de vue de l’histoire, si aucune découverte paléontologique majeure ne vient remettre en cause l’actuelle théorie de la propagation de l’espèce humaine sur la terre, ces iles périphériques le sont doublement puisqu’elles sont les dernières à avoir été peuplées.

3- Elle réduit l’impérialisme étasunien qui s’est fait le porteur de la théorie géopolitique de l’amiral MAHAN à une puissance militaire qui s’impose à la marge de l’ILE MONDE par sa présence navale massive sur tous les océans et par environ un millier de bases militaires à l’étranger

4- Elle dépasse cet état présent du monde en proposant l’intégration maritime des trois continents : par « LA CEINTURE », et leur intégration terrestre par « LA ROUTE » lointain écho de la Route de la Soie, ce qui donne à l’ensemble une grande versatilité : tout point de l’ILE MONDE peut être atteint par des moyens de transport modernes et rapides soit par voie maritime soit par voie terrestre , tout blocus peut donc être contourné.

5- En ajoutant, ce qui est en cours la construction de barreaux nord-sud, il devient possible en divers points de passer de la ceinture à la route ou de la route à la ceinture. La trame initiale « est ouest » devient ainsi unréseau.

Cet immense projet est directement le fruit de l’expérience historique chinoise

1-La Chine impériale humiliée au 19°siècle et au début du 20° a compris qu’elle avait été attaquée par la mer alors que les précédentes invasions (mongole et mandchoue) étaient venues de la terre. Elle a donc choisi de s’affirmer sur la mer. Les signes sont patents : puissance de la construction navale qui se traduit par la puissance croissante des compagnies maritimes chinoises création d’une flotte bientôt dotée de 2 porte avions et d’une forte flotte de sous marins. La République Populaire Chinoise peut aujourd’hui commercer dans et avec le monde entier et peut assurer elle-même la sécurité de ses échanges massifs tant de matières premières que de produits manufacturés.

2- En lançant au début des années 80 la politique des Zones économiques spéciales côtières elle a pris la risque calculé d’ouvrir ses ports au commerce international et au grand capitalisme industriel occidental et a de ce fait assuré l’essor économique et le progrès technologique – un véritable bond en avant - des zones côtières d’un bout à l’autre du pays.

3- Une fois cette opération réussie elle a entamé son rééquilibrage économique territorial vers l’Ouest et l’intérieur pour éviter le creusement des inégalités entre les provinces côtières et les provinces de l’intérieur. Ainsi des villes (grandes ou très grandes) comme Chongqing, Chengdu, Lanzhou, Kunming et Urumqi toutes distantes de milliers de kilomètres des ports côtiers chinois sont devenues des pôles de développement industriel maintenant reliés à l’intérieur du coeur de l’Eurasie par la ROUTE. Celle-ci constitue la réplique plus au Sud du Transsibérien qui a été pendant un siècle la seule voie transcontinentale et qui après avoir eu un rôle décisif dans la lutte contre les puissances de l’Axe (1) conserve son importance stratégique pour les échanges croissants entre la Russie et la Chine. La ROUTE assure ainsi une ouverture internationale à toutes ses proviens occidentales, elle les désenclave, les ouvrent aux échanges avec les républiques d’Asie Centrale, aux membres de l’Organisation de coopération de Shanghai qui vient d’accueillir en son sein l’Inde et le Pakistan et renforce ses liens avec l’Iran et la Turquie et aux pays de l’Europe orientale et centrale ;

Complétée par de nouvelles voies ferrées modernes comme ; Mombasa- Nairobi, Djibouti-Addis Abeba la CEINTURE raccorde directement l’économie chinoise à l’économie africaine et demain un chemin fer trans-sahélien allant de Nouakchott à Ndjamena et passant par Bamako, Ouagadougou et Niamey étendra le dispositif à l’Ouest africain.

Face à cette avancée historique, l’impérialisme étasunien n’a qu’une stratégie d’arrière garde : freiner, désorganiser, renverser des gouvernements, fabriquer des guerres civiles, trafiquer des armes, de la drogue. Il se retrouve géopolitiquement isolé, calé entre deux océans qui le séparent plus qu’ils ne le rapprochent du coeur du monde qui est aujourd’hui dans l’ILE-MONDE et ayant même des difficultés à maintenir sa domination sur « son » continent (doctrine Monroe). Il faut toute la cécité grandiloquente des principaux dirigeants de l’Union Européenne pour ne pas l’avoir compris.

( 1) Quand l’URSS est confrontée à l’alliance hostile du pacte Anti Kominterm (1936), elle sait que seul le transsibérien va lui permettre, dés l’instant où l’accord Molotov Ribbentrop lui laissera les mains libres à l’Ouest, de transporter le matériel et les hommes qui vont lui permettre d’infliger au Japon impérial une défaite majeure à la bataille de Kalkhin Gol (aoutseptembre 1939. L’armée soviétique reprendra le même chemin le 8 Aout 45 – trois mois exactement après la capitulation, du Reich selon l’engagement de Staline à Postdam - le temps nécessaire pour faire parvenir en Mandchourie et dans les Kouriles une énorme armée qui achèvera toute résistance militaire japonaise sur le terrain.

29 juin 2018

Comaguer


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>